ORLÉANSVILLE

Jean-Claude SEGUIN

Orléansville est une ville d'Algérie.

1896

1897

1898

1899

1900

1901

1902

1903

1904

Le Cinématographe Lyonnais (Place de la Mosaïque, <10-17 novembre 1906)

Le Cinématographe Lyonnais s'installe à Orléansville, sur la Place de la Mosaïque, en novembre 1906 :

Cinématographe Lyonnais
Tous les soirs une foule nombreuse de spectateurs envahit le Cinématographe Lyonnais arrivé dans notre ville depuis samedi et installé sur la Place de la Mosaïque.
Ce soir le Cinématographe offre comme régal des spectacles très amusants, tels que : Les Balançoires, la Cage aux Lions, les Kiners équilibristes, etc. et enfin des tableaux tout d'actualité de la guerre russo-japonaise.
Nous engageons nos concitoyens à aller visiter ce genre de spectacle vraiment intéressant et instructif.


La Progrès, Orléansville, 10 novembre 1904, p. 3.

orleansville place de la mosaique

Orléansville, La Place du Marché (ou de la Mosaïque)

Un nouvel article offre la totalité d'un programme :

Au Cinématographe Lyonnais.-Le Cinématographe continue tous les soirs ses intéressantes représentations par des tableaux variés.
Ce soir le programme que nous engageons nos concitoyens à aller voir, sera le suivant :
Cheval Rétif, Mexique; 2º Promenade d'Eléphants, Siam; 3º Enterrement Annamite; 4º Enfants Annamites; 5º Cathédrale de Cologne ; 6º Une rue de Moscou; 7º Arrivée d'un Train; 8º Départ de Jérusalem; 9º Métamorphose du roi de Pique; 10º Scandale dans l'escalier; 11º Le supplice de Tantale; 12º Napoléon Bonaparte en 10 Tableaux.


Le Progrès, Orléansville, 17 novembre 1904, p. 3.

Dans cette programmation on retrouve d'anciennes vues Lumière et quelques films plus récents de la maison Pathé.

1905

1906

Le Cinématographe Lux (Casino Monnier, <27> septembre 1906)

Le cinématographe Lux offre des séances de projections animées, en septembre 1906, au casino Monnier :

Cinématographe Lux.-Une salle comble admire tous les soirs, casino Monnier, à 8 heures 1/2, les vues animées du Cinématographe Lux.
Entrée 0 fr. 30 pour les grandes personnes et 0 fr. 20 pour les enfants.


Le Progrès, Orléansville, 27 septembre 1906, p. 3. 

Le Cinématographe du docteur Séguy (Salle de la Mairie, 10 novembre 1906)

Le docteur Séguy, maire de Miliana, organise une conférence dans la salle de la Mairie d'Orléansville, illustrée par des vues animées par le cinématographe :

Conférence—Samedi dernier a eu lieu dans la salle de la Mairie, la conférence de notre ami M. le Docteur Séguy, Maire et Conseiller Général de Miliana, Vice Président du Conseil Général d'Alger, sur l'Exposition Coloniale de Marseille.
Un auditoire nombreux était venu écouter l'aimable conférencier qui avait bien voulu prêter son concours à la Ligue du Chéliff pour la propagation de l'enseignement laïque dans l'arrondissement d'Orléansville.
Remarqué parmi l'assistance : MM. Gasquet et Guarinos, Président et Vice-Président de la Ligue ; Robert Paul, Maire et Conseiller Général d'Orléansville ; Carbonel, Conseiller Général d'Oued-Fodda, Clement Louis, 1er Adjoint, Mathieu, commandant d'Armes, Bouchon, Directeur des Écoles laïques d'Orléansville ; Heim, Adjoint spécial de La Ferme etc...
Aidé de son cinématographe M. le Docteur Séguy fit défiler devant nos yeux les exotiques qui habitent toutes nos colonies, nous vîmes les malgaches coiffés d'immenses panamas, appuyant sur leur torse de grandes feuilles de latanier, des négresses enturbannées de madras, puis des gandouras et les burnous de soie, les fronts ceints de cordes en poil de chameau des arabes, les grègues bouffantes des danseuses de Tunis dont les sequins sonnaillent, les brutes superbes du Dahomey dont les nudités de bronze se hérissent de plumes, les dents blanches et les yeux blancs des guerriers de Behanzin, enfin les faces jaunes et camuses des gnomes indo-chinois.
Tout cet exotisme, montré sous son vrai jour intéressa vivement tout le monde : le côté commercial, industriel, les questions touchant aussi nos diverses possessions furent développés avec facilité, art et à propos.
M. le Docteur Seguy fut longuement applaudi ; tout en le remerciant d'avoir donné une soirée si intéressante, nous le prions bien sincèrement de nous prêter encore son concours ; nous croyons, savoir qu'il ne nous le refusera pas.
Une sauterie animée suivit la conférence et se termina bien avant la nuit.


Le Progrès, Orléansville, jeudi 15 novembre 1906, p. 3.

Les vues cinématographiques représentent des populations africaines dans les colonies française.

orleansville mairie

M. Carbonel édit. Orléansville. Phot. Leroux Alger, Orléansville-La Mairie (c. 1903)

$