THE ROYAL SPANISH WEDDING

Arrival of King Alfonso and Princess Ena at the Cathedral of San Geronimo

 

1

Arrival of King Alfonso and Princess Ena at the Cathedral of San Geronimo... Departure, after the Wedding, of the King and Queen, Prince and Princess of
Wales, &c.
An excellent picture, full of action, showing the splendid and historic pageant from points of the greatest advantage. We see the State coaches of the Grandees of Spain, all gilt and heraldry, with attendants in brilliant livery, arrive: Prince after Prince, with fitting escort passes, followed by Princes and Princesses of the Blood Royal of Spain. Amongst these is the Infanta lsabel, weeping. The greatest reception, however, awaited their Royal Highnesses the Prince and Princess of Wales, whose portraits are easily recognised. The "Coach of Respect" follows, with exactly the same escort as that occupied by the Prince.
The Procession, though always brilliant, seems unending, but at last the plumed crested heads of the eight white horses drawing the Royal Carriage are seen. With his Majesty are Don Carlos and the Infante Alfonso, the King's cousin and heir. Whatever interest, however, we may experience in his arrival, is eclipsed by the coming of the Princess Ena, positively her last public appearance in that capacity, as she arrives at the Church.
Here a scene of almost barbaric gorgeousness is presented. A glittering throng of Grandees, attired not only in military uniforms, but also in the garb of their religious orders, emblazoned with insignia, pass up the sweep of steps leading to the silvered portals, while left and right of the entrance, supported by splendid silver halberds, are the canopies of the ambassadors.
After the wedding, we see the happy Royal couple emerge, waving their hands in characteristic Spanish salute, and the remarkable and historic scene is closed, so far as this district is concerned, by the departure of the Royal carriages and their glittering escorts:
a pageant within a pageant.

CUT 1906-11 

2

1 Charles Urban Trading Co 3134  
2 Félix Mesguich  
 

De la fiesta de hoy han sacado interesantes fotografías el redactor fotográfico de Nuevo Mundo, Sr. Campúa, y para une película cinematográfica M. Felix Nesgeiech [sic], enviado especial do la casa Erban [sic] Trading y compañía, de París, y Mr. E. Droohs, fotógrafo de un periódico inglés.


La Correspondencia de España, Madrid, 28 de mayo de 1906, p. 3.

 

AU MARIAGE DU ROI D'ESPAGNE
Juin 1906.
La haute bienveillance du marquis Quiñonès de Léon, ambassadeur d'Espagne à Paris, facilite ma présence à toutes les fêtes données à Madrid en l'honneur du mariage d'Alphonse XIII avec la princesse de Battenberg.
Dans l'église de San Jéronimo, une douce lumière perce imparfaitement les vitraux· au moment de la bénédiction nuptiale; je dois opérer au demi-ralenti et utiliser l'obturateur et le diaphragme à grande ouverture.
L'orgue résonne. Un suisse majestueux frappe le sol de sa hallebarde. La cérémonie commence, pendant que brûlent d'innombrables cierges et que, du chœur de la Basilique, des cantiques. mêlés aux fumées de l'encens s'élèvent vers le ciel.
Pour saisir le cortège qui doit parcourir la ville, dans un décor bien local, j'ai fait dresser une estrade dans la Calle Mayor, à l'angle de la Capitainerie Générale.
Précédés des trompettes dont les appels éclatent à tous les échos, les invités, hauts dignitaires de l'armée et du clergé, membres des Cortès, ambassadeurs étrangers et grands d'Espagne, sont accueillis par les acclamations de la foule.
L’enthousiasme augmente encore quand apparaissent les piqueurs qui conduisent l'équipage royal entouré d'une escorte serrée. Je les regarde approcher, à travers le rideau mouvant des cavaliers aux sabres étincelants, lorsqu'un éclair jaillit. Une explosion formidable retentit, le prisme de mon viseur a perdu sa transparence ; la voiture des souverains disparaît dans la fumée. Instant d'épouvante. Que s'est-il passé?
En une seconde, une bombe a tout bouleversé. Des morts et des blessés sont rapidement enlevés, des chevaux ensanglantés se débattent sur le sol.
Secoué d'un frisson de terreur, le peuple gronde. Singulière réaction d'un événement qui prend dans l’esprit des simples un caractère mystérieux, on me regarde avec suspicion. Je sens toute l'hostilité de cette foule. Les soldats la calment heureusement.
Rapidement; l’escorte de cavalerie s'est reformée. Dans un profond silence, Alphonse XIII, dont l'objectif suit les moindres gestes, descend du carrosse le premier; il tend la main à la reine, aussi blanche que son voile.
Aidés du service d'ordre et des officiers accourus, le Roi et la Reine prennent place dans une nouvelle voiture attelée de quatre mules harnachées de rubans aux couleurs espagnoles. Un moment disloqué, le cortège se remet en marche aux applaudissements d'un peuple en délire.
Et l'on perçoit les accords affaiblis des fanfares militaires qui s'éloignent; les dernières notes s'éteignent vers le Palais Royal.


Félix Mesguich, Tours de manivelle, Paris, Grasset, 1933, p. 108-112.

3 31/05/1906 200 ft 
4 EspagneMadrid  

3

       

4

Afin d'optimiser votre expérience sur ce site, nous utilisons des cookies. Ils visent essentiellement à réaliser des statistiques de visites. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies.