RALEIGH & ROBERT

Historique

Jean-Claude SEGUIN

Charles Raleigh et Robert J. Schwobthaler figurent comme associés dès le mois de septembre 1903. Leur local se trouve au 14, passage de l'Opéra, non loin du local de la Charles Urban Trading Company qui se trouve au nº 33.

1903 09 12 19
L'Industriel forain, Paris, 12-19 septembre 1903, p. 3.

, qui, proposent à la vente dès 1903, des productions de la Warwick Trading Company, sont installés 14, passage de l'Opéra, adresse de la Warwick avant sa séparation de Charles Urban. C'est alors que naît la Warwick Continental Trading Co et que Raleigh et Robert déposent les marques "Warwick" (28 novembre 1904) et "Continental Warwick Trading Co Ltd, Paris" (24 février 1905). La filiale s'installe au 16, rue Sainte-Cécile.

ÉTABLISSEMENTS CLASSÉS.-Avis d'enquête de commodo et incommodo.
Paris, le 7 octobre 1907,
MM. Raleigh et Robert, demeurant à Paris, rue Sainte-Cécile, 16, ont présenté au Préfet de police une demande à l'effet d'obtenir l'autorisation d'exploiter à Vitry-sur-Seine, quai du Port-à-l'Anglais, 147, un atelier de façonnage du celluloïd n'excédant pas 1,200 kilogrammes (1re classe. — Décret du 31 août 1905 : danger d'incendie).
Toutes personnes qui auraient à présenter des moyens d'opposition contre l'atelier projeté, ou à faire des observations à son sujet, devront les faire connaître, soit au Préfet de police, soit aux maires de leurs communes respectives, ou aux commissaires de police, dans le délai d'un mois, à compter de la date du présent avis.
La demande et les plans de l'établissement sont déposés, durant l'enquête, à la mairie de Vitry-sur-Seine., Bulletin municipal officiel, Paris, lundi 7 octobre 1907, p. 3882.

VIOLENT INCENDIE À NEUILLY
Une fabrique de films est détruite par le feu
Deux cent cinquante mille francs de dégâts
Un violent incendie a détruit, hier soir, 17, avenue du Roule, à Neuilly, la fabrique de films cinématographiques Raleigh et Robert, où, par une coïncidence curieuse, des ouvrières étaient occupées au collage des vues représentant l'incendie du dépôt d'huiles de Saint-Denis.
A sept heures, alors que quinze ouvrières travaillaient, au premier étage, dans l'atelier de collage, des flammes, jaillissant on ne sait d'où, envahirent la pièce. C'est à peine si les ouvrières purent gagner la sortie et entraîner avec elles leurs compagnes, au nombre d'une quinzaine.
Les flammes, trouvant un aliment facile dans les pellicules de celluloïd, eurent tôt fait de se propager dans l'usine, grand bâtiment de quarante mètres de long, comprenant des ateliers au rez-de-chaussée et au premier, et une salle de spectacle au second, pour la confection des vues.
Le contremaître de l'usine, M Suchet, avait donné l'alarme : bientôt arrivaient les pompiers de Neuilly, avec le capitaine Blazec, ceux de Courbevoie, les pompes à vapeur de l'avenue Niel, de la rue de la Pompe, de l'Etat-Major, avec le commandant Charrier, et M. Lépine, préfet de police.
Les pompiers, dans l'impossibilité de sauver l'usine, construite en panneaux de bois et en carreaux de plâtre, durent se borner à protéger le pavillon où habite le contre-maître et à empêcher le feu de se communiquer aux bâtiments voisins, également de construction légère, où sont installés un déménageur, un garage d'automobiles, un vaste chantier de bois, qui, tous, eussent été facilement détruits.
Après deux heures de lutte contre le feu, tout danger immédiat avait disparu. Les pompiers de Neuilly restèrent sur les lieux, continuant à inonder les décombres fumants.
A onze heures du soir, les dernières flammes s'éteignaient.
Au cours de l'incendie, un pompier de Neuilly, M. Etienne Victor, cinquante-huit ans, domicilié 10, rue des Poissonniers, qui se trouvait au faite du bâtiment en feu, a été renversé par le jet d'une lance et précipité sur le sol d'une assez grande hauteur. Blessé à la tête, il a reçu les soins du docteur Tucher, puis a été ramené chez lui. L'enquête à laquelle ont, dès le premier moment, procédé MM. Garnier, commissaire de police, et Torlet, secrétaire, permet d'écarter toute idée de malveillance. Les causes de ce sinistre seraient purement accidentelles.
L'importance des dégâts n'a pu encore être évaluée exactement, mais, tant en films fabriqués ou en cours d'exécution qu'en appareils cinématographiques détruits, on évalue à 250,000 francs environ le montant des pertes.
De plus, les trente ouvriers et ouvrières de l'usine vont se trouver en chômage pendant une période indéterminée.Le Petit Parisien, Paris, vendredi 23 avril 1909, p. 2

Gli splendidi "films" che un numeroso pubblico ammira ogni giorno al "Biograph", 7 rue Taitbout, sono della celebre casa Raleigh et Robert, 16 rue St. Cécile, sotto l'abile direzione dell'egregio sig. M. Berthet.
Questo spiegá perchè il concorso degli spettatori al "Biograph" è sempre più grande. Tutti vogliono veder i piú bei "films " di Parigi.Il Rieseglio italiano, Paris, 29 mai 1910, p. 2.

BIOGRAPH-SPORTS
Salle Berlioz (rue de Clichy)
Lundi 3 avril et jours suivants
Sous le patronage de « La Boxe et les Boxeurs »
_____

UNE INNOVATION SENSATIONNELLE
Rien que du sport — Tous les sports Tout pour le sport.
Voici une nouvelle qui va ravir tous les sportsmen. A partir de lundi prochain,  3 avril, un spectacle sportif tout nouveau leur sera offert, quotidiennement. MM. Raleigh et Robert, propriétaires de l'American Biograph, auxquels nous devions déjà l'inoubliable film du match Jeffries-Johnson, dont le succès a été extraordinaire, ont eu, en effet, une idée toute nouvelle et tout à fait intéressante.
Dans le cadre luxueux et idéal de la salle Berlioz, rue de Clichy, en plein centre de Paris, ils ont installé un cinéma exclusivement réservé au Sport. Tous les films sportifs y seront présentés et tous les sports trouveront leur place sur l'écran. Grands matches internationaux et nationaux de football, épreuves de course à pied, courses de chevaux, escrime, cyclisme, tennis, courses de toureaux [sic], chasses à tir et à courre, natation, canotage, automobilisme, tout sera présenté. Enfin, et surtout,
Tous les grands combats de boxe
disputés en Amérique, en Angleterre, comme en France, grâce à des contrats d'exclusivité passés avec la plupart des grands organisateurs du monde entier, seront offerts aux sportsmen parisiens parfois le lendemain même du jour où ils auront été disputés.
C'est ainsi que, par un véritable coup de maître, Biograph-Sports débutera lundi d'une manière réellement sensationnelle en présentant le film du grand combat Mac Vea-Langford dont MM. Raleigh et Robert se sont assuré tous les droits.
Chaque soir, le programme sera d'un intérêt soutenu par la, variété et le nombre des films sportifs.
Nous reviendrons demain sur l'ouverture prochaine et sensationnelle de Biograph-Sports dont le programme sera chaque jour publié dans l'Auto.L'Auto-vélo, Paris, mercredi 29 mars 1911, p. 4.

BIOGRAPH-SPORTS
Salle Berlioz (rue de Clichy, 55).
Sous le patronage de La Boxe et les Boxeurs.
Aujourd'hui, en matinée et soirée
L'idée réellement originale et nouvelle de MM Raleigh et Robert les grands directeurs de Biograph-Sports, a été récompensée par le succès.
En effet donner chaque soir un spectacle composé exclusivement de films sportifs, triés d'ailleurs avec une compétence remarquable parmi les plus passionnants et les plus d' « actualité », ne pouvait manquer de plaire à tous les sportsmen, aujourd'hui si nombreux.
Aussi y a-t-il foute chaque soir dans la ravissante salle sportive de la rue de Clichy.
Voici le programme de cette semaine à Biograph-Sports. Comme on va le voir, tous les sports sont représentés :
La course cycliste Bordeaux-Paris.
Les épreuves pédestres du Prix Blanchet. 
Les courses à l'aviron sur la Tamise: La Coupe Bentley.
Le Grand Steeple Hippique de Cheltenham.
L'aviation à Brooklands : Courses d'aéroplanes vers Brighton.
Le Polo militaire à cheval.
Et, tout une série de films comiques, dramatiques, etc.
Prix des places : 1 fr. 2 fr. et 3 francs.
Nous ne saurions trop conseiller à tous les sportsmen d'aller voir ce superbe spectacle sportif.
On nous annonce, pour la semaine prochaine, un film sensationnel qui fera courir tout Paris.L'Auto-vélo, Paris, mercredi 17 mai 1911, p. 4.

Le "Kinémacolor"
[...]
En France, le brevet est devenu la propriété de MM. Raleigh et Robert, deux professionnels de la cinématographie, auxquels nous devons déjà le célèbre "American Biograph", si connu de tous les Parisiens. Dans le cinéma noir et blanc, MM. Raleigh et Robert ont accompli des prodiges: l'expérdition du Cap au Caire à travers l'Afrique, les grandes chasses du président Roosevelt, le match Johnson-Jeffries, le mariage du fils du maharajah de Kapurthala, etc..., sont autant de films intéressants que nous devons à leur initiative.
Soyons assurés qu'avec le Kinémacolor ils nous donneront d'ici peu des merveilles.
Georges LUDWIG.Le Petit Parisien, Paris, 14 juin 1911, p. 

Une fête cordiale.-MM. Raleigh et Robert, les éditeurs de l'American Biograph, 55, rue de Clichy, et du Kinémacolor, 19, rue Le-Peletier, ont réuni hier, dans les salons du restaurant Zucco, le personnel entier de leur usine, de leur administration et de leurs deux théâtres, que M. Berthet dirige avec un sens si parfait des goûts artistiques du public moderne.
La réunion, à laquelle ont pris part environ cent cinquante personnes, égayée par les orchestres des deux maisons, a été des mieux réussies. Et l'on s'est séparé très tard, après avoir terminé si joliment une année prospère, qui n'est que l'aube d'une ère que tout annonce plus brillante encore.Le Matin, Paris, lundi 1er janvier 1912, p. 4.

NOUVELLES JUDICIAIRES
On a appelé hier au Tribunal de commerce et remis à quinzaine un procès en concurrence déloyale intenté par la maison Raleigh et Robert, propriétaire du théâtre du Kinemacolor, à diverses Sociétés cinématographiques.
Le Kinémacolor se plaint de la confusion qui peut naître entre son établissement et les leurs, leurs enseignes empruntant la terminaison "color" agrémentée d'un préfixe quelconque. Il demande un million six cent mille francs de dommages et intérêts.
L'affaire sera plaidée à une prochaine audience par Me Georges Hollander, pour les demandeurs, et Mes Sayet et Becker,, agréés, pour les défenseurs.Le Figaro, Paris, mercredi 7 février 1912, p. 4.

ANNIVERSAIRE ET 2,000e AU KINÉMACOLOR. -Hier soir, dans les salons de la brasserie Châteaudun, le théâtre Kinémaoolor fêtait l'anniversaire de son ouverture, sous la présidence de son directeur, M. Berthet, entouré de tout son personnel Cette fête intime coïncidait avec la 2,000e de l'Apothéose des Indes, ce merveilleux conte des Mille et une Nuits qu'on ne reverra jamais. A cette occasion, plusieurs toasts furent portés aux inventeurs, MM. Urban et Smith, et aux promoteurs, en France, de cette sensationnelle découverte, MM. Raleigh et Robert.
Pendant les jours de fêtes, le théâtre Kinémacolor (19, rue Le Peletier) est le lieu de rendez-vous tout indiqué pour les familles ; tout le monde voudra aller applaudir aux scènes dramatiques, comiques, documentaires et d'actualités en couleurs naturelles qui composent le spectacle habituel et assister aux dernières séances spéciales du merveilleux « Durbar » qui ont lieu de 5 h. à 6 h. 1/2 et de 10 h. 1/2 à minuit. (Location: 159-79).Le Journal, Paris, mercredi 1er janvier 1913, p. 5.

Petites Affiches
du 9 avril 1913.
[...]
Droits de sous-location-rue Le Peletier, 19 -Berthet-Schwobthaler, dit Robert.Le Courrier, Paris, mercredi 16 avril 1913, p. 4.

DÉCLARATION DE FAILLITES
(Jugements du 28 novembre 1913)
[...]
1º Charles Raleigh; 2º Isidore-Robert Schwobthaller, dit Robert, exerçant tous deux, sous la firme Raleigh et Robert, le commerce de films cinematographiques, à Paris, 16 ter, rue Sainte-Cécile, y demeurant.La République française, Paris, 20 novembe 1913, p. 4.

Brevet à vendre
Procédé pour produire des images photographiques en couleurs, Brevet 477.728, procédé V.D. Kelley et Charles Raleigh. (A. Augier, 21, rue du Louvre, Paris).L'Informateur de la photographie, p. 96.

{ab 1903|green}

  Vues uniques et authentiques du Pape Léon XIII et du Vatican à Rome  
  Jennie Beans et équipe de sauvetage sur les chemins américains  
2006 Conway. Panorama Chemin de fer  
2007 Le Train de Holyheat (prenant l'eau en marche)  
2009 Une bonne histoire  
2010 Araignée et Mouche  
2014 Le Croiseur allemand "Odin" tirant des canons  
2015 Le Gourmand (Mangeur d'huitres)  
2016 Train de nuit   
2018 Panorama de Pei-Ho (Chine)   
2019 Nègre blanc   
2020 Les Chevaux plongeurs (saut de 20 mètres)  

Contacts