ANGERS

Jean-Claude SEGUIN

Angers, chef lieu du département du Maine-et-Loire (France), compte 73.270 habitants (1894).

1896

Le Cinématographe Lumière (Café du Théâtre, [1er] juillet-6 août 1896)

Les frères Lumière ont mis au point un système de diffusion de leur cinématographe en s'appuyant sur des concessionnaires locaux. À Angers, c'est Félix Rangé qui est responsable. Par ailleurs, l'opérateur est Vallin. Le cinématographe va s'installer au café Gasnault, à côté du Théâtre :

Nous apprenons que M. Gasnault, propriétaire du café du théâtre, vient de louer sa salle du premier étage à MM. Lumière de Lyon, qui obtiennent en ce moment à Paris et dans toutes les capitales de l'Europe un succès considérable avec leur appareil cinématographe. Cet appareil, d'après une série de photographies instantanées, reproduit en les projetant sur un écran, grandeur naturelle, tous les personnages prenant part à des scènes de la vie, en leur donnant le mouvement réel. Nous croyons prédire un grand succès à ce spectacle inconnu ici et nous félicitons M. Gasnault de nous donner cette grande attraction toute d'actualité.


Le Petit patriote de l'Ouest, Angers, 24 juin 1896.

C'est finalement le 1er juillet qu'a lieu l'inauguration des projections de vues animées avec le cinématographe Lumière :

Tous les Angevins voudront aller voir le cinématographe Lumière, qui est installé dans salle du premier étage du café Gasnault., et qui a fonctionné hier soir pour la première fois devant un public émerveillé. Le cinématographe est, on le sait, un appareil destiné à figurer sur un écran la reproduction du mouvement. Les lumières éteintes, on projette sur l'écran, par exemple, une vue d'un coin des Champs-Elysées : tout à coup, la scène s'anime ; les voitures passent au trot de leurs chevaux que stimulent les cochers ; les piétons circulent ; les hommes saluent, fument ; les dames retroussent leurs jupes en se garant du soleil sous leur ombrelles ; la poussière vole ; puis c'est un bicycliste, un cavalier... C'est la vie même que l'on a sous les yeux. Le spectacle est des plus curieux, on le conçoit : il y a entre autres choses une Scène d'arrosage au cours de laquelle le jardinier, étonné de voir que sa lance ne fonctionne plus, reçoit le jet d'eau en pleine figure, au moment où il regarde si le visoir est bouché : un second personnage, s'approchant en sourdine, avait mis le pied sur le tuyau et l'a enlevé subitement. Très remarquable aussi Le clown qui fait le serpentin avec un immense rouleau de papier blanc. Il faut aller voir le cinématographe, qui fonctionnera tous les soirs, au-dessus du café Gasnault. C'est tout bonnement merveilleux, l'illusion de la vie est complète.


Le Petit patriote de l'Ouest, Angers, 2 juillet 1896.

angers gasnault

Place du Ralliement et le Théâtre. Grand café Gasnault (à gauche du théâtre) & Grand café Gault (à droite du théâtre) (début XXe siècle)

Une pratique habituelle consiste au bout de quelques jours à baisser les prix afin de relancer l'intérêt du public. C'est ainsi que l'accès va diminuer de moitié à partir du 21 juillet :

À partir de ce soir lundi, le prix des séances est fixé à 50c. L'administration du Cinématographe veut que tous les Angevins aient admiré ce curieux spectacle avant d'aller remplir ailleurs ses engagements antérieurs. C'est pourquoi le prix des séances est, à partir d'aujourd'hui, fixé à 50c. Tous les amateurs de belles choses ne peuvent se dispenser d'aller voir le Cinématographe !


Le Petit patriote de l'Ouest, Angers, 21 juillet 1896.

Toujours pour les mêmes raisons commerciales, le cinématographe commence à annoncer son départ à partir du 23 juillet (Le Petit Patriote de l'Ouest, Angers, 23 juillet 1896), même si ce n'est que le jeudi 7 août qu'à lieu la dernière séance (Le Petit Patriote de l'Ouest, Angers, 7 août 1896)..

Répertoire (autres titres) : La Pêche de bébésConcours hippique (les tandem)Le ForgeronUne place de LyonLe SerpentinPromenade en barqueLes Champs-ÉlyséesL'Arroseur (Le Journal du Maine-et-Loire, Angers, 1er juillet 1896), les CygnesUne rue de Londres (Le Journal du Maine-et-Loire, Angers, 5-6 juillet 1896), Arrivée d'un trainLe MurDépart en voitureArtillerie d'EspagneGarde montante (Budapest)Baignade en merQuerelle enfantineCortège de la couronne (Budapest)Fêtes du millénaire (Budapest) (Le Petit Patriote de l'Ouest, Angers, 19-20 juillet 1896), En bateau, Mauvaises herbesQuerelle de bébésLeçon d'escrime (le salut)Concours hippique :  mail coachConcours hippique : tandem (Le Petit Patriote de l'Ouest, Angers, 28 juillet 1896).

Le Chronophotographe Grenier (Champ-de-Mars, [13]-[30] novembre 1896)

Le forain Ernest Grenier a fait l'acquisition d'un appareil de la maison Gaumont, le chronophotographe. Il arrive pour la foire de Saint-Martin qui commence le lendemain de la Saint-Martin et dure quinze jours. La première a lieu le 13 novembre 1896. 

angers chronophotographe

Le Petit Courrier, Angers, vendredi 13 novembre 1896, p. 3

Les informations sont assez succinctes et n'apportent que peu d'informations comme celle-ci :

A la Foire.-Nombreux ont été les visiteurs du Chronophotographe de M. Grenier.
Grand Succès des photographies animées et surtout de la Danse Serpentine.
Ce soir, changement de spectacle : Les Fêtes Russes à Paris.


Le Petit Courrier, Angers, mercredi 25 novembre 1896, p. 3.

Il faut attendre la fin du mois de novembre pour que Le Petit Patriote de l'Ouest apporte quelques éléments complémentaires sur le répertoire des vues proposées :

Que les Angevins qui n'ont pas encore visité cet établissement se pressent d'aller voir les splendides tableaux du Chronophotographe Grenier car la clôture est prochaine. Citons au hasard, le tableau représentant le Fardier, un attelage de neuf chevaux et surtout les tableaux représentant les Fêtes franco -russes : L'arrivée du tsar à Paris, le Défilé du cortège aux Champs-Élysées ; c'est la reproduction exacte des fêtes qui ont eu lieu à Paris en l'honneur des Russes. Les séances ont lieu tous les soirs aux heures et demi-heures, de 7h 1/2 à 11 h 1/2.


Le Petit patriote de l'Ouest, Angers, 29-30 novembre 1896.

Ernest Grenier quitte Angers après le 30 novembre avec son chronophotographe.

Répertoire (autres titres) : Les FÊTES FRANCO-RUSSES, L'Arrivée du Tzar à ParisDéfilé du Cortège aux Champs-Elysées (Le Petit Courrier, Angers, vendredi 27 novembre 1896, p. 3)

1897

Le Cinématographe Vernassier (Champ-de-Mars, [12]-[27] novembre 1897)

L'Industriel forain, dans son édition du 5-11 décembre 1897 (nº 435), signale parmi les établissements forains installés à Angers, signale le " cinématographe Vernassier ". Louis Vernassier est un forain qui présente un appareil de vues animées depuis 1896. Cette information est confirmée par un entrefilet paru dans la presse locale :

CHAMP DE MARS-ATTRACTION
[...]
Le Cinématographe et ses projections et photographies animées et goûtées.


Le Petit Courrier, Angers, mercredi 24 novembre 1897, p. 3.

1898

Le Royal Viograph d'Edmond Oger et Constantin Daue (Fantaisies Angevines, 29 novembre->16 décembre 1898)

Les ambulants Edmond Oger et Constantin Daue, qui ont été au préalable à Bordeaux, présentent leur Royal Viograph, à la fin du mois de novembre, aux Fantaisies Angevines :

FANTAISIES ANGEVINES
ANCIENNE BODINIÈRE
Rue Saint-Denis, près la place du Ralliement
Direction Montel
SPECTACLE DE FAMILLE
Mardi 29, Mercredi 30 et Jeudi 1er Décembre
Représentations du "Royal Viograph Américain" présenté par MM. Doué [sic] et Oger.
Et celles du Théâtre Miniature présenté par M. Gillett avec ses imitations des principaux artistes des concerts de Paris.
ORDRE DU SPECTACLE: 1º " Le Royal Viograph" 2º Le Théâtre Miniature; 3º Le "Royal Viograph".
Bureau 8 heures Rideau 8 h 1/2.
Pour le prix des places, consulter l'affiche du jour.
***
M. Montel nous prie d'informer le public qu'il vient de traiter pour quelques représentations avec le Royal Biograph Américain, dont les débuts auront lieu les mardi 29, mercredi 30 et jeudi 1er décembre.
Le spectacle sera divisé en deux parties dans la même séance, avec plusieurs tableaux encore inconnus à Angers.
De plus, M. Montel conserve M. Gillett et son théâtre de Fantoches qui obtient chaque jour un immense succès.
Voilà ce qui s'appelle des représentations de famille et nous engageons nos lecteur à y assister.


Le Petit Courrier, Angers, Dimanche 27 novembre 1898, p. 3.

angers fantaisies angevines

L.V. phot., Angers.-Un coin de la rue St.-Denis et de la rue St-Julien.
(Les Fantaisies Angevines, à l'angle à gauche) (début XXe siècle)

Le compte rendu, publié le 30 novembre, souligne le succès des projections et offre quelques titres du répertoire :

Fantaisies Angevines
Immense succès du "Viograph Américain", hier au soir, aux Fantaisies Angevines.
Tous les tableaux ont été très applaudis et les familles nombreuses qui étaient vendues en foule, ont manifesté leur satisfaction par des applaudissements frénétiques.
La Passion, Napoléon aux avant-postes, la Bataille des Oreillers, Le Tram. En somme tous les tableaux ont soulevé l'enthousiasme des spectateurs.
M. Montel tient incidemment, un filon qui fera certainement de la salle des Fantaisies une réunion de famille admirable, où l'on rencontrera de belles attractions, et où tout le monde peut assister.
Ce soir mercredi et demain jeudi 10 décembre, deuxième et troisième représentations, avec les mêmes tableaux. Nous garantissons une salle archicomble.


Le Petit Courrier, Angers, mercredi 30 novembre 1898, p. 3.

Quelques jours plus tard, Le Petit Courrier propose un programme complet combinant le Royal Viograph et le Théâtre Miniature : 

FANTAISIES ANGEVINES
Place de Ralliement
Direction Motel
Par suite d'un cas de force majeure, la représentation du Royal Viograph qui devait avoir lieu hier soir aux Fantaisies Angevines, a dû être remise à ce soir, samedi, à 8 h 1/2.
Le Royal Viograph
Présenté par MM. Dau [sic] et Oger, et le Théâtre miniature de M. Gillett.
PREMIÈRE PARTIE
1. Le Prestidigitateur
2. La Passion, en 12 tableaux en couleur.
3. La Bataille des Oreillers, scène enfantine.
4. Le Désastre de l'Albion.
DEUXIÈME PARTIE
Le Théâtre miniature.
TROISIÈME PARTIE
Le Royal Viograph
1. La Fabrique de saucissons de Francfort.
2. La Guerre de Cuba.
3. La Cigale et la Fourmi.
4. La Course de Taureaux, en 5 tableaux.
5. Le Train express, 120 kilomètres à l'heure.


Le Petit Courrier, Angers, samedi 3 décembre 1898,  p. 3.

L'origine des vues reste incertaine, même si l'on peut identifier certains éditeurs (MélièsPaul). Une des dernières annonces est publiée le 17 décembre :

Fantaisies Angevines
Le succès de Castel dit le violon du Diable, a été sensationnel hier au soir, aussi les bravos et les rappels ne lui ont pas manqué, quant au chien Sultan il est vraiment surprenant et unique au monde, car il a tenu le public sous le charme par ses exercices de comptabilité, qui sont une merveille pour la gent canine.
Le Royal Viograph et le Théâtre Miniature, ont remporté le même succès.


Le Petit Courrier, Angers, samedi 17 décembre 1898, p. 3.

Quelques jours plus tard, Oger et Daue quittent Angers pour Tours.

1899

1900

1901

1902

1903

1904

1905

1906