THONON-LES-BAINS

Jean-Claude SEGUIN

Thonon-les-bains, commune du département de la Haute-Savoie, compte 5780 habitants (1894).

1896

1897

1898

1899

Le cinématographe (Place Château, [13] mai 1899)

Le cinématographe qui arrive à Thonon au printemps 1899 n'a guère laissé de traces dans la presse. À peine un entrefilet :

LE CINÉMATOGRAPHE À THONON
Un Cinématographe vient de s'installer sur la place Château et donnera pendant quelque temps une série de séances avec changement de tableaux tous les deux jours.
Les séances auront lieu tous les soirs. La direction traite à forfait avec les Pensionnats.


L'Écho du Léman, Thonon, 13 mai 1899.

Pas de responsable, et pas de programme non plus.

thonon place chateau

Pittier, phot. édit. Annecy, Thonon-La Place du Château (début XXe siècle)

1900

1901

1902

1903

1904

Le cinématographe (Place des Arts, avril 1904)

Ce n'est qu'en avril 1904 que Le Messager Agricole annonça [...] la venue d'un cinématographe sur la Place des Arts à Thonon. Ce cinématographe resta quelques jours seulement, et offrit des spectacles le dimanche après-midi et tous les soirs à 8 h 1/2. Aucune autre information ne fut mentionnée.


Pignal, 1996: 50.

1905

1906

El Reale Vito (14 avril-[avril] 1906)

Ce cinématographe est dirigé par Félix Ruche, un concitoyen de Thonon. Ce nom étrange n'apparaît nulle part ailleurs.

Le Grand Cinématographe Franco-Genevois de Joseph Cusin (22-30 avril 1906)

Joseph Cusin, directeur du casino de Chamonix, organise des séances de cinématographie à Thonon, pendant une semaine :

DEUX CINÉMATOGAPHES
[...] D'autre part, le grand cinématographe Franco-Genevois, dirigé par M. Joseph Cusin, bien connu à Thono, donnera des représentations dans la même salle du 22 au 30 avril à 8 h 1/2 du soir. Ce cinématographe de premier ordre, destinié au Casino de Chamonix, a une puissance de netteté merveilleuse paraît-il. L'écran sur lequel se reflètent les images à 80 m2.
Au programme figure La Catastrophe de Courrières drame en 9 tableaux.
Nous en reparlerons.


Le Messager Agricole, 14 avril 1906.

Le Grand Cinématographe de Joseph Cusin (18 novembre 1906- [janvier 1907])

Joseph Cusin revient à Thonon où il va s'installer pendant presque deux mois.

On le revit le 18 novembre 1906, et cette fois, il resta près de deux mois en ville. Il continua de donner ses représentations dans la salle de l'ancien collège, les mardis, jeudis, samedis et dimanches soirs. Les nombreux articles qui lui furent consacrés dans Le Messager Agricole témoignent tous du très large succès qu'il remporta... Son programme fut qualifié de "véritable exposition universelle des merveilles du XXe siècle". Les sujets qu'il présentait étaient à la fois "instructifs, moraux et hilarants" et convenaient donc à un large publlic. Chaque représentation durait près de deux heures, et les prix affichés variaient entre trente centimes, cinquante centimes et un franc, avec des demi-places pour les enfants et des prix réduits les matinées de jeudi et dimanche. L'audience qu'il obtint était si importante, que les places à trente centimes du dimanche furent supprimées, "vue l'affluence des spectateurs"...


Pignal, 1996: 52.

Pour la semaine de clôture du Grand Cinématographe Cusin, Le Message Agricole publie l'article suivant :

CINÉMATOGRAPHE
L'Ascension du Mont-Blanc au Cinématographe
Pour la clôture, M. Cusin offre cette semaine L'Ascension du Géant des Alpes et des aiguilles vertigineuses, ainsi que de nombreuses vues alpestres du plus haut intérêt scientifique. Les missions Vallot et Janssen, les observatoires au milieu des neiges éternelles, les sports dans la vallé de Chamonix, etc., etc.
Qu'on se le dise...


Le Messager Agricole, 29 décembre 1906

Bibiographie

PIGNAL Muriel, Les Premiers Pas du cinéma en Haute-Savoie, Conseil Général Haute-Savoie, 1996, 168 p. 

Afin d'optimiser votre expérience sur ce site, nous utilisons des cookies. Ils visent essentiellement à réaliser des statistiques de visites. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies.