MONTBRISON

1896

1897

*Le Cinématographe Draneil de M. Rambaud (janvier 1897)

Le Cinématographe Draneil va présenter des vues animées dans quelques villes du centre-est de la France. Alors qu'il offre des représentations au Puy le touneur, au tout début de l'année 1897, fait passer une annonce dans le Journal de Montbrison qui fournit quelques informations :

Le Cinématographe.
Nous sommes heureux d'annoncer à nos lecteurs que nous aurons très prochainement des séances du Cinématographe Draneil, dernier perfectionnement (projections animées et en couleurs, grandeur naturelle).
Parmi les tableaux les plus saillants et les plus applaudis, citons notamment :
Une magnifique scène de lutteurs (en couleurs), aux Folies-Bergères; Micheline du théâtre de l'Olympia dansant la bourrée dans la Rose de Saint-Flour ; le cortège du Tsar et de la Tsarine ; la Loïe Fuller exécutant sa célèbre danse serpentine (en couleurs) ; une sortie des ouvriers et ouvrières de l'usine de la Bénédictine etc. etc.
Ces projections donnent l'illusion la plus complète de la vie réelle et du mouvement et constituent, nous pouvons le dire, la plus merveilleuse et la plus amusante découverte de notre époque.


Journal de Montbrison, Montbrison, 10 janvier 1897, p. 2.

Le programme annoncé comporte soit de vues pouvant provenir de différents éditeurs comme dans le cas du Cortège du Tsar et de la Tsarine, soit de vues non identifiées comme dans le cas de Micheline du théâtre de l'Olympia dansant la bourrée dans la Rose de Saint-Flour ou Une sortie des ouvriers et ouvrières de l'usine de la Bénédictine. L'annonce est de nouveau publiées les deux dimanches suivants (17 et 24 janvier), mais aucune confirmation d'une projection effective, alors que le cinématographe Draneil est à Aurillac à partir du 20 janvier.

1898

1899

1900

1901

1902

1903

Le Cinématographe d'Henri Forestier (Salle de la Chevalerie, 24 février 1903)

C'est le tourneur Henri Forestier, qui vient de Saint-Symphorien-sur-Coise, qui organise une seule séance avec son cinématographe , dans la salle de la Chevalerie, len février 1903 : 

Cinématographe.-Le mardi 24 février, à 8 heures du soir, salle de la Chevalerie, il sera donné une séance du grand cinématographe, H. Forestier, ne fatiguant pas la vue et donnant des photographies vivantes, de grandeur nature, sur une toile de 18 mètres carrés ; puissance lumineuse : 1.100 bougies. Prix des places : première 1 franc, deuxième, 0 fr. 50. Les enfants et militaires paieront demi place.


Mémorial de la Loire et de la Haute-Loire, Saint-Étienne, 23 février 1903, p. 3.

Nous ne disposons d'aucune autre information sur cette séance unique.

1904

1905

1906

 

Afin d'optimiser votre expérience sur ce site, nous utilisons des cookies. Ils visent essentiellement à réaliser des statistiques de visites. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies.