MONS

Jean-Claude SEGUIN

Mons, chef-lieu de la province du Hénault (Belgique)

1896

1897

1898

1899

1900

1901

1902

1903

1904

1905

Le Cinématographe (Grande-Place, 3 octobre 1905)

C'est à l'occasion de séances publiques organisées sur la Grande-Place qu'un terrible incendie se déclare, même s'il a plus de peur que de mal :

MONS. — Une panique épouvantable, qui aurait pu prendre les proportions d’une véritable catastrophe, s’est produite, mardi, vers onze heures du soir, sur la Grande-Place. Une foule, que l'on peut évaluer sans exagérer à six mille personnes, emplissait la place communale où se donnait une représentation cinématographique, à l'occasion des fêtes nationales ; les terrasses des cafés étaient bondées de consommateurs. Tout à coup, déboucha d’une artère avoisinante une voiture dont le cheval s’était emporté. Aux cris de frayeur poussés par quelques personnes, d’autres spectateurs, parmi lesquels beaucoup de femmes et d'enfants, furent pris de panique subite et s'enfuirent en poussant des cris épouvantables.
Ce ne fut plus alors qu'une fuite éperdue de toute cette foule, des cris de détresse, des appels désespérés.
On crie : " Au feu ! Au secours ! " des enfants et des vieilles gens sont piétinés et écrasés. Les chaises, tables et glaces de plus de dix cafés sont détruites.
La police elle-même est renversée par cette vague humaine irrésistible. L’absence complète de lumière mit le comble au désordre terrible. Au bout de cinq à six minutes, le tumulte s’apaisa enfin.
D'après les premières constatations du commissaire de police, il y aurait une trentaine de personnes plus ou moins grièvement blessées.
Une femme notamment a eu les deux jambes brisées et a été transportée de suite à l’hôpital, ainsi qu’un bébé qui a été piétiné et se trouve en danger de mort aujourd'hui.
Les pick-pockets ont profité de l’occasion, car les plaintes de vols de bijoux affluent au commissariat où sont déposés plus de 200 chapeaux d'hommes et de dames, ainsi que de nombreux parapluies, filets, etc., etc.


Le Guetteur de Saint-Quentin et de l'Aisne, Saint-Quentin, 4 octobre 1905, p. 3.

Les voleurs peuvent s'en donner à cœur joie...

1906

 

Afin d'optimiser votre expérience sur ce site, nous utilisons des cookies. Ils visent essentiellement à réaliser des statistiques de visites. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies.