ALENÇON

Jean-Claude SEGUIN

Alençon, chef-lieu de l'Orne, compte 18.319 habitants (1894).

1896

Le Chronophotographe Grenier (décembre 1896)

Ernest Grenier, l'un des premiers forains à s'être intéressé au kinetoscope et au cinématographe, installe sa baraque foraine sur la place d'Armes. Le nom de l'appareil, chronophotographe, renvoie directement à la maison de Léon Gaumont. En revanche, aucune information ne transparaît en ce qui concerne le programme de vues. 

alençon place armes alençon 1896 grenier chronophotographe
Alençon, Place d'Armes, Palais de Justice (début XXe siècle) Le Journal d'Alençon, Alençon, 5 décembre 1896, p. 2.

La presse s'en tient, par ailleurs, à l'information probablement rédigée par le forain lui-même.

1897

Cinématographe Camby ([4] janvier-[10]février 1897)

C'est à l'occasion de la foire de la Chandeleur qui commence le 3 février et dure quinze jours qu'Alexandre Camby installe sa loge foraine. La presse annonce sa présence quelques jours avant :

À la foire de la Chandeleur [Camby], projections animées.


L'Avenir de l'Orne et de la Mayenne, Alençon, 24 janvier 1897

Le Cinématographe perfectionné de Louis Goudesone (Théâtre, avril 1897)

Louis Goudesone, artiste et musicien de renom, a pris le virage du cinématographe depuis quelques mois. Il vient à Alençon - on ignore exactement pourquoi ce choix - pour une seule soirée qui combine conférence, vues fixes et vues animées :

LE CINÉMATOGRAPHE
Dimanche prochain, jour de Pâques, M. GOUDESONE donnera sur notre théâtre une intéressante représentation que tout le monde peut aller voir, y compris les enfants. C'est le " Cinématographe " dont il est l'inventeur qui en fera tous les frais.
Projections lumineuses avec Conférence ; excursions à travers le Monde : les bords du Rhin, la Russie, l'Algérie, la Tunisie, Madagascar, etc, etc. ; Versailles ; tableaux scientifiques et comiques, suivis de projections animées par le " Cinématographe " perfectionné GOUDESON ; tableaux représentant le voyage du czar à Paris : réception, cortège et défilé militaire.


Le Journal d'Alençon et du département de l'Orne, Alençon, 15 avril 1897, p. 3.

Le journaliste laisse entendre que Goudesone est le créateur d'un appareil cinématographique, mais nous n'en avons pas de confirmation par ailleurs. 

Répertoire (autres vues) : Réception de LL. MM. l'Empereur et l'Impératrice de Russie à ParisCortège du tsar et du président de la RépubliqueGrand défilé militaire.

1898

1899

1900

1901

1902

1903

1904

1905

1906

Le cinématographe de Kobelkoff (Champ-de-Foire, [27] janvier-[18] février 1906)

L'artiste tronc Nicolaï Kobelkoff est un spectacle à lui tout seul. À la foire Saint-Vincent ou de la Chandeleur, il présente également une série de films :

La foire Saint-Vincent
[...]
Les attractions qui certes ont eu le plus d'accueil sont : le théâtre Vernassier, le théâtre Carmelli et Kobelkof.
Ce dernier établissement nous montre un phénomène, M. Kobelkof lui-même, l'homme tronc, pas de jambe pas de bras ; Et pourtant il marche, ou plutôt il saute, peint, ouvre sa montre, écrit ; il paraît d'une humeur charmante, il est d'ailleurs père de six enfants.
On vend sa carte postale dont le produit nous dit-on, sert à lui acheter ses chaussettes et ses gants !!
On assiste à une séance de cinématographe. Quelques tableaux sont très intéressants.


Journal de l'Orne, Alençon, 27 janvier 1906, p. 2.

Le Théâtre-Salon Carmelli (Champ-de-Foire, [27] janvier-[18] février 1906)

C'est à l'occasion de la foire de la Chandeleur que s'installe à Alençon le Théâtre-Salon du prestidigitaeur Carmelli :

La foire Saint-Vincent
[...]
Les attractions qui certes ont eu le plus d'accueil sont : le théâtre Vernassier, le théâtre Carmelli et Kobelkof.
[...].
Le plus intéressant spectacle est certes chez Carmelli. Prestidigitation. Transmission de la pensée, spiritisme, magie, Roscoff l'émule d'Inaudi, est un calculateur émérite. C'est lui qui nous fait aussi voir les tables tournantes qui dansent une gigue insensée sur la scène. La voyante lit dans notre pensée comme dans un livre, gare à ceux qui ont des secrets !


Journal de l'Orne, Alençon, 27 janvier 1906, p. 2.

Quelques jours plus, nous avons la confirmation de la présence d'un cinématographe au nombre des attractions du forain :

FOIRE CHANDELEUR
THÉÂTRE-SALON CARMELLI
Tous les soirs grande représentation.-M. Carmelli, le prestidigitateur extraordinaire qui opère avec une dextérité sans égale.- La sorcière Foska et le mage Roskoff, dont les expériences de télépathie et de suggestion sont merveilleux.-M. Roskoff, calculateur étonnant.-M. S. Hugues, dans ses quarante figures comiques.-Enfin pour terminer, une séance de cinématographe très intéressante, où se déroulent des scènes très amusantes ou dramatiques.-Tous les mardis et vendredis, soirée de gala.


Le Journal d'Alençon, Alençon, 15 février 1906, p. 2.

Afin d'optimiser votre expérience sur ce site, nous utilisons des cookies. Ils visent essentiellement à réaliser des statistiques de visites. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies.