ESBLY

1896

Le Cinématographe de M. Armand (Hôtel du Casino, 17 octobre 1896)

M. Armand vient de donner une séance à Lagny et il continue sa tournée dans la région. À Esbly, une seule séance est organisée le 17 octobre 1896, à l'Hótel du Casino. Les hôtels, au début du cinématographe, ont souvent accueilli des projections dans leur salle de réception et l'on en trouve de nombreux exemples dans la région d'île de France :

Le Cinématographe au Casino. — M. Barbier n’a pas tardé à tenir sa promesse, c’est, en effet samedi soir à 8 heures qu’il nous sera donné d’assister à une séance de projections photographiques animées par Le Cinématographe.
Tous, petits et grands, voudront connaître cette toute dernière et merveilleuse invention.
Au programme :
1º Scène de déjeûner — 2º Les lutteurs aux Folies-Bergères — 3º Le couronnement du Tsar — 4° La Loïe Fuller — 5° Les chevaux de bois à la fête de Neuilly — 6º L’arrivée d’un train en gare de Versailles — 7° Une sortie d'usine — 8° Danse auvergnate.
Le spectacle commencera par l’histoire de Jeanne d’Arc en 30 tableaux de projections lumineuses avec conférence explicative.
De plus le phonographe Edison se fera entendre de toute la salle pendant la séance des projections animées.
Prix des places : premières, 1 franc ; secondes, 0 fr. 50 ; concession de moitié pour les enfants.
Esbly ne devant pas revoir de sitôt une semblable attraction, qui a fait courir tout Lagny et qui dimanche dernier a émerveillé les Meldois, nous ne doutons pas de l'empressement que chacun mettra à se rendre à cette captivante soirée.Marcel d'ECLY.


Journal de Seine-et-Marne, Meaux, 16 octobre 1896, p. 3.

Le programme reproduit à l'identique celui qui a été présenté à Lagny, même si, pour trois titres, le journaliste Marcel d'Ecly précise la localisation des vues, soufflée sans doute par M. Armand lui-même, mais il reste pourtant des doutes sur ces précisions. La nouveauté, semble-t-il, réside dans le phonographe Edison qui émet de la musique ou des chants pendant la projection... C'est tout au moins ce qui est prévu.

esbly casino

Éditions Marchal, Esbly-Hôtel du Casino, Maison Marchal (début XXe siècle)

Mais le compte rendu, publié dans le même journal, ne mentionne pas de phonographe, mais se plait à souligner l'attitude des habitants d'Esbly face aux nouveautés technologiques comme le cinématographe .

ESBLY
Le cinématographe au Casino. — Salle comble samedi soir au casino, grâce aux communes avoisinantes, Esbly par lui-même ayant peu donné ; pourtant la soirée a été ce qu’elle devait être, c’est-à-dire des plus captivantes.
On est incrédule à Esbly, beaucoup de personnes ne connaissant pas encore cette merveilleuse invention, comparent le cinématographe à une vulgaire lanterne magique ce qui constitue une grave erreur.
Les unanimes applaudissements qui ont salué chaque audition du phonographe et l’apparition de chaque tableau, ont prouvé l’admiration ressentie par les spectateurs de samedi, laissons-les donc faire eux-mêmes la réclame que mérite celte attraction, et quand vous reviendrez, M. Armand, la salle sera trop petite.
Il nous faut pourtant reconnaître que vous vous avez surpassé, et si votre mise au point et vos projections ont été aussi parfaites à Meaux dimanche, nous avons la conviction que les Meldois n’auront pas regretté leur soirée.
Marcel d’ECLY.
N. B. — M. Armand nous permet d’annoncer pour la prochaine soirée à Esbly une quantité de nouveaux tableaux ; entr’autres, un voyage au pays des Pharaons, une ville retrouvée (Pompéï) et enfin plusieurs vues rappelant le dernier séjour du Tsar à Paris.Journal de Seine-et-Marne, Meaux, 21 octobre 1896, p. 2.

L'article présente l'intérêt de s'attacher non pas au programme ou aux conditions de projections, mais aux spectateurs qui découvrent, pour l'essentiel d'entre eux, le cinématographe. Le journaliste semble annoncer une seconde soirée, mais la presse ne vient pas le confirmer. En revanche, M. Armand se rend bien à Meaux pour sa suivante étape de sa tournée.

1897

1898

1899

1900

Le Cinématographe de M. Giel (Salle du Casino, 1er octobre 1900)

M. Giel est un tourneur très actif au cours des années 1900 et 1901 qui parcourt la France en présentant son programme dans de nombreuses villes où il ne reste, en général, qu'un seul jour. Il a un rôle essentiel dans la pénétration du cinématographe dans de petites communes. Il arrive de Lagny-sur-Marne. À Esbly, il donne une séance dans la salle du Casino :

Esbly
Lundi prochain, à huit heures et demie du soir, salle du Casino, la direction Giel donnera une seánce de ses curieuses projections animées.
Le programme comprend : Les Danseurs, au bord de la Mer, en dix tableaux ; le Couronnnement du Tsar ; des scènes militaires et des vues comiques.


Journal de Seine-et-Marne, Meaux, 26 septembre 1900, p. 2.

Il arrive le surlendemain à Saint-Ouen-L'Aumône.

1901

1902

1903

1904

1905

1906

 

Afin d'optimiser votre expérience sur ce site, nous utilisons des cookies. Ils visent essentiellement à réaliser des statistiques de visites. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies.