MASCARA

Jean-Claude SEGUIN

Mascara est une ville d'Algérie.

1896

1897

Le Cinématographe Joly de MM. Prinsac et Vernet (< 6-> 9 janvier 1897)

L'appareil cinématographique qui va présenter des vues animées à Mascara vient de donner quelques séances de projections à MostaganemGaston PrinsacJean Prinsac et Louis Vernet arrivent avec leur cinématographe Joly pour donner une série de séances :

Le cinématographe
De toutes les inventions merveilleuses de cette fin de siècle, la plus attrayante est sans contredit le cinématographe.
Grâce à cette [sic] appareil, l'on peut voir se dérouler sur un écran placé en face des spectateurs les scènes les plus diverses et les plus amusantes prises sur le vif par la photographie instantanée. Les mouvements sont d'un naturel parfait et l'illusion est complète.
Les scènes présentées par le cinématographe (système Joly) sont d'un comique de bon goût et scrupuleusement choisies pour permettre aux familles d'assister aux séances.


Le Progrès, Mascara, 6 janvier 1897, p. 2.

Quelques jours plus tard, un autre article complète quelque peu l'information. D'une part, nous apprenons que les séances ont lieu chez M. Azemar et d'autre part, nous découvrons quelques titres de films : 

Cinématographe
Le cinématographe (système Joly), installé chez M. Azemar est une curiosité qui sollicitera certainement le public.
Les tableaux mouvants, en dehors du voyage du Tzar, qui est une attraction, sont surprenants de réalité. Nous recommandons « Le Forgeron », effet de fumée, « La baignade ».
Voici, du reste, ce qu'annonce le programme :
Grâce à cet appareil, l'on peut voir se dérouler sur un écran placé en face des spectateurs, les scènes les plus diverses et les plus amusantes prises sur le vif par la photographie instantanée. Les mouvements sont d'un naturel parfait et l'illusion est complète.
Les scènes présentées par le cinématographe (système Joly) qui fonctionne, dans notre ville, sont d'un comique de bon goût et scrupuleusement choisies pour permettre aux familles d'assister aux séances.
Le prix des places est modique. Nul doute que chacun tienne à assister, même plusieurs fois, aux séances de M. Vernet.


Le Progrès, Mascara, 9 janvier 1897, p. 2.

Nous ignorons si MM. Prinsac et Vernet restent encore quelques jours à Mascara ou s'ils repartent ailleurs organiser d'autres séances. 

1898

Le Cinématographe de M. Naus (Place Gambetta, 13->26 mai 1898)

M. Naus, propriétaire d'un cinématographe, organise des séances de projections animées dans une salle de l'ancien hôtel de France :

Phonographe et Cinématographe à Mascara
M. Naus, Directeur-Propriétaire du salon annonce du Boulevard Seguin, à Oran, vient d'installer dans la salle de l'ancien Hôtel de France, place Gambetta, le Phonographe et le Cinématographe pour la durée du Concours, ainsi qu'un salon annonce, où les Mascaréens et Mascaréennes trouveront une exposition de tous les journaux illustrés, journaux de Mode, tableaux à l'huile de nos articles les plus distingués.
M. Naus a débuté hier soir, par une audition du phonographe. Le répertoire se compose de 400 morceaux, dont nous citons en première ligne la marche des Zouaves avec clairon, la marche de la Légion, la fille du Régiment, qui sont rendu d'une façon si nette que l'on croirait entendre une musique militaire. Enfin excellente soirée à passer au salon annonce de M. Naus.
Ce soir, samedi 13 courant, première du Cinématographe.
Nous reviendrons à notre prochain numéro sur le Cinématographe.


Le Progrès, Mascara, 14 mai 1898, p. 3.

Dans l'article publié la semaine suivante, on commente plutôt l'exposition de gravures :

Au Salon-Annonce
M. Naus, directeur du Salon-Annonce de la place Gambetta nous prie d'informer le public que l'on peut visiter tous les jours son établissement.
L'entrée est absolument gratuite.
Nous signalons au public de façon toute spéciale quelques charges de Sirat relatives aux élections de la 1re circonscription qui ont fait courir tout Oran au Salon-Annonce du Boulevard Seguin. De bonnes gravures extraites de l'Illustration, du Figaro illustré, du Monde illustré, etc..., des peintures à l'huile signées des meilleurs artistes, des photographies complètent l'exposition de M. Naus.
L'on entend aussi au Salon-Annonce le Phonographe Edison et l'on donne tous les soirs une séances de Cinématographe.
Le Salon-Annonce se recommande en trois points.


Le Progrès, Mascara, 21 mai 1898, p. 1.

Un dernier article est publié le lendemain :

Phonographe et cinématographe
Depuis quelques jours déjà, M. Naus, Directeur-propriétaire du salon annonce du Boulevard Seguin à Oran, a installé à Mascara, place Gambetta, dans la salle de l'ancien hôtel de France, et pour la durée du Concours seulement, le Phonographe et le Cinématographe, ainsi qu'un salon annonce.
Tous ceux qui veulent passer une excellente soirée, se rendent chez M Naus.


L'Indépendant de Mascara, Mascara, 22 mai 1898, p., 2.

Le même article est à nouveau publié le 26 mai..

Le Cinématographe électrique (Place Gambetta, 20->24  novembre 1898)

Le Cinématographe Électrique s'installe à Mascara sur la place Gambetta :

LE CINÉMATOGRAPHE ÉLECTRIQUE, mu par une puissante machine à vapeur, qui vient d'obtenir un légitime succès à Oran et Bel-Abbès est installé, pour quelques jours, à Mascara, Place Gambetta.
Ouverture: demain, dimanche, de 2 h. de l'après-midi à 11 h du soir et séance tous les jours suivants.


L'Indépendant de Mascara, Mascara, dimanche 20 novembre 1898, p. 2.

Le cinématographe est encore annoncé quelques jours plus tard :

LE CINÉMATOGRAPHE ÉLECTRIQUE a obtenu le succès qu'il méritait.
De nombreux Mascaréens et Mascaréennes se sont offerts cette instructive et intéressante distraction; d'autres se disposent à aller revoir cet établissement où le choix de vues est varié avec un soin scrupuleux.-Nous sommes de ceux-là.


L'Indépendant de Mascara, Mascara, 24 novembre 1898, p. 3.

mascara place gambetta

Mascara, la Mairie et la place Gambetta (c. 1901)

1899

1900

1901

1902

1903

1904

1905

1906