MASCARA

Jean-Claude SEGUIN

Mascara est une ville d'Algérie.

1896

1897

Le Cinématographe Joly de MM. Prinsac et Vernet (janvier 1897)

L'appareil cinématographique qui va présenter des vues animées à Mascara vient de donner quelques séances de projections à MostaganemGaston PrinsacJean Prinsac et Louis Vernet arrivent avec leur cinématographe Joly pour donner une série de séances :

Le cinématographe
De toutes les inventions merveilleuses de cette fin de siècle, la plus attrayante est sans contredit le cinématographe.
Grâce à cette [sic] appareil, l'on peut voir se dérouler sur un écran placé en face des spectateurs les scènes les plus diverses et les plus amusantes prises sur le vif par la photographie instantanée. Les mouvements sont d'un naturel parfait et l'illusion est complète.
Les scènes présentées par le cinématographe (système Joly) sont d'un comique de bon goût et scrupuleusement choisies pour permettre aux familles d'assister aux séances.


Le Progrès, Mascara, 6 janvier 1897, p. 2.

Quelques jours plus tard, un autre article complète quelque peu l'information. D'une part, nous apprenons que les séances ont lieu chez M. Azemar et d'autre part, nous découvrons quelques titres de films : 

Cinématographe
Le cinématographe (système Joly), installé chez M. Azemar est une curiosité qui sollicitera certainement le public.
Les tableaux mouvants, en dehors du voyage du Tzar, qui est une attraction, sont surprenants de réalité. Nous recommandons « Le Forgeron », effet de fumée, « La baignade ».
Voici, du reste, ce qu'annonce le programme :
Grâce à cet appareil, l'on peut voir se dérouler sur un écran placé en face des spectateurs, les scènes les plus diverses et les plus amusantes prises sur le vif par la photographie instantanée. Les mouvements sont d'un naturel parfait et l'illusion est complète.
Les scènes présentées par le cinématographe (système Joly) qui fonctionne, dans notre ville, sont d'un comique de bon goût et scrupuleusement choisies pour permettre aux familles d'assister aux séances.
Le prix des places est modique. Nul doute que chacun tienne à assister, même plusieurs fois, aux séances de M. Vernet.


Le Progrès, Mascara, 9 janvier 1897, p. 2.

Nous ignorons si MM. Prinsac et Vernet restent encore quelques jours à Mascara ou s'ils repartent ailleurs organiser d'autres séances. 

1898

1899

1900

1901

1902

1903

1904

1905

1906

 

Afin d'optimiser votre expérience sur ce site, nous utilisons des cookies. Ils visent essentiellement à réaliser des statistiques de visites. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies.