LIBOURNE

Jean-Claude SEGUIN

Libourne, commune du département de la Gironde, compte 17.857 habitants (1894)

1896

1897

Le Cinématographe (Quartier Nord, 25 juillet 1897)

La fête du Quartier-Nord a lieu le dimanche 25 juillet et un cinématographe est au nombre des distractions prévues. Dès le 22 juillet, la presse annonce même quelques titres de vues :

Libourne.
[…]
Fête du quartier Nord.— Déjà les préparatifs du quartier Nord sont commencés. Le comité tient à ce que tout soit prêt longtemps à l’avance.
Le directeur du cinématographe nous a communiqué le titre de quelques-unes des vues qu’il projettera dimanche soir : L’arrivée d’un Train de Plaisir, la Chute du Rhin à Schaffouse, le 24e Chasseurs alpins à l'Assaut d'un Mur, les Pigeons de la Place Saint Marc à Venise, le Repas des Tigres, un Combat de Coqs, une Tempête en Mer (Biarritz), un Duel au Pistolet, les Bains de Diane, etc., etc.
Nous ne pouvons tout citer. Il est évident que le cinématographe amènera au champ de foire des curieux en foule, et, de leur côté, les danseurs trouveront satisfaction avec l’excellent orchestre de M. Pastureau.
Plus de quatre-vingt-dix lots sont exposés chez M. Quentin, et les billets disparaissent. Avis aux retardataires.
Allons ! si le temps se met de la partie, les pauvres peuvent compter sur une bonne recette.


La Petite Gironde, Bordeaux, 22 juillet 1897, p. 3.

Les films annoncés appartiennent au catalogue Lumière. Le temps n'est pas le seul à contrarier la fête du quartier Nord, car le cinématographe lui-même ne fonctionne pas :

Libourne.
Fête du quartier Nord.-Réussite complète. Le temps a été dimanche menaçant toute la journée, mais rien que menaçant.
[...]
Le programme portait une attraction presque inconnue à Libourne : des projections au cinématographe ; malheureusement et par un concours de circonstances vraiment fâcheux, cette partie du programme n'a pu être remplie, à la grande contrariété des organisateurs...


La Petite Gironde, Bordeaux, 28 juillet 1897, p. 3.

1898

1899

1900

1901

1902

1903

1904

Le Diocinescope de la foire de la Saint-Martin (novembre 1904)

C'est à l'occasion de la foire de la Saint-Martin que les Libournais découvrent un appareil cinématographique à vision directe et à projections, le Diocinescope audiphone, version actualisée et sonore du Diocinescope.

diocinescope

Maison Clermont. L. Huert, Sr, Le Diocinescope, c. Publicité 1903

Le nom de l'appareil ne nous permet pas de savoir les films qui sont proposés, ni leur origine. La presse ne s'attarde guère sur ce cinématographe qui ne figure que comme l'une des attractions parmi d'autres:

La foire de la Saint-Martin
A l'occasion de la foire toujours si suivie de la St Martin, qui s'ouvrira vendredi prochain à Libourne, un grand nombre de loges figurent sur la place Decazes et les allées.
Signalons comme étant déjà installés : Le Théâtre Pères-Chabot, fort avantageusement connu, le Palais de l'Electricité, le Tunnel-Salon, le Moulin-Canadien, un petit manège, le Diocinescope audiphone, etc... Viennent ensuite des balançoires, des loteries de vaiselles, des tirs cosmopolites ou autres, des tirs encore et, autour d'une arène de luttes, diverses baraques d'exhibitions plus ou moins vagues.
Les baraquements des allées de la République sont entièrement occupés par des marchands de bonbons, d'articles de bazar, de lingerie, etc...
Nous compléterons cette petite revue anticipée en signalant à nos lecteurs ruraux qu'en venant à la foire de la St-Martin, ils auront, outre les distractions ci-dessus mentionnées, les meilleures occasions de faire de bonnes affaires soit dans les magasins des marchands libournais, soit sur le champ de foire des bestiaux et chevaux, toujours fort bien approvisionnés.


Gazette du Libournais, Libourne, 9 novembre 1904, p. 2.

Nous ne connaissons pas davantage le nom du propriétaire du Diocinescope-audiphone. À la fin de la foire, le forain et l'appareil disparaissent.

1905

Le Palais de l'Électricité de M. Bonnet (novembre 1905)

M. Bonnet est une figure connue des origines du cinématographe. Ce forain a racheté le "Palais de l'Électricité" à Estanislao Bravo, lui-même forain espagnol, qui a passé plusieurs années sur les champs de foire de France. C'est d'ailleurs à l'occasion de la foire de la Saint-Martin que la presse annonce son arrivée prochaine :

Foires de Libourne.-Un des plus grands succès de nos foires, sera sans contredit "Le Palais de l'Electricité", où M. Bonnet, l'aimable directeur, offrira au public un spectacle tout à fait hors de pair.
Une indiscrétion nous a permis de savoir que, parmi les tableaux qui seront représentées, se trouvent des nouveautés tout à fait exceptionnelles. Pour aujourd'hui nous pouvons annoncer les suivantes :
"Au Pays noir", drame des mines en 8 tableaux; "Dix femmes pour un mari", comédie-bouffe; "Les petits vagabonds", pièce réaliste en 8 tableaux; "La Vendetta en Corse", présentée pour la première fois; "La Catastrophe du chemin de fer au viaduc de St Macaire-Langon; "L'Amant de la Lune", dernière nouveauté; "La Pêche à la baleine", etc., etc.
Nul doute qu'avec un tel programme, "Le Palais de l'Electricité", dont la devise est "Toujours du nouveau, encore du nouveau", ne reçoive une affluence de visiteurs et soit le rendez-vous préféré du public Libournais.


Gazette du LibournaisLibourne, 1er novembre 1905, p. 3.

Chose assez rare, nous disposons d'une partie au moins du corpus du forain. On y retrouve des productions Pathé et une vue locale sur une catastrophe de chemin de fer qui a eu lieu le 25 septembre 1905. Quelques jours plus tard, alors que la foire est sur le point de commencer, le Palais de l'Électricité compte au nombre des baraques, mais elle n'est pas la seule à présenter des vues animées :  

Avant la Foire.-Les distractions ne manqueront pas  demain samedi et dimanche, à Libourne, pour notre grande foire annuelle de la Saint-Martin, car rarement on y aura vu les loges à spectacle et à exhibitions plus ou moins intéressantes en ausi grand nombre.
Citons au hasard: la grande Ménagerie Alexandre, dont notre correspondant de Coutras nous faisait un si bel éloge ces jours derniers, le Palais de l'Electricité, dont le succès s'affirme chaque soir en de brillantes séances; L'Américan Cinematograph, le Théâtre Josepha, le Théâtres des Merveilles, le Cosmorama, les phénomènes, beautés rares, arènes athlétiques, loteries, manèges, etc, etc.
La foule des visiteurs qui ne manquera pas de venir à cette grande réunion, le temps s'étant mis au beau, n'aura pas lieu de s'ennuyer, tout en ayant toute facilités pour faire ses approvisionnements.


Gazette du Libournais, Libourne, 11 novembre 1905, p. 2.

Malheureusement, le mauvais temps perturbe la foire, et peu de Libournais fréquentent le champ de foire cette année-là.

L'Américan Cinematograph (novembre 1905)

C'est à l'occasion de la foire de la Saint-Martin que l'Américan Cinematograph va présenter des vues animées. Il n'est pas le seul car A. Bonnet, forain bien connu, a installé son Palais de l'Électricité qui offre également des films au public libournais :

Avant la Foire.-Les distractions ne manqueront pas  demain samedi et dimanche, à Libourne, pour notre grande foire annuelle de la Saint-Martin, car rarement on y aura vu les loges à spectacle et à exhibitions plus ou moins intéressantes en ausi grand nombre.
Citons au hasard: la grande Ménagerie Alexandre, dont notre correspondant de Coutras nous faisait un si bel éloge ces jours derniers, le Palais de l'Electricité, dont le succès s'affirme chaque soir en de brillantes séances; L'Américan Cinematograph, le Théâtre Josepha, le Théâtres des Merveilles, le Cosmorama, les phénomènes, beautés rares, arènes athlétiques, loteries, manèges, etc, etc.
La foule des visiteurs qui ne manquera pas de venir à cette grande réunion, le temps s'étant mis au beau, n'aura pas lieu de s'ennuyer, tout en ayant toute facilités pour faire ses approvisionnements.


Gazette du Libournais, Libourne, 11 novembre 1905, p. 2.

Au nombre des baraques, on compte également un Cosmorama qui, sans être un cinématographe, est un spectacle visuel très couru à l'époque. Le mauvais temps est de la partie et peu nombreux sont les Libournais qui, cette année-là, vont se rendre au champ de foire.

1906

 

Afin d'optimiser votre expérience sur ce site, nous utilisons des cookies. Ils visent essentiellement à réaliser des statistiques de visites. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies.