BEAUNE

Jean-Claude SEGUIN

Beaune, ville du département de la Côte-d'Or (France), compte 12.500 habitants (1894).

1896

Le Kinétographe Edison de Pénin (Saint-Martin, nº 2, 18 octobre-12 novembre 1896)

E. Penin inaugure des séances cinématographiques avec un Kinétographe, rue Saint-Martin, à partir du 18 octobre:

LE PLUS GRAND SUCCÈS DU JOUR
Pour quelques jours seulement à Beaune
LA
PHOTOGRAPHIE
ANIMÉE
Et vivante par le Kinétographe EDISON
Vues projetées : La place de l'Opéra-Arrivée d'un train à Beaune-Sortie de Théâtre-Les mauvaises Herbes-Les Forgerons-Chez le photographe (scène comique)-Les Pêcheuses de crevettes à Cabourg.
OUVERTURE
Dimanche 18 octobre
A 2 heures
Rue Saint-Martin 2,
Ancien magasin H. MATHOUILLET,
Tapissier
Premières 1 fr., -Secondes, 50 cent.


Le Journal de Beaune, Beaune,  samedi 17 octobre 1896, p. 3.

beaune 1896 kinteographe edisonLe Journal de Beaune, Beaune, mardi 20 octobre 1896, p. 4.

Un premier compte rendu est publié quelques jours plus tard:

Le Kinétographe Edison
Le Kinétographe Edison, installé depuis dimanche dans les magasins occupés anciennement par M. Mathouillet, tapissier, 2, rue Saint-Martin, attire chaque jour nombre de curieux qui reviennent charmés par l'exhibition des Photographies animées, qui se déroulent devant leurs yeux pendant près d'une demi-heure.
Nous citerons entre autres : L'arrivée d'un train, Sortie de Théâtre, la Place de l'Opéra, les Pêcheuses de Crevettes, etc., etc.
Toutes ces photographies animées, prises sur le vif, excitent la curiosité la plus naturelle.
Grâce à une manoeuvre régulière du Kinétographe Edison, l'illusion est parfaite, tous les mouvements des personnages qui se meuvent
sont corrects et ponctués.
Nous engageons nos lectrices et nos lecteurs à aller passer une ou deux soirées au kinétographe Edison. Ils ne perdront pas leur temps et la plupart d'entre eux verront pour la première fois une nouveauté intéressante et des plus curieuses.


Le Journal de Beaune, Beaune,  mardi 20 octobre 1896, p. 3.

Le kinétographe Edison rencontre un succès public:

LE KINÉTOGRAPHE EDISON
Nous avions raison de prédire au Kinétographe Edison, installé rue Saint-Martin, un très grand succès.
Les éloges que nous lui adressons ne coûtent pas sous notre plume car les différentes plaques qui ont été projetées jusqu'à présent sont irréprochables.
On ne peut rêver plus merveilleuse invention que celle-ci. Les regards sont par ces choses ou ces personnes agissantes qui vous donnent l'illusion si absolue de la vie que l'oreille se tend malgré soi pour entendre les phrases que l'on met d'office sur les lèvres des acteurs «pelliculés».
Que diraient nos aïeux s'ils assistaient à un tel spectacle ! et comme, aux siècles derniers, on eût vite brûlés vifs MM. Lumière, ces inventeurs de la Photographie animée.
Tout Beaune voudra voir ces curieuses projections qui amusent, captivent et intéressent petits et grands.


Le Journal de Beaune, Beaune, jeudi 22 octobre 1896, p. 3.

De nouveaux titres sont annoncés:

LE KINÉTOGRAPHE EDISON
Tous les jours les séances du Kinétographe Edison attirent nombre de visiteurs, amateurs de la photographie animée.
A dater de demain dimanche, voici les scènes nouvelles qui seront présentées aux spectatcurs :
Le déshabillé d'une Beaunoise.
Les bateaux sur la Saône.
Sortie de Théâtre.
Les Moissonneurs en Normandie.
Arrivée d'un train à Beaune (redemandé).
Chez le photographe (scène comique).
La fête des fleurs à Nice.


Le Journal de Beaune, Beaune, samedi 24 octobre 1896, p. 3.

Le kinétographe est toujours annoncé à la fin du mois d'octobre:

Nous engageons les amateurs de nouveautés scientifiques à aller aux représentations du Kinétographe, ils verront là une des plus curieuses inventions nouvelles, et ils ne regretteront ni leur temps ni leur argent.
Le Kinélographe est visible tous les jours de 3 à 5 h. et de 8 à 10 h. du soir.
Les samedis et dimanches, 
de 10 h. du matin à 5 heures et de 7 à 10 heures du soir.


Le Journal de Beaune, Beaune, jeudi 29 octobre 1896, p. 3.

Un nouveau programme est publié quelques jours plus tard:

Le Kinétographe Edison
La photographie animée installée par M. Pénin obtient un succès toujours croissant. Chaque jour un public nombreux se rend rue Saint-Martin admirer cette merveilleuse invention et chacun sort enchanté, se promettant bien de revenir.
Nous engageons vivement nos lecteurs à se hâter d'aller voir la belle invention d'Edison, car le Kinétographe n'a plus qu'une semaine à rester dans nos murs.
A partir de demain 1er novembre, voici les scènes qui seront représentées, dont plusieurs en couleur:
1º Le Bain d'Yvette.
2º Les Mauvaises Herbes.
3º Promenade en mer.
4º Les Forgerons de village.
5º Pêcheuses de crevette à Cobourg.
6º Les Danseuses du Moulin-Rouge.
7º Un Coin de Paris.
DERNIÈRE SEMAINE.


Le Journal de Beaune, Beaune samedi 31 octobre 1896, p. 3. (id. 5 novembre 1896).

Le kinétographe Edison est encore annoncé en novembre:

Ce soir à 8 heures, grandes attractions au Théâtre Pietro, à l'Iséum Théâtre, à la Tribu des Hovas, dans la logette de La Fileuse de Verre, aux différents Musées, à la Ménagerie Peson, etc. Nouvelles projections au Cinématographe Parisien de la place Carnot, et au Kinétographe Edison, 2, rue Saint-Martin.


Le Journal de Beaune, Beaune, jeudi 12 novembre 1896, p. 4.

Répertoire (autres titres): La Fête des Fleurs à Nice (Journal de Beaune, Beaune, mardi 10 novembre 1896, p. 4).

Le Cinématographe Parisien (Place Carnot, 8-29 novembre 1896)

C'est à l'occasion de la foire de la Saint-Martin que s'installe le Cinématographe Parisien sur la place Carnot:

La Saint-Martin.
Mauvais débuts dimanche pour nos forains, baladins et commerçants de toutes sortes, installés place Madeleine et place Carnot C'est en marchant dans la boue et en pataugeant comme de vrais canards au milieu d'innombrables flaques d'eau qu'on a rendu une première visite à nos intéressants hôtes de quelques jours, venus parmii nous pour nous divertir, nous aider à passer quelques longues soirées de cet automne sombre et brumeux, soit en exhibant à nos yeux des spectacles sérieux ou comiques, soit en nous invitant à goûter ces délicieux croquets et pains d'épices de Dijon qu'on arrose toujours, en vrais Bourguignons, d'un vin blanc sec qui délie la langue à plus d'un. [ ... ].
De même, sur la place Carnot, le
Cinématographe Parisien
nous donne de superbes projections à la lumière électrique.
On a débuté hier par des photographies très intéressantes et réussies à merveille.
Le Déshabillé de la mariée a surtout beaucoup amusé les spectateurs.
H. L.


Le Journal de Beaune, Beaune, mardi 10 novembre 1896, p. 4.

Quelques jours plus tard, un programme complet est publié:

Ville de Beaune.-Place Carnot
LE PLUS GRAND SUCCÈS DU JOUR
Le Cinématographe Parisien
Projections à la Lumière Électrique
A dater d'aujourd'hui Jeudi
19 Novembre
CHANGEMENT DE VUES
Voici quels seront les tableaux présentés:
1º Ballet Chinois.
2º Dispute entre un cocher et son client.
3º Menuet Louis XV.
4º L'ivrogne (redemandé).
5º Quadrille d'avenir.
6º Les Soudanais au Champ-de-Mars.
PRIX DES PLACES
Premières, 1 franc.-Secondes 0 fr. 50.


Le Journal de Beaune, Beaune, jeudi 19 novembre 1896, p. 4.

Une dizaine de jours plus tard la clôture est annoncée:

CINÉMATOGRAPHE PARISIEN
DIMANCHE, Clôture définitive
Pour satisfaire au désir général et pour remercier la population Beaunoise, nous mettons les places à:
Premières 0,60 c.
Secondes, 0,30 c.


Le Journal de Beaune, Beaune, samedi 28 novembe 1896, p. 3.

Contacts