Pierre IUNK

(Kerling-les-Sierck, 1851-Le Kremlin-Bicêtre, 1917)

1

Pierre Iunk épouse Marie Mallenger. Descendance:

  • Jean, Pierre Iunk (Kerling-les-Sierck, 16/12/1851-Le Kremlin-Bicêtre, 28/11/1917) épouse (Paris 20e, 13/05/1875), Marie Pistelli (Angers, 04/09/1852-Paris 14e, 01/08/1938). Enfants :
    • Émile, Michel Iunk (Rouen, 21/11/1877-) épouse (Paris 10e, 28/02/1907) Berthe, Mathilde Bétriou (Béziers, 15/03/1885-). Mariage dissous le 13/11/1928.
    • Marie, Caroline Iunk (Dieppe, 10/12/1878-Le Kremlin-Bicêtre, 02/03/1946) épouse (Paris 12e, 21/05/1901) Charles, François Maury (Liège, 22/03/1862-)
    • Jeanne, Irène Iunk (Paris 12e, 03/04/1880-Le Kremlin-Bicêtre, 19/04/1945) épouse (Paris 12e, 30/01/1902) Georges, Alexandre Laurent (Paris 6e, 19/02/1871-)
    • Adrienne, Marie, Antoinette Iunk (Paris 12e, 03/05/1885-Chartres, 29/06/1980) épouse (Courbevoie, 10/10/1905) Gontran, Marie, Xavier Couderc (Paris 14e, 12/08/1879-)

2

Fiils d'un hôtelier lorrain, Pierre Iunk s'installe à Paris, sans doute après la guerre de 70. Sur son acte de mariage (1875) avec Marie Pistelli, une marchande de bonbons, il apparaît comme " artiste ". À la naissance de sa fille Marie Caroline (1878), il est "directeur de tir", puis, dès 1880, le couple apparaît comme " marchands forains ".

Les Fantoches Parisiens (1887-1903)

Au début des années 1880, il existe déjà un théâtre des Fantoches-Parisiens dont le directeur est le célèbre Forain. On retouve Pierre Iunk, à Paris, en 1887, à l'occasion d'une réunion de forains (La Petite Gironde, Bordeaux, 30 novembre 1887, p. 1) où il apparaît comme propriétaire ou exploitant d'un panorama. C'est sous le nom de " fantôches parisiens " qu'il donne un spectacle lors de la fête de Montmartre, à Paris, en novembre 1894. Il est fort probable que Pierre Iunk en soit déjà le propriétaire ou l'animateur (Le Radical, Paris, 6 novembre 1894, p. 2).

iunk fantoche bordeaux iunk pierre saint quentin
Daniel Rouillé,Théâtre-Concert des Fantoches Parisiens (Foire de Bordeaux)
© Collections photographiques du MuCEM
Théâtre-Concert des Fantoches Parisiens
Le Guetteur de Saint-Quentin et de l'Aisne, 9 octobre 1896, p. 3

Les fantoches qui donnent le nom au théâtre sont des marionnettes qui miment, en particulier, les vedettes du music-hall de l'époque. Le spectacle inclut également des panoramas. Dix ans plus tard, la formule reste toujours la même comme on peut le lire dans l'article suivant:

LA FOIRE
[...]
Les Fantoches parisiens
Nous avons déjà, à maintes reprises, constaté le succès qui couronne les efforts de l'intelligente direction du Théâtre-Concert des Fantoches parisiens. C'est merveille de voir les familles se presser en foule aux splendides matinées organisées en leur faveur. Rien d'étonnant à cela, du reste. Depuis la parade, où les demoiselles Iunk donnent, par leurs gracieuses danses, l'illusion des temps chers aux talons rouges, jusqu'au spectacle intérieur, où l'articulateur Emile Iunk fait vivre tous ses pensionnaires par ses savantes manipulations, c'est un spectacle merveilleux.
La salle est bien chauffée et les spectateurs sont assis à toutes les places, ce qui ne gâte rien.


Le Petit Troyen, Troie, 16 mars 1898, p. 2.

Les Fantoches Parisiennes parcourent de nombreuses foires comme celle des Quinconces à Bordeaux (1899), la foire aux pains d'épices de Paris (1899), la Saint-Romain de Rouen (1900)...

On les retrouve également aux Sables-d'Olonne (1901) où le cinématographe fait partie des nouvelles attractions:

Nous ne saurions trop engager les lecteurs de la Plage à emmener leurs enfants voir sur la place de la Liberté, le théâtre des Fantoches Parisiens où ils passeront une amusante soirée. Ils entendront Polaire, Paulus et autres artistes en vogue, ils assisteront à des scènes fort curieuses de cinématographes, et à l’histoire merveilleuse de Cendrïllon. La représentation se termine par des danses de lumière du plus joli effet. Allez-y, amis lecteurs, et vous serez satisfaits.


La Plage, Les Sables d'Olonne, jeudi 25 juillet 1901, p. 2.

iunk pierreImpr. Nomande, Rouen, Théâtre-Concert des Fantoches Parisiens, "Souvenir", P. Iunk (c. 1900)

Le Théâtre Pierre Iunk (1904-1912)

À partir de 1904, la baraque foraine prend le nom de son créateur pour devenir Le Théâtre Pierre Iunk, et continue à s'installer à l'occasion des foires. Rouen (1904, 1905), Paris (1905), Fontainebleau (1905)... Il introduit également le cinématographe sonore comme le montre le suivant article:

Le théâtre Pierre Iunk, c'est un cinématographe monté avec un luxe parfait et que beaucoup d'autres doivent lui jalouser.
Iunk ne s'est pas contenté de régler une mise au point et une série de vues impeccables. Il en a fait un spectacle attrayant même pour les aveugles car s'ils ne peuvent voir les projections, ils ont le plaisir d'entendre l'interprétation de différentes pièces et opéras, tels que la visite du major, le papa de Francine, Aïda, Mignon, Carmen, Guillaume Tell, etc. Le cinématographe Iunk, parle et chante.
Le spectacle donné dans cette loge est complété par Orkires et ses chiens mignons dont le dressage est d'une perfection surprenante.


Le Travailleur normand, Rouen, 28 octobre 1906, p. 3.

Habitué de la foire aux pains d'épices, il y installe sa loge à nouveau en 1907, 1908, 1913... Dès 1911, au moins, son fils dispose de son propre établissement:

LES ANGEVINES.
[...]
M. Emile Iunk nous arrive avec un music-hall doublé d'un cinématographe, un music-hall est toujours très agréable et c'est même du nouveau, cet intéressant établissement ne manquera pas d'attirer la foule.


L'Avenir de la Mayenne, Laval, 27 août 1911, p. 1.

Le Cinématographe Pierre Iunk (1913-1917)

C'est vers 1913 que commence à apparaître le nouveau nom "Cinématogaphe Pierre Iunk" :

Cinématographe Pierre Junk
Samedi prochain, 2 août, place de la Mairie, début à 8 h. 1/2 du Cinéma-Attractions Pierre Junk. Le plus grand établissement du genre. Éclairage électrique fourni par une machine à vapeur de 40 chevaux.
Spectacle Cinéma-Attractions réservant au public Ciersonnais de bonnes soirées à passer.


La Dépêche du Berry, Bourges, 2 août 1913, p. 3.

Son décès, en 1917, est annoncé dans le Ciné-Journal:

NÉCROLOGIE
Nous apprenons avec un sentiment de vif regret la mort de M. Pierre Iunk, décédé à l'âge de 65 ans en son domicile, 65, avec de Fontaineblau, au Kremlin-Bicêtre.
Rappelons que M. Iunk fut un des premiers et des plus sympathiques cinématographistes forains. Il dirigeait encore ces derniers temps un excellent établissement à Bicêtre.
Nous prions sa veuve, ses enfants et sa famille d'accepter les assurances de nos condoléances les plus sincères.


Ciné-journal, Paris, 8 décembre 1917, p. 39.

3

12/1899-01/1900 France Nantes Théâtre Concert des Fantoches Parisiens  
10-11/1900 France Rouen Théâtre Concert des Fantoches Parisiens  
07/1901 France Les Sables-d'Olonne    
12/1901-01/1902 France Nantes Théâtre Concert des Fantoches Parisiens  
10-11/1902 France Rouen Théâtre Concert des Fantoches Parisiens  
12/1902-01/1903 France Nantes Théâtre Concert des Fantoches Parisiens  
10-11/1903 France Rouen Théâtre Concert des Fantoches Parisiens  
10-11/1904 France Rouen Théâtre Pierre Iunk   
10-11/1905 France Rouen Théâtre Pierre Iunk  
28/01-13/02/1905 France Pontoise Théâtre Pierre Iunk cinématographe
10-11/1906 France Rouen Théâtre Pierre Iunk Biophonographe

Contacts