ANNONAY

Jean-Claude SEGUIN

Annonay, commune d'Ardèche, compte 17 626 habitants (1894).

1896

Cinématographe Lumière (Théâtre, 29 août 1896)

La proximité de Lyon explique pour une bonne part l'organisation d'une séance unique et exceptionnelle dans cette ville du Nord du département. C'est le Journal d'Annonay qui annonce le 22 août 1896 les projections du cinématographe Lumière. 

annonay lumiere annonay theatre
Le Journal d'Annonay, Annonay,
22 août 1896, p. 1
Mlle Valleton, ed., Annonay-Le Théâtre (c. 1905) [D.R.]

Le concours de l'Union Instrumentale d'Annonay laisse entendre qu'un accompagnement musical est prévu pour cette séance où sont présentées des vues " inédites ". Il faut attendre le prochain numéro du journal hebdomadaire pour avoir un compte rendu détaillée de cette soirée :

LE CINÉMATOGRAPHE LUMIÈRE 
Samedi soir, a été donnée pour la première fois au théâtre d.'Annonay, une séance du Cinématographe de MM. Lumière de Lyon. 
Cette soirée a fait salle comble et des représentations supplémentaires ont dû être données dimanche et lundi. 
Nous ne ferons pas ici un cours de cinématographie, ce serait superflu, car tous nos lecteurs ont pu apprécier par eux mêmes l'intéressante invention due aux célèbres photographes Lyonnais. 
La photographie animée donne l'illusion complète des scènes reproduites et aucun détail n'échappe à l'observateur. 
Le programme de chacune des soirées a été varié et nous devons remercier M. Tracol, le Directeur envoyé de Lyon et notre compatriote pour les soins qu'il a apportés dans ses fonctions et pour le tact qu'il a montré envers le Conseil municipal de notre ville et envers la Presse. 
Notre charmante Société L'Union instrumentale a montré une fois de plus son dévouement bien connu en prêtant son gracieux concours à la séance de samedi ; les spectateurs se sont montrés reconnaissants et ne lui ont pas ménagé leurs applaudissements. 
Parmi les morceaux exécutés citons : Casse-Cou, La marche aux flambeaux de Meyerbeer, la vierge de Raphaël et le galop Bal masqué qui ont valu aux exécutants un tonnerre d'applaudissements. 
Bébé.


Le Journal d'Annonay, Annonay, 29 août 1896, p. 2.

On appréciera sans doute l'absence totale des titres des vues animées, alors que les morceaux joués par l'Union Instrumentale sont pour leur part déclinés. Quant à M. Tracol, il s'agit sans doute d'un collaborateur occasionnel des frères Lumière, car son nom n'apparaît nulle part ailleurs. Comme on le voit, le succès a conduit les organisateurs à prévoir des séances supplémentaires. Toujours est-il que les Annonéens ont eu le privilège de découvrir le cinématographe très tôt.

Cinématographe perfectionné (Théâtre, 13 décembre 1896)

C'est en décembre qu'un nouvel appareil cinématographique va faire son apparition à Annonay, où des séances vont avoir lieu de nouveau au théâtre de la ville.

Cinématographe 
Nous avons le plaisir d'apprendre à nos lecteurs qu'il sera donné au théâtre d'Annonay, demain dimanche, à 8 heures du soir une seule séance de photographies animées par le Cinématographe perfectionné. 
Il sera présenté au public un grand nombre de scènes nouvelles en noir et en couleurs. 
Le franc succès obtenu dernièrement au théâtre, par le Cinématographe est un sûr garant qu'il y aura foule demain au théâtre.


Le Journal d'Annonay, Annonay, 12 décembre 1896, p. 2.

Trop peu d'informations - sous le nom " cinématographe perfectionné " se cachent plusieurs appareils - pour pouvoir formuler une simple hypothèse et l'absence d'autres articles nous prive de renseignements complémentaires.

1897

1898

Le cinématographe de Léopold Courthial (Tournage, janvier 1898)

Léopold Courthial, depuis 1896, organise des projections cinématographiques en Ardèche et dans la Drôme. C'est à l'occasion de séances données à Annonay qu'il a l'intention de tourner des vues locales:

CINÉMATOGRAPHE
M. Léopold Courthial, venu depuis quelques jours pour donner des vues cinématographiques, fera très prochainement paraître une vue appelée à faire sensation dans notre ville.
Cette vue, fort réussie, représente l'intérieur d'une mégisserie annonéenne en travail : palissonneurs et ouvriers de rivière en action ainsi que le mouvement et le va et vient animé de l'usine.
M. Courthial qui veut avant tout satisfaire les annonéns n'a pas craint de se rendre à Paris, d'où il rapportera des vues inédites et à succès.
Dans ces conditions il est facile de prévoir la complète réussite de M. Courthial.
ARGUS.


Journal d'Annonay, Annonay, 15 janvier 1898, p. 2.

Nous ignorons si cette vue a finalement été tournée. Quelques jours plus tard, il est à Firminy.

1899

1900

Le Biographe Français du Théâtre Mondain (Place des Cordeliers, [14]-22 juillet 1900)

C'est au mois de juillet 1900 que le Théâtre Mondain s'installe sur la place des Cordeliers d'Annonay. Ce théâtre forain appartient au banquiste Jérôme Dulaar. Un biographe français fait partie des attractions présentées :

THÉÂTRE MONDAIN
Place des Cordeliers
En présence du grand succès qu'obtiennent les attractions présentées dans cet établissement, la Direction nous prévient que la clôture qui devait avoir lieu le 15 courant, est renvoyée au 22 juillet.
Continuation du célèbre illusionniste Camill, de Miss Chromos dans ses visions lumineuses, le Prince des Ténèbres dans la silhouettographie animée, et le Biographe Français (Cinématographe perfectionné). Cinq vues seront projetées ; l'assaut d’un mur par les chasseurs Alpins ; la lutte extravagante ; la Cigale et la Fourmi ; la guerre au Transvaal, attaque d’une batterie Anglaise, prise d'un canon par les Boërs.
Mous ne saurions trop engager nos lecteurs à aller passer une soirée vraiment agréable au Théâtre Mondain qui nous offre des attractions très variées à des prix tout à fait minimes.
Premières, 1 fr. — Deuxièmes 0,50 cent. — troisièmes, 0,25 cent.


Journal d’Annonay, Annonay, 14 juillet 1900, p. 3.

Le programme indique que les vues proposées proviennent de différents éditeurs de films : PathéMélièsLumière. La baraque donne sa dernière séance le 22 juillet.

annoay cordeliers

Annonay, place des Cordeliers

Le Cinématographe Lumière (Place des Cordeliers, juillet 1900)

Un cinématographe Lumière s'installe à Annonay avant que le Théâtre Mondain ne soit encore partie. L'annonce suivante n'offre que des informations très générales :

Cinématographe Lumière
Nous aurons la bonne fortune de posséder pendant quelques jours le Cinématographe Lumière qui vient de s'installer sur la place des Cordeliers avec les appareils de la maison Lumière de Lyon. Cette maison possède une superbe collection de 500 vues. Principales vues et panorama de l'Exposition, trottoirs roulants.
Tous les jours changement de programme.
Eclairage électrique.


Journal d'Annonay, Annonay, 21 juillet 1900, p. 3.

En revanche, quelques jours plus tard, nous disposons d'un programme complet des vues présentées par le cinématographe Lumière :

Cinématographe Lumière
Le Cinématographe de MM, Auguste et Louis Lumière de Lyon, installé place des Cordeliers, obtient tous les jours un très grand succès.
Nous engageons vivement nos lecteurs à profiter de l'occasion unique qui leur est offerte. Devant leurs yeux éblouis passeront toutes les scènes animées les plus variées en grandeur naturelle. La ressemblance est frappante.
L'opérateur a raison de dire dans ses prospectus « les flots déferlent ; les hommes, les animaux, les véhicules s'agitent. C'est le portrait de la nature. À la vue de ce prodige, les plus sceptiques ne peuvent modérer leur admiration. 
Voici le programme de la soirée de demain dimanche :
Courses de taureaux aux arènes de Béziers par Reverte et Mazzantini.
1re vue : Entrée du quadrille.
2e   "      Picadors, cheval et cavalier renversés par le taureau.
3e   "      Jeu du manteau.
4e   "      Banderillas.
5e   "      Taureau refusant le combat, toréador enlevé d'un coup de cornes.
6e   "      Passes de muletta et Estocade par Reverte.
7e   "     Enlèvement du taureau.
Panorama général de l'Exposition de 1900, vue prise sur la Seine, Pont Alexandre III, Vieux Paris et fusillade sur l'eau.
La lune à un mètre.
Grande féerie à transformations composées de 6,000 photographies.
1 L'observatoire. — 2 La lune. — 3 Phébée.


Journal d'Annonay, Annonay, 4 août 1900, p. 2.

Un nouveau programme marque la fin des projections du cinématographe Lumière à Annonay :

Cinématographe Lumière
CLÔTURE DIMANCHE 12 AOÛT
PROGRAMME DU DIMANCHE 12 AOÛT
Le Carnaval de Nice en 2 vues.
Le Barbier (scène comique)
Les trottoirs roulants, le plus grand succès de l'Exposition
Dragons traversant le Rhône
Joueurs de cartes arrosés (scène comique)
La défense du drapeau (scène patriotique)
Les Krémo sauts périlleux par deux
Pyramides humaines
Rue des Nations à l'Exposition
La lune à un mètre grande féerie à transformation composée de 6000 photographies)
1 L'observatoire. 2. La lune. 3 Phebée.


Journal d'Annonay, Annonay, 11 août 1900, p. 3.

Pour l'essentiel, les vues appartiennent au répertoire Lumière à l'exception notable de La Lune à un mètre qui vient de chez Méliès. Au bout d'une quinzaine de jours, le Cinématographe Lumière quitte Annonay.

1901

1902

1903

1904

The American Bioscope (Place des Cordeliers, juillet 1904)

The American Bioscope s'installe dans les premiers jours du juillet sur la place des Cordeliers, lieu habituel des théâtres forains. En revanche, nous ignorons le nom de son propriétaire :

CINÉMATOGRAPHE
Nous engageons vivement nos concitoyens à assister aux séances de cinématographe du The American Bioscope qui vient de s'installer sur la place des Cordeliers. On nous dit le plus grand bien de cet établissement qui offre un spectacle varié et attrayant : Féeries, danses, ballets, magie, acrobatie, vues en couleurs, scènes comiques et à transformations, Scènes militaires, sportives, actualités.
Pours les débuts, scènes diverses et Barbe Bleue, grande féerie - drame, en couleurs, avec trucs, danses, ballets, changements à vue et apothéoses. Vues immenses, projetées sur un magnifique écran de 35 mètres carrés.


Le Journal d'Annonay, Annonay, 9 juillet 1904, p. 2.

L'article reste assez vague sur le programme, à l'exception de la féerie de Méliès, Barbe Bleue. Une nouvel article, publié la semaine suivante se limite à reprendre des lieux communs sur le cinématographe et n'apporte aucune nouvelle information :

CINÉMATOGRAPHE
Le grand cinématographe installé sur la place des Cordeliers obtient le succès qu'il était en droit d'attendre. Très bien compris, cet établissement offre un spectacle intéressant et des plus attrayants. Les tableaux représentés sur un immense écran de 35 mètres carrés sont d'un effet saisissant de réalité. Les divers numéros du programme- : actualités, scènes comiques et vues diverses qui défilent sous les yeux semblent vraiment vécues. Les vues en couleurs sont très admirées et la féerie donnée à chaque représentation mérite une mention spéciale. L'illusion est complète, on se croirait transporté dans quelque grand théâtre, les personnages, grandeur naturelle, agissent et se meuvent comme sur la scène. Nos concitoyens qui n'ont pas encore assisté à ces représentations profiteront des derniers jours que cet établissement a à passer dans notre ville.


Journal d'Annonay, Annonay, 16 juillet 1904, p . 3.

The American Bioscope n'apparaît dans la presse locale par la suite.

1905

1906

Cinématographe (Théâtre, 15 avril 1906)

Le cinématographe qui s'installe, semble-t-il pour un seul soir, au théâtre d'Annonay n'est pas du tout au point et est manipulé par quelqu'un qui semble peu au fait des projections animées :

CINÉMATOGRAPHE Dimanche soir, pas mal de personnes se sont rendues au théâtre où était donnée une séance de cinématographe. Les spectateurs ont été complètement déçus. Non seulement les sujets étaient banals et peu intéressants mais encore les projections étaient mauvaises et l'on n'apercevait que des images floues et imparfaites ; il s'en est fallu de peu que les spectateurs ne manifestassent leur mécontentement.


Journal d'Annonay, Annonay, 21 avril 1906, p. 2.

Cet apparail imparfait n'est plus annoncé dans la presse.

The American Bioscope (Place des Cordeliers, [13]-[20] octobre 1906)

Ça n'est pas la première fois que The American Bioscope présente des vues animées à Annonay. Il est déjà passé en 1904. Un simple entrefilet annonce sa présence :

ATTRACTION
The Grand Américan Bioscope, vient de s'installer sur la place des Cordeliers. Cet établissement donnera tous les soirs de brillantes séances de cinématographe. Qu'on se le dise.


Le Journal d'Annonay, Annonay, 13 octobre 1906, p. 3.

Grâce à un nouvel article, un peu plus développé, nous disposons d'une partie du répertoire du tourneur :

ClNÉMATOGRAPHE
The American Bioscope, installé place des Cordeliers, obtient tous les soirs le plus grand succès. Il y a foule à chaque séance et les vues animées, quelques-unes en couleurs, du plus joli effet, présentées sur un tableau-scène de 35 mètres carrés, font l'admiration de tous les spectateurs.
On nous annonce pour les prochains programmes : La Revanche d'Auguste, grande scène comique , L'Équilibre aérien, par Miss Anna, la reine des équilibristes ; Le Singe August’, phénomène extraordinaire ; Les Révolutions en Russie, en 5 tableaux ; La Catastrophe de Courrières ; Les Apaches de Paris, en 10 tableaux
Les annonéens feront bien de ne pas manquer de faire une visite à ce cinématographe avant son départ. Ils en seront contents.


Le Journal d’Annonay, Annonay, 20 octobre 1906, p. 3.

Pour l'essentiel, le programme est composé de vues Pathé. Les dimensions de l'écran et les films en couleur constituent des atouts de cet American Bioscope.

The Royal Eden (Théâtre, 25 octobre-novembre 1906)

The Royal Eden est un appareil qui tourne dans la région depuis plusieurs mois. Outre la projections de vues cinématographiques, il présente des films " sonores " où l'on voit et entend des artistes connus :

THE ROYAL EDEN Jeudi ont eu lieu les débuts au théâtre de The Royal Eden, grand et magnifique cinématographe parlant. C'est bien la première fois que nous voyons dans notre ville un aussi beau spectacle, surpassant l'imagination. Il serait trop long d'énumérer ici les superbes tableaux qui se sont déroulés sous les yeux charmés des spectateurs. Il suffit de dire que chacun de ses tableaux était souligné par les applaudissements de tous. A l'émotion que procurent les vues dramatiques, succèdent immédiatement des scènes extra-comiques, soulevant un fou-rire dans le théâtre. Aussi nous ne pouvons que féliciter la direction pour son bon goût dans la composition de son spectacle. Nous ne devons pas oublier non plus les vues chantées par Mercadier et Maréchal, où rien ne peut dépeindre l'admiration générale pour l'ensemble des plus belles inventions du siècle : cinématographe et phonographe. Avec un aussi intéressant programme nous ne pouvons que prédire à The Royal Eden dans notre ville son succès habituel et nul doute qu'il y aura foule aux représentations suivantes. Demain dimanche, matinée et soirée ; mardi soir, à 8 h. 1\2, et pour la dernière fois le programme actuel. Jeudi, fête de la Toussaint, nouveaux débuts en matinée et en soirée avec un programme entièrement nouveau. Consulter l'affiche pour le prix des places.


Journal d'Annonay, Annonay, samedi 27 octobre 1906, p. 3.

Émile Mercadier et Adolphe Maréchal ont en effet enregistré des vues avec accompagnement sonore pour la maison Pathé. Un second article vient souligner le succès rencontré par The Royal Eden, même s'il ne faut exclure que le texte ait été rédigé par le propre propriétaire de l'apparei :

THE ROYAL EDEN Succès ! Succès ! Chaque soir un nombreux public assiste aux intéressantes et magnifiques séances données par ce cinématographe géant dont l'écran tient toute la scène de notre théâtre municipal. Dimanche et jeudi, il y avait salle comble, c'est dire combien les Annonéens goûtent ce spectacle où tantôt c'est une scène passionnante et vécue, tantôt une poursuite échevelée et comique où encore une féerie du plus grandiose effet qui défilent devant les yeux éblouis. Ceux qui ont vu veulent revoir, d'autant plus que depuis jeudi le programme est changé. Nous n'avons plus que trois représentations à annoncer : celles de dimanche, matinée et soirée, et celle des adieux qui aura lieu mardi prochain.


Journal d'Annonay, Annonay, samedi 3 novembre 1906, p. 2.

The Royan Eden quitte Annonay dans les premiers jours de novembre pour se rendre à Vienne.

Afin d'optimiser votre expérience sur ce site, nous utilisons des cookies. Ils visent essentiellement à réaliser des statistiques de visites. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies.