TOURCOING

Jean-Claude SEGUIN

Tourcoing, dans le département du Nord, compte 43.000 habitants (1894)

1896

Le Kinématographe Edison (rue Carnot, juillet-août 1896)

C'est à l'occasion de la foire de Tourcoing que les Tourquennois découvrent par la première fois les images animées. La foire commence le dimanche qui suit le 25 juillet quand le 25 ne tombe pas un dimanche et dure six jours :

— Le Kinématographe Edison. — Nous avons omis, dans notre revue générale de la foire, de mentionner une loge qui présente beaucoup d'intérêt. Le Kinématographe, installé rue Carnot, offre un curieux spectacle. Sur un écran se reproduisent différentes scènes ; le mouvement d'une gare à l'arrivée d'un train ; l'agitation des grands boulevards de Paris, la danse serpentine, Loïe Fuller, avec ses couleurs variées, etc.
Un appareil, actionné par une dynamo, fait passer très vite dans une lanterne à projection une suite de petites photographies prises sur des pellicules. C'est ainsi qu'on obtient l'illusion du mouvement. Le Kinématographe est l'une des plus remarquables inventions d’Edison ; à ce titre, il est intéressant de le voir fonctionner. Plusieurs séances se donnent durant la journée. Les prix des places sont fixés à 1 fr., 0.50 cent. et 0.25 cent.


Journal de Roubaix, Roubaix, 31 juillet 1896, p. 3.

Dans un autre journal, il est question d'un " cinématographe " situé à côté du Grand Hôtel, rue Carnot (L'Égalité, Roubaix, 21 juillet 1896, p. 2).

La première à probablement eu lieu quelques jours plus tôt. Malgré l'évocation de quelques vues, leur caractère trop général ne permet pas de savoir de quel(s) éditeur(s) de films, il s'agit. Quand au nom de l'appareil, il n'apporte guère d'informations sur son origine, compte tenu que la référence à Edison est aussi courante que peu significative. Arrivé avec la foire, l'appareil va prolonger ses projections  jusqu'au 10 août environ.

1897

1898

1899

1900

1901

1902

1903

Le Théâtre-Salon Carmelli (Place Thiers, 26 juillet-août 1903)

La foire de Saint-Christophe commence le dimanche 26 juillet 1903, et pour l'occasion de nombreux forains se sont donnés rendez-vous. Parmi les loges, on compte le Théâtre-Salon du prestidigitateur Carmelli installé sur la place Thiers :

TOURCOING. — Au Théâtre-Salon Carmelli. — Ce n'est certes pas un spectacle banal que celui offert par M. Carmelli, dont la loge est installée place Thiers, et il mérite, à tous égards, le succès qui lui est fait par le public tourquennois. Comme prestidigitateur, M. Carmelli est d'une adresse peu commune : il étonne les spectateurs par l'aisance et l'entrain qu'il apporte dans l'exécution de ses tours de passe-passe. Très intéressantes aussi, sont les expériences de transmission de pensée avec un sujet aussi sensible que Miss Isoline et on est stupéfait de la prodigieuse mémoire qui permet à la gracieuse artiste de jouer, à l'instant même où on en manifeste par la pensée la volonté, les morceaux de musique les plus variés et certains mêmes peu connus. Enfin le cinématographe reproduit les vues les plus curieuses avec une correction parfaite. 
C’est une agréable soirée à passer chez M. Carmelli, et ceci n’est pas la banale expression d'une réclame.


Journal de Roubaix, Roubaix, 2 août 1903, p. 3. 

Au nombre des attractions proposées par l'établissement, on retrouve le cinématographe sans que nous connaissions les vues qui sont proposées.

tourcoing place thiers

Phot. Eug. Bourlez, Tourcoing, Tourcoing-La Place Thiers (c. 1902)

1904

1905

1906

 

Afin d'optimiser votre expérience sur ce site, nous utilisons des cookies. Ils visent essentiellement à réaliser des statistiques de visites. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies.