MANTES

Mantes, commune de l'ancien département de la Seine-et-Oise, compte 6.670 habitants (1894).

Le Kinétographe (décembre1896)

Jean-Claude SEGUIN

L'arrivée d'un appareil cinématographique à Mantes se produit au moment de la Foire d'hiver qui commence le mercredi qui suit le 30 novembre. Il s'agit d'un " kinétographe ", nom qui pourrait correspondre à plusieurs cinématographes :

Le Kinétographe à Mantes
On nous annonce comme devant avoir lieu très prochainement, à Mantes, une série de représentations, au théâtre Potel, du merveilleux appareil de projections le Kinétographe, reproduisant, on le sait, les photographies animées en couleur.
Les représentations se composent d'opérettes, de vaudevilles et de comédies variés et sont toutes terminées par les projections du Kinétographe.


Journal de Mantes, Mantes, 25 novembre 1896, p. 2.

Le théâtre Potel est en fait une des baraques foraines qui parcourt la France dès les années 1880 et, l'arrivée du cinématographe constitue la possibilité d'adjoindre un nouveau numéro à son spectacle. Quelques jours plus tard, un nouvel entrefilet donne des informations complémentaires : 

Kinétographe Cinématographe
Pour la première fois les mantais ont assisté, à l'occasion de la foire aux oignons, à des représentations de kinétographe ou cinématographe ; deux noms différents mais qui désignent une même chose : la projection de photographies animées représentant des scènes de la vie réelle. tous ceux qui s'intéressent aux sciences et surtout à l'art photographique n'ont pas manqué l'occasion qui leur était offerte d'assister à ces représentations et le public a été nombreux à chacune des séances données.
Au théâtre Potel, de nouvelles soirées sont annoncées avec des tableaux variés : une troupe d'opérette et de vaudeville doit monter, avant le départ, quelques représentations qui se termineront par les tableaux animés du kinétographe ; avis donc à ceux qui n'auraient pu assister aux séances données.


Journal de Mantes, Mantes, 9 décembre 1896, p. 2 

Le Kinétographe n'apparaît que comme un élément final dans un spectacle, par ailleurs, parfaitement rodé.

Cinématographe et Aerophone (avril 1897)

C'est à l'initiative de N. Noë que les Mantais vont pouvoir non seulement voir de nouveau le cinématographe, en avril 1897, mais découvrir la combinaison que l'opérateur a prévu en adjoignant un " aerophone ". Il s'agit dans le cas présent d'une présentation unique qui a lieu au théâtre de la ville : 

A MANTES
Cinématographe et Aerophone
Nous avaons assisté vendredi soir, dans la salle du théâtre de Mantes, à une intéressante soirée de cinématographie et de phonographie donnée par M. Noë.
Par une heureuse innovation, M. Noë a associé le phonographe au cinématographe et pendant qu’un régiment défile sur l'écran, les tambours battent et les clairons sonnent ; un escadron de hussards galope pendant que les fanfares de trompettes font rage ; Loïe Fuller décrit ses gracieuses arabesques aux accords d'un orchestre. Et chacun entend sans quitter sa place, car M. Noë se sert d'un phonographe perfectionné, muni d'une sorte de porte-voix, qui supprime complétement l'emploi des tubes que l'on s'introduit dans les oreilles, les uns après les autres, au grand dégout des personnes un peu délicates.
Ajoutons que la séance s’est terminée par des projections de sujets variés de l’histoire de France.
A partir de ce soir, M. Noë donnera ces séances dans la salle du premier, au café Auvet, place de l'Hôtel-de-Ville. Elles commenceront à 8 heures.
Nous croyons que par· ce temps de pluie et de… vacances, les familles seront heureuses d'avoir cette occasion de distraire leurs enfants.


Le Petit Mantais, Mantes, 18 avril 1897, p. 1.

L'origine de l'appareil nous est inconnue et les vues évoquées ne permettent pas d'identifier un éditeur de films. En revanche, les séances organisées dans le café Auvet constituent une modalité que nous pouvons rencontrer dans d'autres communes de la région parisienne comme Senlis ou Compiègne.

Le Polyomatographe de la foire aux oignons (décembre 1897)

Nous ne savons rien de ce polyomatographe, même pas s'il s'agit effectivement d'un cinématographe, car seul Le Petit Mantais évoque sa présence lors de la foire aux oignons du mois de décembre 1897 :

Sur le Champ de Foire
Parmi les baraques se trouvant aujourd’hui sur la place du Château, nous citerons au premier rang :
Le muséum anatomique français, avec la reproduction exacte du sinistre Vacher, l’assassin de 22 personnes ; le polyomatographe vivant ; plaire aux yeux, charmer l’esprit, telle est, à ce qu’il nous apprend, la devise  du directeur de cet établissement, un des grands succès de l’Aquarium de Londres et du Casino de Paris ; Les rayons X avec la vue de l’invisible et du squelette des vivants, y comris celui de Bois-Robert, etc.


Le Petit Mantais, Mantes, 1er décembre 1897, p. 2.

On peut imaginer malgré tout que cet étrange appareil a dû proposer des images plus ou moins animées...

à suivre...

Afin d'optimiser votre expérience sur ce site, nous utilisons des cookies. Ils visent essentiellement à réaliser des statistiques de visites. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies.