LIMOGES

Jean-Claude SEGUIN

Limoges, chef-lieu de la Haute-Vienne (France), compte 72.697 habitants (1894).

1896

1897

Le cinématographe parisien de *Mergault (2, rue de la Terrasse, 6-18 janvier 1897)

Les séances organisées à Limoges par le cinématographe parisien se situent peu après celles que Mergault a données à Châteauroux, avec un appareil du même nom. L'inauguration a lieu le mercredi 6 janvier 1897:

Le Cinématographe.- Dans Limoges, 2 rue de la Terrasse, près de la place de la République, le " Cinématographe parisien ", présentera sa belle collection de vues, qui ont remporté de grands succès dans Paris et qui, nous l'espérons, seront fort prisées de la population limousine dont le goût est bien connu pour ce genre d'attraction. Ouverture aujourd'hui mercredi 6 janvier et jours suivants, de 4 h à 10 h du soir.


La Gazette du Centre, Limoges, 7 janvier 1897 (cité dans RITTAUD, 1899: 227).

Grâce à l'article publié dans Le Courrier du Centre, on connaît une partie du répertoire du tourneur :

Cinématographe Parisien
2, rue de la Terrasse
Nous croyons que tout ce qui a pu être atteint jusqu'à aujourd'hui, en fait de netteté est obtenu par le Cinématographe parisien.
Les scènes les plus diverses et les mieux choisies se succèdent devant les spectateurs émerveillés.
C'est d'abord un assaut de boxe des mieux réussis, puis vient ensuite le jardinier arrosé, la baignade des Singalais à l'Exposition de 1889, l'arrivée d'un train en gare d'Asnières, l'empereur et l'impératrice de Russie se rendant à l'ambassade russe à Paris, et enfin le coucher de la mariée, une petite scène intime des plus charmantes.
Nous engageons vivement nos lecteurs à faire une visite à cet établissement, certains qu'ils ne regretteront pas les quelques minutes agréables qu'ils y auront passées.
Ouverture de 4 heures de l'après-midi à 10 heures du soir.


Le Courrier du Centre, Limoges, vendredi 8 janvier 1897, p. 3.

La cohérence des films renvoient à la production de la maison Joly-Normandin. Les séances se poursuivent jusqu'au 18 janvier (La Gazette du Centre, Limoges, 18 janier 1897). Le tourneur Mergault offre des séances du cinématographe parisien quelques jours après à Brive.

1898

Le Théâtre-Salon des Visions d'Art ([23]-[30] décembre 1898)

Le Théâtre Potel, dirigé par Joseph Potel, est déjà passé, en 1898, à Limoges à l'occasion de la Saint-Loup, et il a présenté des féeries à partir du dimanche 15 mai 1898 : La Toison d'or, Voyage dans la lune Le Courrier du Centre, Limoges, 17 mai 1898), L'Oiseau bleu... mais pas de cinématographe. En revanche, pour son retour en décembre, pour la foire de Noël, connue également comme la foire des Innocents, l'appareil de projections fait bien partie des attractions du "Théâtre-Salon des Visions d'art" :

Théâtre salon des Visions d'art
Bien intéressant aussi cet établissement où le public voit avec un intérêt croissant les photographies animées par le nouvel appareil du professeur Potel.
On sait le succès qu'avaient obtenu ici les divers cinématographes installés à Limoges au début de l'invention de M. Lumière.
Le nouvel appareil du professeur Potel donne des résultats autrement surprenants et, à l'aide de la lumière électrique, fait défiler sous les yeux émerveillés des spectateurs, des scènes de la vie réelle, scènes d'actualité, de voyages et scènes comiques, grandeur nature, d'une façon tellement saisissant que l'on croie se trouver en face de la réalité même.
On assiste aux merveilleuses transformations de miss Darling Chromo qui laissent une impression que l'on ne peut définir.
Autre chose qui est bien destiné à étonner le spectateur et à l'intéresser surtout d'une façon toute particulière, c'est le voyage autour du monde qui vous promène dans toute l'Europe, en Asie, en Afrique même et enfin dans ce pays où l'industrie a fait des choses merveilleuses, en Amérique.
On ne peut s'ennuyer avec un spectacle pareil, et les curieux sont nombreux ; c'est un bon moment à passer, le public limousin ne manquera pas de s'en assurer par lui-même.


Le Courrier du Centre, Limoges, 23 décembre 1898, p. 3.

Si l'appareil cinématographique est vaguement décrit, aucune information n'est fournie sur le programme de vues animées proposées au public. Un entrefilet est publié une semaine plus tard :

Théâtre-Salon
M. Potel a changé la série de ses tableaux ; c'est dire que ceux qui ont vu et apprécié la première série sont revenus hier. Le coquet Théâtre-Salon ne désemplit pas chaque soir. Miss Darling obtient toujours le même vif succès dans ses transformations lumineuses.


Le Courrier du Centre, Limoges, 30 décembre 1898, p. 3

On peut penser que le Théâtre-Salon des Visions d'Art reste à Limoges jusqu'à la fin de la foire, mais la presse n'en conserve pas la trace.

limoges place republique

Limoges-La Place de la République et le Casino (c. 1902)

1899

1900

1901

1902

1903

1904

1905

1906

bibliographie

BERNEAU Pierre et Jeanne, Le Spectacle cinématographique à Limoges de 1896 à 1945, AFRHC, 1992, 200 p.

Afin d'optimiser votre expérience sur ce site, nous utilisons des cookies. Ils visent essentiellement à réaliser des statistiques de visites. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies.