TOULOUSE

Jean-Claude SEGUIN

Toulouse, chef-lieu du département de Haute-Garonne (France), compte 150 000 habitants (1894).

1896

Le cinématographe Lumière (Société Photographique, 21 mai 1896)

Avant que les séances publiques ne commencent, le cinématographe Lumière va être présenté lors d'une soirée organisée par la Sociéte Photographique, à l'amphithéâtre de l'ancienne faculté des lettres:

A la Société photographique
La, Société photographique de Toulouse a eu l’excellente idée de nous convier à la conférence publique qui était donnée hier, sous ses auspices, à l'amphithéâtre de l’ancienne faculté des lettres.
L'auditoire était fort nombreux, et il n’a certainement pas eu à regretter l'empressement dont il a fait montre.
M. Jullian présidait, assisté de MM. Gendre, vice-président de la Société ; Ch. Fabre, secrétaire, et des autres membres du bureau.
Après avoir rappelé; en quelques mots, le but poursuivi par la société qu'il préside et dont le succès s'affirme chaque jour, M. Jullian a expliqué à ses auditeurs l’ordre du jour de la soirée.
Cet ordre du jour comportait une série de projections de clichés très intéressants appartenant à divers membres de la société, une conférence de M. Trutat, sur les rayons Rœntgen et des projections de scènes animées avec le cinématographe de MM. Lumière, de Lyon.
Avec les projections de clichés des sociétaires, les spectateurs ont été tour à tour promenés en Russie, à Moscou où va avoir lieu le couronnement du tsar Nicolas, à Athènes, aux jeux olympiques, dans les Alpes, dans les Pyrénées, à Banyuls et à Biarritz.
M. Trutat a communiqué ensuite une série d’épreuves et de plaques photographiques obtenues à l'aide des fameux rayons X : squelettes d'animaux, de poissons, mains humaines, etc.. qui ont vivement intéressé le public. Les dames se sont montrées particulièrement sensibles à la découverte des vrais et faux diamants que permettent de faire, plus sûrement qu'un joaillier, les rayons Rœntgen. Elles ont paru très impressionnées - aussi à la pensée qu'il allait devenir fort commode de connaître le contenu des épîtres et des missives les plus soigneusement cachetées ainsi que l'a démontré M. Trutat.
Enfin, on a beaucoup applaudi au succès d’une expérience tentée sur place et admirablement réussie. Il s'agissait de photographier une boite renfermant une foule de menus objets : des épingles, une vis, une plume à écrire, un lorgnon, une pièce de monnaie, etc. ; puis, l’épreuve obtenue, de la développer sur le champ et de la reproduire à la lumière oxhydrique.
Mais le clou de la soirée a été sans contredit la reproduction sur un écran d'une série de photographies mouvementées animées avec le cinématographe de MM. Lumière. Quel ingénieux appareil que cet instrument ! Permettant d'enregistrer avec une précision admirable les scènes les plus animées, les plus variées de la vie réelle sans omettre aucun des mouvements qu'elles comportent, il laisse le spectateur sous le charme d'un véritable émerveillement. Deux clichés surtout ont obtenu un succès prodigieux : la démolition d'un mur et un coin de plage avec un groupe de petits plongeurs.
Cette intéressante séance a pris fin à dit heures et demie.


La Dépêche, Toulouse, 22 mai 1896, p. 3.

The Kinétographe (rue Alsace-Lorraine 47, 22 mai 1896-)

C'est un kinétographe qui présente au public toulousain les premières vues animées dans un local situé au 47 rue Alsace-Lorraine :

The Kinétographe.-Aujourd'hui, à trois heures, ouverture des séances de photogrpahies animées grandeur naturelle, 47, rue Alsace-Lorraine, à côté du Gaspillage. Tous les jours, séances de 10 h. mat. à 11 h. soir.


La Dépêche, Toulouse, 22 mai 1896, p. 3.

Dès le lendemain, L'Express du Midi consacre quelques lignes à un compte rendu de la soirée inaugurale :

Un curieux spectacle. — Hier ont été inaugurées, dans un local fort élégant situé au rez-de-chaussée du 47 de la rue Alsace-Lorraine, les séances de photographies animées, grandeur naturelle, qui font en ce moment courir tout Paris. On fait défiler sous les yeux des spectateurs une série de tableaux pris sur le vif et représentant, par exemple, le boulevard des Italiens à Paris, la gare Saint-Lazare, la place de l'Opéra, etc., etc.
Les passants, les voitures, les chevaux, tout le monde de la rue sont reproduits avec une telle précision dans leurs mouvements naturels et dans les positions les plus variées qu'on a l’illusion complète de la vie et de la réalité.
On est porté à monter dans l'omnibus qui passe ou dans le train en partance, auquel il ne manque rien, pas même la fumée lorsqu’il se met en marche.
C'est véritablement saisissant.
Ajoutons que les sujets reproduits ont été choisis de telle façon qu'ils puissent être vus par les familles et même faire la joie des enfants.
L'installation des photographies animées, rue Alsace est une bonne fortune pour Toulouse qui n’a plus rien à. envier à Paris en matière de nouveautés et de ce que nous appelons les inventions de la dernière heure.
Rappelons qu'un autre établissement de photographie animée vient de s'ouvrir, allées Lafayette, en face le théâtre des Variétés.
L'instrument qui sert à faire ces projections s'appelle ici le Cinématographe, de M. Lumière.
Nous dirons demain ce que nous en pensons.


L’Express du Midi, Toulouse, 23 mai 1896, p. 3.

Malgré la présence de deux cinématographes, la concurrence est plutôt bénéfique aux propriétaires des appareils :

Les Cinématographes installés à Toulouse attirent toujours beaucoup de curieux. Nous avons parlé hier de celui de la rue Alsace. Celui des allés Lafayette présente des tableaux non moins curieux, notamment la partie de tric-trac et les bains de mer. Ce dernier surtout donne l'illusion absolue des scènes qui se passent sur la plage et de la perpétuelle agitation des flots.


L'Express du Midi, Toulouse, 24  mai 1896, p. 3.

Par la suite, les annonces se font très brèves et la dernière est publiée dans Le Messager de Toulouse:

Photographies animées, rue Alsace-Lorraine, 47, à côté du Gaspillage.


Le Messager de Toulouse, Toulouse, 5 juin 1896.

Le Cinématographe Lumière (Rue d'Alsace-Lorraine 47, [22] mai 1896-> 23 mai 1896< 7 juin 1896)

Le système Lumière de diffusion du cinématographe s'organise à partir de concessions vendues par ville, région, pays, voire continent. La photographie animée va s'installer à Toulouse au cours du mois de mai, mais l'on ignore le nom du responsable du poste. La presse publie une annonce sur ce prochain événement:

La photographie animée à Toulouse. — Nous apprenons que MM. Lumière, de Lyon, vont gratifier Toulouse d'un spectacle extraordinaire que possèdent depuis quelques temps plusieurs villes de France et de l'étranger et qui remporte un succès considérable. Il ne s'agit rien moins que de leur merveilleuse invention, le Cinématographe.
MM. Lumière font installer leur ingénieux appareil, 14, avenue Lafayette, à côté du café dés Américains, en face du théâtre des Variétés et tout fait espérer que d'ici deux ou trois jours, chacun pourra en admirer les merveilleux résultats.
Le Cinématographe ne se contente pas d'enregistrer les scènes animées les plus variées, mais il permet de les montrer en grandeur naturelle, à toute assemblée, sous forme de projections qui développent les scènes les plus vécues de la vie réelle en en reproduisant les moindres détails.
Pendant plus d'une minute — et que de choses peuvent avoir lieu en une minute ! — la vie est surprise là ou s'est dirigé l'objectif, et tout ce que s'est passé se reproduit fidèlement.
Nous tiendrons nos lecteurs au courant du jour de l'ouverture de ce spectacle extraordinaire.


L'Express du Midi, Toulouse, 20 mai 1896, p. 3.

 De façon simultanée ou presque, le Cinématographe Lumière est inauguré au moment où le Kinétographe ouvre ses portes :

Rappelons qu'un autre établissement de photographie animée vient de s'ouvrir, allées Lafayette, en face le théâtre des Variétés.
L'instrument qui sert à faire ces projections s'appelle ici le Cinématographe, de M. Lumière.
Nous dirons demain ce que nous en pensons.


L’Express du Midi, Toulouse, 23 mai 1896, p. 3.

Les cinématographes, dont celui de la rue Lafayette, attirent un nombreux public :

Les Cinématographes installés à Toulouse attirent toujours beaucoup de curieux. Nous avons parlé hier de celui de la rue Alsace. Celui des allés Lafayette présente des tableaux non moins curieux, notamment la partie de tric-trac et les bains de mer. Ce dernier surtout donne l'illusion absolue des scènes qui se passent sur la plage et de la perpétuelle agitation des flots.
L'Express du Midi, Toulouse, 24  mai 1896, p. 3.

Il faut attendre le 7 juin pour voir annoncées de nouvelles projections de photographies animées dans le local de l'avenue Lafayette:

Cinématographe Lumières frères. 14, avenue Lafayette. — Ce soir, au nombre des superbes vues projetées, arrivée du train en gare, tableau à sensation, qui a fait courir tout Paris et les principales villes du monde entier.


L'Express du Midi, Toulouse, dimanche 7 juin 1896, p. 3.

Le responsable du poste, dont on ignore toujours le nom, fait passer, selon une pratique bien connue, de courts articles publicitaires où il vante les mérites de l'appareil et du répertoire de vues:

Cinématographe Lumière. — Le Cinématographe de l'avenue Lafayette, par la variété et l'originalité de ses vues, devient chaque jour de plus en plus intéressant.
Tout y est vie et mouvement et les diverses photographies directes qu'il fait passer successivement sous nos yeux, sont d'un réalisme des plus heureux.
On peut le dire, elles sont prises sur le vif, et certaines, comme la sortie d'atelier, la baignade, le concours hippique, la mêlée, sont d'un pittoresque vraiment saisissant.
Les grandes personnes, et surtout les enfants, trouvent à la salle de l'avenue Lafayette un spectacle des plus variés et des plus récréatifs.


L'Express du Midi, Toulouse, 22 juin 1896, p. 3.

C'est à ce moment-là qu'un cinématogaphiste de la maison Lumière va tourner quelques vues de la ville rose:

Cinématographe Lumière. — Nous apprenons que MM. Lumière, les innovateurs de ce merveilleux spectacle, ne reculant devant aucun sacrifice pour satisfaire le public toulousain, vont joindre aux tableaux si variés qui ne cessent de faire l'admiration de tous les visiteurs, des vues de notre ville qu'ils viennent de faire cinématographier et qui ne manqueront pas d'être accueillies avec enthousiasme.
Nous rappelons que les vues cinématographiées aux fêtes du couronnement du tsar seront présentées dans un délai relativement peu éloigné.
Pour les dernières séances a 1 franc, il sera projeté deux vues en plus du programme ordinaire.


L'Express du Midi, Toulouse, 27 juin 1896, p. 3.

Le nom de cet opérateur n'est pas indiqué, mais il est très probable qu'il s'agisse d'Alexandre Promio dont on sait qu'à ce moment-là il se trouve dans la région. Au catalogue figure en effet la vue Rue Alsace-Lorraine. Avec l'arrivée de l'été, il faut rafraîchir la salle :

Cinématographe Lumière. — Aujourd'hui et jours suivants continuation des séances où il sera projeté deux vues en plus du programme ordinaire.
Nous rappelons que la salle est parfaitement aérée par des ventilateurs électriques.
Billets d'avance dans les principaux hôtels, cafés, débits de tabac et chez les coiffeurs.


L'Express du Midi, Toulouse, 29 juin 1896, p. 3.

Après avoir annoncé, à plusieurs reprises, la prochaine projection des vues du couronnement du tsar de Russie, c'est finalement au début du mois de juillet qu'à lieu leur présentation :

Cinématographe Lumière. — Il y avait foule, hier, à la petite salle de l'avenue Lafayette, bien ornée de drapeaux Russes et Français, à l'occasion des premières vues du couronnement du tsar.
Les sentiments d'amitié pour la nation russe qu'elles affirment chez nous, légitimement d'ailleurs, l'empressement du public. Et nous reconnaissons que les personnes les plus exigeantes ont dû être satisfaites.
La Mission Française, Le Cortège somptueux du Sacre, les Délégations d'Asie dans leurs costumes si originaux et si pittoresques, le Tsar et la Tsarine se rendant au Sacre et en revenant, L'Escorte enfin qui les environnent, tout cela est bien fait pour captiver la foule et l'intéresser.
La direction n'a rien négligé en ce sens, et elle s'est attachée à mettre dans chaque tableau la variété la plus grande et l'imprévu le plus brillant.
Empressons-nous d'ajouter qu'elle a pleinement réussi en cela.
D'autres vues encore se succéderont au Cinématographe Lumière : des vues d'Espagne, des courses de taureaux avec mise à mort, et bien d'autres snrprises que nous annoncerons.
Dans une huitaine nous aurons encore diverses vues des puits de Carmaux et plusieurs vues de Toulouse où l'on reconnaîtra aisément certaines de nos charmantes toulousaines.


L'Express du Midi, Toulouse, vendredi 3 juillet 1896, p. 3.

Les vues tournées à Toulouse et dans la ville voisine de Carmaux sont offertes au public toulousain peu après:

Cinématographe -Lumière. — On nous prie d'annoncer que les vues de Toulouse et de Carmaux, qui ont été cinématographiées il y a quelque temps et dont nous avons déjà parlé, vont figurer au programme des séances de la photographie animée. Dès aujourd'hui, on pourra admirer deux de ces vues locales qui seront certainement accueillies avec une vive satisfaction. Des vues des fêtes du couronnement du tsar, le train, etc... compléteront le programme de ce jour.


L'Express du Midi, Toulouse, 10 juillet 1896, p. 3.

Deux jours plusieurs, la presse publie les titres de certaines de ces vues:

Cinématographé Lumière. — Vues de Toulouse et de Carmaux, la place du Capitole, la rue Lafayette, les vues des fêtes du couronnement du tsar et le train.
Billets d'avance dans les principaux hôtels, cafés, débits de tabac et chez les coiffeurs.


L'Express du Midi, Toulouse, 12 juillet 1896, p. 3.

Les deux vues indiquées dans la presse - La Place du Capitole et La Rue Lafayette - ne figurent pas au catalogue Lumière. La seconde devait, sans doute, saisir l'entrée du cinématographe. Selon une habitude qui est bien ancrée dans le monde du spectacle, on commence à annoncer une prochain départ, bien à l'avance :

Cinématographe-Lumière. — Le Cinématographe qui a fait courir tout Toulouse, est sur le point de quitter notre ville. Encore quelques jours et nous ne le verrons plus.
Ceux qui n'ont pas encore vu les saisissantes photographies du couronnement du tsar, et les divers tableaux humouristiques qui ont fait si souvent la joie des visiteurs, peuvent se presser. Ils trouveront à la petite salle de l'avenue Lafayette, un spectacle attrayant qui joint toujours l'agréable à l'intéressant.


L'Express du Midi, Toulouse, 20 août 1896, p. 3.

De fait, les articles se succèdent annonçant de nouvelles vues :

Cinématographe Lumière. — L'inimitable Trewey, le célèbre jongleur équilibriste, est au Cinématographe Lumière, où on peut l'admirer dans ses deux meilleurs numéros : les assiettes et le serpent. A voir aussi : les danseuses de Londres, le maréchal-ferrant. un pugilat de poissonnières à Marseille, et pour terminer, à la demande générale, le sensationnel Hammam américain.
Tous les jours, changement complet du programme.
Billets d'avance dans les principaux hôtels, cafés, débits de tabac et chez les coiffeurs.


L'Express du Midi, Toulouse, 21 août 1896, p. 3.

Dès le début du mois de septembre, les annnonces d'un départ prochain se mulitplient :

Cinématographe Lumière. — C'en est fait, dans quelques jours le cinématographe aura quitté notre ville, malgré tous les efforts qu'a fait la direction pour rester davantage, mais devant les réclamations incessantes d'autres villes elle ne peut reculer son départ. En conséquence irrévocablement pour les dernières séances, les billets d'avance et de faveur non timbrés ne seront plus admis. Changement de vues tous les jours.


L'Express du Midi, Toulouse, 2 septembre 1896, p. 3.

La clôture a finalement lieu le mardi 15 septembre :

Cinématographe Lumière. — Malgré l'immense succès que le cinématographe a obtenu et obtient encore à Toulouse, il ne peut plus prolonger son séjour.
Clôture irrévocable aujourd'hui mardi 15 septembre.
Trois magnifiques programmes seront projetés pour ce dernier jour, un le matin de 10 heures à midi, un autre de 2 heures à 7 heures et le dernier de 8 heures à minuit.
Tous les enfants au-dessous de 10 ans, accompagnés de leurs parents rentreront gratuitement.


L'Express du Midi, Toulouse, 15 septembre 1896, p. 3.

Répertoire (autres titres): Les courses (grand prix), La mêlée et la charge des cuirassiers, [Prochainement] Le couronnement du tsar (L'Express du Midi, Toulouse, 13 juin 1896, p. 3), La Baignade, le Régiment, Le train arrivant en gare (L'Express du Midi, 25 juin 1896, p. 3), Mission française (Boisdeffre et Montebello), Délégations asiatique, Tsar et Tsarine avant et après le sacre, Cortège du sceptre, l'escorte du tsar (L'Express de Toulouse, Toulouse, 4 juillet 1896, p. 3), Vues de Moscou, Vue d'Espagne (L'Express du Midi, Toulouse, 1er août 1896, p. 3),  La baignade des nègres, Le Photographe (L'Express du Midi, Toulouse, 6 août 1896, p. 3), Une alerte de pompiers en Angleterre, Le grand Hammam Américain, La danse russe, Les jongleurs, Danseurs et musiciens soudanais, Le repas des tigres (L'Express du Midi, Toulouse, 15 août 1896, p. 3), La Baignade des nègres (L'Express du Midi, Toulouse, 25 août 1896, p. 3), Madrid. Défilé du Génie, La porte de Tolède, Arrivée d'un train en gare de Lyon (nouvelle), Le salut à l'escrime, Le Cortège des anciens Germains à l'exposition de Stuttgard, Les chars de la soierie et du soleil à la cavalcade de Lyon (L'Express du Midi, Toulouse, 30 août 1896, p. 3), Stuttgart. Fontaine royale, Karlsplace à Munich, L'arroseur et l'arrosé, Le radeau en pleine mer, Le lion dans sa cage (L'Express du Midi, Toulouse, 6 septembre 1896, p. 3), Les Pigeons de la place Saint-Marc à Venise, Les Lutteurs à Londres, L'Arrivée d'une gondole à Venise (L'Express du Midi, Toulouse, 13 septembre 1896, p. 3). 

Le photographoscope du café Monestié (Place du Capitole,  24-> 28 mai 1896)

Le propriétaire du café Monestié fait des travaux afin d'inaugurer une nouvelle salle pour le nouvel appareil de photographies animées, le photographoscope :

La photographie animée.
Nous apprenons que le propriétaire du café Monestié, qui vient de transformer son établissement, se dispose en raison de l'inauguration de ses nouvelles salles d'offrir gracieusement à sa nombreuse clientèle les premières représentations à Toulouse d'une des attractions les plus brillantes de la capitale : la photographie animée.
La photographie animée est la reproduction exacte et vivante des scènes de la vie réelle. Elle est exploitée avec un immense succès dans toutes les grandes villes par la Société anonyme des attractions nouvelles. Espérons que cette représentation sera le prélude des grands tableaux d'actualités, nouveautés que nous promettaient MM. les directeurs de cette intéressante tournée scientifique, qui vient s'installer dans notre ville et à laquelle nous souhaitons de tout cœur le succès qu'elle mérite.


Le Messager de Toulouse, Toulouse, 19 mai 1896.

L'inauguration a lieu quelques jours plus tard :

M. Cornu a eu l'heureuse inspiration de donner au café Monestié l'hospitalité au photographoscope qui reproduit les objets et les personnes en grandeur naturelle. C'est dimanche qu'a eu lieu l'inauguration, et le public
afflue pour assister à ces intéressantes séances.


Le Messager de Toulouse, Toulouse, mardi 26 mai 1896.

Deux jours après cet article, M. Cornu, responsable du café Monestié, organise une séance pour les enfants :

Dans la salle spéciale du café Monestié, place du Capitole, M. Cornu organise une séance qui aura lieu aujourd'hui de 3h à 6h pour les bébés. Après la représentation de photographoscopie, il y aura distribution de jouets d'enfants.


Le Messager de Toulouse, 28 mai 1896.

 La dernière est publiée jeudi 28 mai :

Photographie vivante. — Café Monestié, salle spéciale, place du Capitole, tous les jours de 5 heures à 11 heures du soir. Entrée, 50 centimes.


L’Express du Midi, Toulouse, 28 mai 1896, p. 1.

Le Scénimatographe (3 rue Saint-Pantaléon, <2> juillet 1896)

La Société anonyme des Attractions Nouvelles, qui a présenté le cinégraphoscope au café Monestié, propose à la vente un nouvel appareil - ou le même sous un autre nom -, le "Scénimatographe" :

SCENIMATOGRAPHE
Photographie Animée et en Couleur
Tous les perfectionnements sont apportés à sa construction. Sans trépidation et sans scintillements.
S'adresser pour la vente et l'exploitation : à la Société anonyme des attractions nouvelles, rue Saint-Pantaléon, 3, Toulouse (salle d'expériences).


Le Petit Marseillais, Marseille, 2 juillet 1896, p. 4.

Le Cinématographe (Société Photographique, 11 novembre 1896)

Au cours de la séance du 11 novembre de la Société Photographique de Toulouse, M. Lassalle presente une série de négatifs cinématographiques :

Nous recevons la communication suivante :
Société photographique de Toulouse
Séance du 11 novembre
PRÉSIDENCE DE M. JULLIAN
[...]
M. Lassalle met sous les yeux des membres de la société une série de négatifs obtenus avec un cinématographe fabriqué Toulouse [sic] ; le fonctionnement de cet appareil fera l'objet d'une communication ultérieure.
La séance se termine par des projections à la lumière oxydrique d'épreuves de MM. Jullian, Trutat, Messal, Ufferte, Brouquier.
Le secrétaire, C. FABRE.


La Dépèche, Toulouse, 9 décembre 1896, p. 3.

Contacts