HAITÍ

Jean-Claude SEGUIN VERGARA

Aunque es muy probable que se hayan organizado sesiones de cinematógrafo anteriormente, se considera habitualmente que el aparato llega a finales de 1899. En cierto modo, la ausencia de una hemerografía completa, como en el caso de la República Dominicana, hace que no se puedan localizar proyecciones anteriores.

1897

El Projectograph de Harry J. Daniels (marzo 1897)

Es muy probable que Harry J. Daniel, Edwin Stanton Porter y J. Dowe hayan organizado sesiones de projectograph en la isla, ya que salen de Jacmel, a bordo del Orinoco, con dirección a Barbados:

PASSENGERS ARRIVED
[...]
Per R.M.S. Orinoco, from Jacmel, on Saturday Drl Wicketeed, Messrs. Daniel, Porter, Dowie, Curtis, Santo, Vlies C. W. Haynes, and 1 deek for Barbados, 37 in transit.


The Barbados Agricultural Reporter, Monday, March 22, 1897, p. 2.

1899

El Cinématographe Lumière de Giuseppe Filippi (1899-1900)

Giuseppe Filippi es una de las figuras más importantes de los inicios del cinematógrafo en el Caribe. Acaba de presentar, en noviembre de 1899, durante unos quince días su cinématographe Lumière en la isla de Martinica, una colonia francesa en aquel momento. Justo antes, en los primeros días de diciembre, hace lo propio en la isla de Santo Tomás (islas Vírgenes), posesión danesa, vendida a Estados Unidos en 1917. La prensa haitiana, ya enterada de la próxima llegada del itinerante no vacila en repercutir la información:

Attraction!…
Par le paquebot français Olindes-Rodrigues est arrivé en notre ville, Monsieur Giuseppe Filippi, directeur propriétaire d’un cinématographe français, d’un développement de lumière considérable et très puissant.
Mr. Filippi se propose de donner diverses séances, toutes plus intéressantes les unes que les autres. Malgré le raseurisme que nous subissons, sans l’avoir mérité, nous espérons que, vu la beauté du spectacle, Mr. Filippi ne fera pas chou blanc chez nous.
A bientôt les programmes.


Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 9 décembre 1899, p. 2.

A la diferencia de lo que suele ocurrir, en el caso de Port-au-Prince, el exhibidor empieza por una sesión benéfica, cuando habitualmente ésta se sitúa al final de la estancia. Las circunstancias hacen que, nada más llegar, está prevista una fiesta de Caridad, y Filippi no puede menos que aceptar participar con su cinématographe Lumière:

Le Bal de ce soir
Les Organisateurs de la fête Française de Charité veulent que la soirée dansante de ce soir ait le même succès que la garden-party de dimanche ;–ils donnent à leurs invités la primeur d’un spectacle qui fera courir bientôt tout Port-au-Prince.
Mr. JOSEPH FILIPPI, propriétaire du hrand [sic] Cinématographe-Lumière, fera ce soir à titre gracieux des projections cinématographiques qu’il répétera deux fois.—Les organisateurs sont heureux de cette amabilité, qui donnera encore plein d’attrait à la fête de ce soir.
Voici le programme des projections :
1º—Le vieux port de Marseille.
2º—Le saut du mur par le 27ème Alpin.
3º—Danse d’enfants.
4º—Le mauvais temps au port.
5º—Les funérailles du Président Félix Faure (Le char funèbre).
6º—Courses de taureaux en Espagne (Les Picadores).
7º—Arrivée d’un train à la Ciotat.
8º—Quadrille d’enfants.
9º—Bataille de femmes, interrompue par un chien.
10º—Le faux cul-de-jatte.


Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 12 décembre 1899, p. 2.

Sabemos que el exhibidor conoce bien el cinématographe Lumière y de hecho, algunas películas del catálogo las ha rodado él, como la famosa Bains de DianeLa prensa repercute de forma excepcional esta primera sesión y el propio Giuseppe Filippi utiliza abundantemente las páginas de El Nouvelliste. Se nota en este caso que estamos frente a un auténtico profesional que sabe anunciar sus sesiones y detalla los programas. La primera presentación tiene lugar en el Petit-Séminaire lo cual también es algo original.

Portauprincepetitseminaire

Port-au-Prince, Le Petit Séminaire

El Petit Séminaire (Pequeño seminario) lo ha creado, en 1865, el primer arzobispo de Port-au-Prince, Monseñorr Martial Testard du Cosquer. Instalado en un primer tiempo en  Pétionville, se encuentra, a partir de 1868, en el centro de Port-au-Prince. Dispone de una sala de teatro que es la que se utiliza para estas sesiones cinematográficas: 

C'est pour ce soir !
La première représentation du Cinématographe Lumière, au Petit-Séminaire, à 7 heures.
Voici la 1re série des 200 vues que doit présenter Mr. Filippi:
La place du Port-Vieux (Marseille). 2º Querelle enfantine. 3º Vélo-Club de Milan. 4º Assaut du Portique: 99e Infanterie française . 5º Partie à l'écarté. 6º Mauvais temps au port. 7º Saut d'obstacles (cavalerie prussienne.). 8º Bataille d'enfants.
(10 minutes d'intervalle)
Puerta del sol (Madrid). 10º Charge de cuirassiers (Lyon). 11º Une partie de pêche. 12º Arrivée d'un train à la Ciotat. 13º Carnaval à Nice (France). 14º Le funiculaire d'Aix. 15º Assaut d'un mur: 27e chasseurs alpins. 16º Les cyclistes de Lucca (Italie).
(10 minutes d'intervalle)
17º La place de Saint-Marc à Venise. 18º Danse des enfants. 19º Duel au pistolet (répété à rebours). 20º Bain à Milan (répété à rebours). 21º La faillite d'un marchand de marrons. 22º Bataille de femmes interrompue par un chien. 23º Passage difficile de l'artillerie italienne. 24º Le faux cul-de-jatte.


Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 14 de diciembre de 1899, p. 3

Durante un mes Giuseppe Filippi va a organizar sesiones de forma muy profesional. En esta sesión, el pionero presenta vistas al revés, lo cual es un elemento de comicidad para el público y un truco ya muy utilizado en aquel momento. El exhibidor es una de las figuras que no solo mejor conocen el funcionamiento del aparato sino que además tiene relaciones directas con los proprios hermanos Lumière y, por supuesto, un cinematografista que rueda películas desde los inicios del cinematógrafo. De los muchos artículos que le dedica Le Nouvelliste, el siguiente es tal vez el más completo:

LE CINÉMATOGRAPHE-LUMIÈRE
Hier soir, dans la mignonne salle de théâtre du Petit-Séminaire-Collège, gracieusement mise à sa disposition par les bons Pères de cet établissement, Mr. FILIPPI a donné sa première représentation. Il nous faut convenir, d'accord avec tout le public qui était présent – (pour le moins 500 personnes) – que le programme était parfait, que l'exécution a été rendue en artiste, comme de fait l'est Mr Filippi. [...]
Cette première représentation est une mise en train, si je puis dire, car Mr Filippi se propose dans les huit soirées qu'il veut bien nous consacrer, de nous faire voir des tableaux de plus en plus attrayante, désireux qu'il est de nous laisser un souvenir ineffaçable.
S'il en est ainsi, nous regretterons de ne pas l'avois parmi nous pour les fêtes de fin d'année; il nous semble que s'il différait son départ jusque là, il n'aurait pas lieu de s'en plaindre! Ici, nous nous faisons l'interprète des sentiments que nous avons entendus s'exprimer pendant le cours des entr'actes par de nombreux pères de famille. On en devine aisément le mobile, qui serait d'amuser petits et grands pendant les fêtes de Noël et de jour de l'an, voir même jusqu'aux rois.
Nous savons bien que Mr Filippi a de grands frais, un nombreux personnel, et des appareils très couteux. En effet, ses tableaux sont actionnés par 80 piles Bunsen, d'une force de 2000 bougies; on voit par là que Mr Filippi est un artiste sérieux, qui fait consciencieusement son métier. Aussi, lui prédisons-nous pour samedi (car ce soir vendredi il faut relâche) une salle aussi bien garnie, et un succès au moins égal à celui qu'il a obtenu hier soir.


 Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 15 de diciembre de 1899, p. 2 

Además dispone de una gran cantidad de vistas, lo cual le permite permanecer durante varios días y varias continuamente sus programas. Sin que podamos decir que llega a presentar las 200 cintas, lo cierto es que el número es impresionante y además ampliamente presentado en la prensa. Filippi sabe perfectamente organizar las sesiones y va dedicando funciones especiales como la que reserva a la comunidad francesa de Port-au-Prince, una forma de rendir homenaje a los hermanos Lumière según el periodista de Le Nouvelliste:

[...] Aujourd'hui mardi, il dédie sa représentation à la colonie française; c'est dire que le programme touchera par plus d'un point la fibre patriotique, puisque entre autres tableaux on y verra les Funérailles de F. Faure, les Manoeuvres d'Artillerie, le fameux tableau des dernières cartouchesetc., etc.-Nous croyons voir par là un hommage que rend l'artiste FILIPPI aux FRÈRES LUMIÈRE, les inventeurs de ce magnifique appareil, qu'il désire placer sous le patronnage des compatriotes des inventeurs Lyonnais; ce qui constitue un sentiment haut et bien placé.


Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 19 de diciembre de 1899, p. 2.

Un análisis detallado de sus exhibiciones muestra claramente que construye sus funciones como un crescendo. El caso más señalado es la presentación de la serie de la Pasión de Jesucristo. Primero sólo presenta dos vistas de la serie (Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 18 de diciembre de 1899, p. 3.), como para despertar el interés del público como lo recoge Le Nouvelliste: "Nombre de nos lecteurs nous ont demandé quel jour Mr Filippi donnerait les 13 tableaux de la Passion; nous n'avons pu les renseigner mais cependant nous pensons que ce sera pour cette semaine.-A Mr. Filippi le dernier mot." (Le Nouvelliste, 20 de diciembre de 1899, p. 2). Finalmente tres días después, Filippi presenta sólo algunos cuadros, los seis primeros: "Pour dire tout en peu de mots, annonçons que ce soir, seront donnés six des sensationnels tableaux de la Passion de J.C.- l'adoration des Mages, la fuite en Égypte, l'entrée triomphale de Jésus à Jérusalem, la résurrection de Lazare, la trahison de Judas et la Cène - plus 18 autres vues des plus alléchantes ! (Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 23 de diciembre de 1899, p. 2.). Aunque los seriales sólo surgirán años más tarde, la técnica que utiliza el pionero es la misma. Y de hecho, sólo días después, presenta las otras vistas: "Aujourd'hui Mr FILIPPI, indépendamment d'autres vues très attrayantes, donne les autres tableaux de la Passion, - avec la musique cette fois; - c'est dire que la présentation sera des plus brillantes!... (Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 26 de diciembre de 1899, p. 2.). Sólo el 29 de diciembre, los haitianos van a poder ver la totalidad de las vistas en una sesión memorable:

Cinématographe-Lumière
Ce soir jeudi Mr. Filippi va donner une Grande Représentation au cours de laquelle on verra tout le martyrologe de la Passion de N-S. J.-C., soit treize tableaux se complétant les uns les autres admiirablement et dont l'ensemble ne peut manquer du plus suggestif intérêt.
Il va sans dire que le programme présente une variété aussi bien choisie qu'agréable de beaux tableaux, dont le nombre, pour la circonstance, a été considérablement arugmenté.
Mr. Filippi désireux de témoigner aux dames de Port-au-Prince, la reconnaissance qu'il ressent pour leur empressement à ses représentations, se permettra d'offir ce soir à chaque dame qui assistera à cette représentation de gala un souvenir de son charmant passage en notre ville.


Le NouvellistePort-au-Prince, 28 décembre 1899, p. 2.

El éxito es total y, tras muchas "últimas" sesiones, finalmente, Giuseppe Filippi termina sus funciones el 17 de enero de 1900. Si dejamos de lado las exhibiciones de las cintas Lumière, lo más señalado es la presentación el día 30 de diciembre de 1899 de lo que se considera hasta ahora como la primera cinta realizada en Haití: el incendio de la Place Pétion:

Cinématographe-Lumière
Nous ne parlons pas de la soirée d'hier, puisque notre collaborateur Nillaup la raconte plus loin comme lui seul en est capable.
Nous dirons à nos lecteurs que demain samedi 30 décembre, aura lieu la dernière représentation au cours de laquelle Mr FILIPPI nous donnera la vue du dernier  incendie qui a eu lieu de la Place Pétion !...
Nous profiterons de cette circonstance pour remercier comme il convient les Pères du Petit Séminaire Collège, le Supérieur en fête, pour les bonnes soirées qu'ils ont, par leur complaisance, procurées à notre population.
Encore une fois, merci!..


Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 29 de diciembre de 1899, p. 2.

Más allá del carácter anecdótico de este rodaje, lo importante es señalar que el propio pionero utiliza su cinématographe tanto para la proyecciones como para los rodajes. Pero además, sabemos que puede revelar también las cintas. Utliza de hecho el cinématographe de tres maneras: toma de vista, revelado y proyección. Su profesionalismo es total y en todos los sectores.

Dejando de lado las cintas ya evocadas, el repertorio de Filippi también incluye las cintas siguientes: Jongleur, Chiens acrobatesBain de merMusiciens ambulants, Assaut de BoxeRésurrection de LazareArrestation de Jésus-Christ, Délégations asiatiques au sacre du CzarCoiffures, Patineur grotesque, Photographe-amateur, Défilé d'un régiment espagnol, 17º Fêtes au Palais Royal à Paris, Serpentins, Canotiers à Crémone (Italie), Bataille d'enfants, Arrivée d'un train, MelbourneJoueurs de cartes arrosés (Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 16 de diciembre de 1899, p. 2.), Le Président Loubet après l'attentat aux courses d'Auteuil,  (Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 18 de diciembre de 1899,, p. 3), Les manoeuvres d'artillerie, le Passage de la Saône à la nage, la Bataille à boules de neige, un prêté pour un rendu (Le Nouvelliste, 20 de diciembre de 1899, p. 2), Attaque de surprise à Cuba, Saut d'obstacles, le pied à terre, Le défilé d'un régiment à Godrictz [sic], Tempète en mer (pas trop terrible), La danse du Vénézuela a presque mis l'eau à la bouche aux amateurs de méringues; il y avait de quoi! (Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 22 de diciembre de 1899, p. 2.), Barques sortant du port, Pied à terre de cavalerie, Courses de taureaux, la polka des bébés, Passage difficile par l'artillerie italienne. (Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 27 de diciembre de 1899, p. 2), Usine Lumière. 

La casi totalidad de las vistas pertenecen al católogo Lumière aunque algunas no se puedan identificar como en el caso de Un prêté pour un rendu por existir dos cintas con este títulos entre las vistas de la casa de Lyon. Con buen tino, el pionero hace que alternen las vistas generales (tipo documental), vistas de actualidad (reportaje), cintas cómicas, etc. sin olvidar las reconstituciones como Les Dernières cartouches, episodio de la guerra de 1870 entre Francia y Alemania, y, en cierto modo, La Pasiónclou del espectáculo. Como colofón, dejemos a Nipaul, un periodista de El Nouvelliste, contar en versos lo que ha visto en el cinématographe:

[...]
Sortant de l'Usine-Lumière,
Nous passons par une fillière,
De tableaux digne de succès;
Car, ils sont presque tous français!...
Quelques braves aux yeux farouches
Brûlent leurs dernières cartouches !
La Passion du grand SAUVEUR,
A fait tressaillir plus d'un coeur!
Et les âmes vraiment pieuses,
Ont dû se sentir bien heureuses,
Car, quel que soit le jour, le lieu,
On aime à voir le FILS DE DIEU!...
La fin était désopilante,
Malgré la pluie assez battante,
Les deux vieux joueurs d'écarté,
Est un tableau très bien goûté;
Les dragons traversant la Saône,
Ont réjoui chaque personne.
La danse du Vénézuela-
- (Astrée accompagnant cela) -
A tant fait rire, rite et rire,
Que moi je ne veux rien en dire,
De peur de rester au-dessous
De ce que vous en pensez tous!
Et cette belle artillerie,
Qui sait donner avec furie
Un coup de main alerte et fort,
Pour mener son canon au port
C'est le brave Vingt trosième
de l'Artillerie Italienne!...


 Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 29 de diciembre de 1899, p. 2.

Según lo que se puede deducir de lo que recoge la prensa, Filippi no lo tiene muy claro en esos primeros días de enero de 1900. lo que va a hacer. En los primeros días de enero se anuncia en la prensa que sale para Jamaica: 

Cinématographe-Lumière
Nous avons la satisfaction d'annoncer au port-au-princien dont le goût pour [ce type] de spectacle est avéré, que M. FILIPPI avant de partir pour Kingston, dans quelques jours, va donner, à la demande générale au Cercle de Port-au-Prince, ce soir [...] une brillante représentation . Le programme comprend entr'autres [nouveautés] l'incendie de la place Pétion, du 12 [décembre] [...]


Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 3 de enero de 1900, p. 3.

No todo está siempre programado en las giras que dan los exhibidores y Jamaica también puede ser una etapa ecoconómicamente rentable. Sin embargo, pocos días después, los planes han cambiado. Lo que se puede deducir es que Filippi, que ya tiene pensado regresar a Europa, tiene la oportunidad de vender su material (el cinématographe Lumière y las vistas):

Cinématographe-Lumière
Hier soir Mr. Filippi a donné sa dernière représenation, qui a été applaudie en diverses parties; aussi avant de saluer cinématographiquement son public, l'artiste a donné plusieurs "dégui", dont on l'a remercié par de sympathiques bravos.
Mr. Filippi part ce soir pour New-York, d'où il doit gagner l'Europe, pour aller prendre part à la Grande Exposition de Paris, avec le Cinémicrophonographe, la nouvelle invention du "cinématographe et du phonographe combinés", dont nous parlons plus loin.
Souhaitons qu'il revienne nous gratifier de ce miracle de note fin-de-siècle,-qui, si l'on y joint la reproduction de la couleur, sera le "nec plus ustra" !
-Nous croyons savoir que Mr Filippi ayant cédé son appareil cinématographique à une compagnie, il se peut que nous ayons une dernière représentation.


Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 8 de enero de 1900, p. 2.

En esta misma edición, encontramos dos artículos, el primero sobre lo que es el cinematógrafo desde un punto de vista técnico -en general estos artículos los encontramos en los primeros años, pero en este caso parece bastante tardío- y otro sobre el Cinémicrophonographe:

Le Cinémicrophonographe
–Encore plus fort!...
Il est question de présenter cette année à l'exposition de Paris, une combinaison du CINÉMATOGRAPHE et du PHONOGRAPHE, c.à.d. de produire un appareil qui complétera l'illusion de la vue cinématographique par l'audition. On entendra en même temps qu'on verra. [...].


Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 8 de enero de 1900, p. 2.

Efectivamente, la Sociedad del Fonógrafo, creada a partir de una patente de un "Cinémicrophonographe", del 1º de enero de 1897 por los señores Berthon, Jaubert y Dussaud, se funda el 11 de junio de 1898. El aparato lo van a presentar efectivamente en la Exposición universal de París y Félix Mesquich, antiguo colaborador de Lumière, es encargado de rodar las cintas. En cuanto a Giuseppe Filippi, sale de Haití, el mismo 8 de enero de 1900, por el vapor holandés Prins Wilhem III para Nueva York, tras haber conseguido vender su aparato Lumière et las vistas a la sociedad de Francesco Greco, otro pionero, instalado en aquel momento en Haití.

1900

Francesco Greco  y Maurice Hargous (enero 1900)

De hecho, la actividad cinematográfica en ese mes de enero es bastante intensa. Así, el Dr Alex. Bourgeois, de profesión dentista, vende un Cinématographe-Edison al que se le dedica un artículo:

[...]
L'appareil dont il s'agit est de l'usine du célèbre Edison et il est de beaucoup plus perfectionné que les inventions similaires.
La projection de la lumière a la distance de 50 pieds sur le rideau, forme un rayon de 20 pieds carrés: les sujets [...] et la durée dese vues sont de 5 et [...] minutes, par le fait que la longueur de la membrane et de la perfection du Cinématographe-Edison.
L'appareil est en vente avec des vues du Jubilé-procession de la Reine Victoria, du Massacre des Innocents, etc., etc...
[...]
Bien que le Cinématographe soit à vendre, en attendant il peut être loué par soirée, le propiétaire s'engageant à donner un opérateur ou manipulateur à ses frais.


Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 11 de enero de 1900, p. 2

Como se puede apreciar, se utiliza el nombre del aparato Lumière para hablar del de Edison lo cual indica claramente en aquel momento el predominio de los hermanos de Lyon y de su cinématographe que se está imponiendo como nombre genérico para designar un proyector, aunque, hay que decirlo, también estamos en un país francófono. Además resulta  significativo que el proyector no solo esté a la venta sino que además, mientras tanto, se pueda alquilar, un compromiso poco usual en aquel momento en el mundo del cinematógrafo.

Pero lo esencial está en la venta de todo el material por Giuseppe Filippi a la sociedad compuesta por Francesco GrecoMaurice Hargous y el Sr. Daufresne. La transacción ha sido bastante rápida y de hecho el propio Greco anuncia desde el 6 de enero su próxima salida de Haití:

AVIS
Monsieur GRECO a l’honneur d’aviser sa clientèle que devant quitter le pays pour un temps indéterminé, il la prie de se rendre chez lui, le plus tôt possible, pour régulariser les différentes affaires en cours.
A cet effet, lundi 8, mardi 9 et mercredi 10. Il sera à la disposition des intéressés, de 7 heures du matin à midi, rue des Miracles Nº 28.
F. GRECO
Port-au-Prince, 6 Janvier 1900.


Le nouvelliste, Port-au-Prince, 8 janvier 1900, p. 3.

En cualquier caso, la venta del Lumière ya está pensada para una gira que se dispone a efectuar en los siguientes días. Sin embargo, se van a organizar algunas sesiones más en Port-au-Prince. El exhibidor entiende que no puede salir del país sin dar satisfación al público. Eso lo explica en una carta que le manda al director de Le Nouvelliste:

TRIBUNE PUBLIQUE
Port-au-Prince, le 10 janvier 1900
Monsieur le Directeur du Journal "Le Nouvelliste"
Nous avions annoncé que la dernière représentation du Cinématographe-Lumière aurait lieu hier soir; mais de toutes parts on nou sollicite de prolonger encore notre séjour dans la Capitale.
Nous comprenons que le premier devoir, c'est la reconnaissance, et nous en devons au bon peuple de Port-au-Prince pour l'accueil tout à fait sympathique qu'il a bien voulu accorder au Cinématographe-Lumière.
En témoignage de celle-ci et pour adhérer à la requête générale nous donnerons encore deux seules représentations, Jeudi et Dimanche, si bien entendu, Monsieur le Président du Cercle de Port-au-Prince voudra encore nous accorder l'hospitalité.
Dans ces deux dernières, nous donnerons, à la requête du public, tous les tableaux qui nous serons demandés et qui ne figureront pas au programme, tout spécialement ceux de la Passion qui ont eu tant de succès.
Nous regrettons de quitter cette bonne Capitale, sans pouvoir donner quelques représentations populaires à prix réduits, faut d'un grand local et du temps qui nous manque.
Nous profiterons de la publicité que vous voudrez bien donner à la présente, pour remercier le public de Port-au-Prince qui nous a baptisé (puisque c'est ici que nous venons de reprendre le Cinématogrraphe-FILIPPI), d'une manière véritablement enviable; aussi qu'il soit bien certain que nous ne l'oublierons jamais.
Qu'il nous soit aussi permis de publiquement remercier Monsieur le Commandant de la Place, Genéral Defly, et Monsieur le Commandant de la Police, Général Belmont, qui ont bien voulu nous accorder leur bienveillance la plus large pour le maintien de l'ordre.
À vous aussi, Monsieur le Directeur, et à la Rédaction, nos remerciements sincères, pour l'accueil flatteur, la juste critique et la place que vous voudrez bien accorder à celle-ci.
Salutations empressées et dévouées.
GRECO & Cie.Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 

Así los nuevos dueños del cinématographe se inscriben claramente en la continuidad de Giuseppe Filippi que ha conseguido un éxito rotundo y que regresa a Europa. Para GrecoHargous y Daufresne, lo importante ahora es poder organizar su gira. Como previsto se dan las últimas sesiones en la sala del Cercle Catholique de Port-au-Prince. Y antes de dejar el país van a organizar proyecciones en otras ciudades:

Cinématographe-Lumière
La Compagnie GRECO nous quitte définitivement, pour aller faire bénéficier nos compatriotes de la Province, des séances cinématographiques qui ont eu tant de succès à Port-au-Prince.
Ces messieurs vont d'abord à Jérémie où nous sommes certain qu'ils recueilleront autant de lauriers que de [...]lette.
Nos meilleurs voeux les accompagnet dans leur conquête de la foison.


Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 16 janvier 1900, p. 2. 

Además la prensa, a través de los largos poemas de Nilaup rinde un homenaje ditirámbico en dos textos de Gazette rimées: "Les Cinématographistes" y "Derniers adieux", este último dedicado en totalidad a Maurice Hargous.

1901

Francesco Greco  (febrero 1901-[junio] 1901)

Más de un  año más tarde, y sin que ningún aparato haya vuelto a Haiti mientras tanto, regresa Francesco Greco,  para ofrece de nuevo, hasta por lo menos el mes de junio de 1901, sesiones cinematográficas. En cuanto a Maurice Hargous, tras la gira por la República Dominicana, vuelve definitivamente a Burdeos, en septiembre de 1900, donde se casa poco tiempo después. En las primeras semanas de 1901, Greco, ya por cuenta propia, organiza una gira por Haití, recorriendo ciudades como Cap-Haïtien, las Gonaïves o Saint-Marc donde conseguir buenos resultados económicos: 

Nouvelles cinématographiques
Aujourd'hui quitte pour le Cap-Haïtien Mr Greco, le proprietaire du Cinématographe qui, l'an dernier, nous a tant récréé.
Sa collection des tableaux s'est enrichie de nombreuses vues nouvelles, parmi lesquelles nous notons: – 20 tableaux concernant l'Exposition de 1900, des scènes de théâtre (Faust, La Poupée, récent succès de la comédie française), Krüger à son arrivée à Marseille, 12 tableaux d'une émouvante course aux taureaux à Madrid, le commandant Marchand au Cercle de Paris, Mac Kinley parlant au peuple américain, le jubilé de la défunte reine d'Angleterre, et une nouvelle série de tableaux classiques.
Mr Greco se propose de visiter les Gonaïves et St-Marc lors du passe de S.E. le Président d'Haïti, puis de venir nous donner quelques représentations.
Nous saluons par avance son retour à la Capitale, où un nouveau succès attend le Cinématographe, cette dernière merveilleuse du siècle dernier.


Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 13 février 1901, p. 2

De hecho, sabemos que Francesco Greco está por aquel entonces instalado en la República Dominicana, en la ciudad San Pedro de Macorís, a l'Este de Santo Domingo. En realidad, el pionero sólo llega a la capital a mediados de mayo de 1901 (Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 14 mai 1901, p. 2) aunque se sigue dudando de dónde van a darse las funciones. Finalmente es el Théâtre Sylvain el que acepta la organización de las sesiones cinematográficas:

Cinématographe
La crainte de la pluie a contrarié le succès de la soirée cinématographique néanmoins il y avait belle chambrée au Théâtre Sylvain.
Le spectacle a été applaudi avec enthousiasme, et de fait, les tableaux présentés son admirables. Notons particulièrement, entre les 21 vues offertes, l’apparition de Méphistophélès, la métamorphose de Faust et apparition de Marguerite, le château d’eau et d’électricité de l’Exposition, le cortège et le tournoi de la fête royale, la réception des maires de […] par le président Loubet, les cuirassés […] à Toulon, le ballet Excesior, etc.
Certains de ces tableaux animés ont été donnés jusqu’à 4 fois !— C’est dire le succès mérité de la soirée d’hier ; aussi souhaitons-nous que le temps se remette complètement au beau pour tous nos lecteurs puissent aller jouir sans crainte de cette merveille du siècle dernier.


Le Nouvelliste, Port-au-Prince, lundi 27 mai 1901, p. 2-3.

En los siguientes días se van anunciando los programas y las funciones, pero la falta de hemerografía a partir del 4 de junio hace que no sepamos cómo terminan esas sesiones cinematográficas. Sin embargo podemos reconstituir parcialmente el repertorio además de las vistas ya citadas: 

Repertorio: Palais de la Suède (Exposition 1900), Tempête sur mer, [Arrivée] du Président pour l’ouverture de l’Exposition, [auto]mobile (Exposition 1900), Passage difficile de l’Artillerie italienne, Serpentine, Chars de […] vins d’Algérie (Exposition), Jubilé de la reine Victoria (le cortège), Charge des hussards de la Czarine, Bataille de femmes, Loubet aux courses, La danse de méringue au Vénézuela, L’escadre française à Toulon, Chevaux sauvages au Mexique, S. Excellence le Président Sam et son état-major, Troisième acte de "La Poupée"  (comédie française), Bataille de boules de neige, Danseuse de l’Opéra  (Le Nouvelliste, Port-au-Prince, mercredi 29 mai 1901, p. 2).

Analizando las películas del repertorio de Francesco Greco, se ve que en realidad todas las vistas son anteriores a la compra del fondo de Giuseppe Filippi, y es muy probable que el pionero haya seguido explotando las mismas cintas. La falta de documentación hemerográfica hace que no se pueda indicar hasta cuando sigue el exhibidor presentando cintas en Haití.

1902

El Cinématographe Lumière de Hervet y Didier (abril1902)

Édouard Hervet es una de la figuras más relevantes de los inicios del cine en el Caribe y en Brasil. Con su colaborador, el Sr. Didier, acaban de hacer una gira por la República Dominicana. Llegan ambos con sendas esposas, a bordo del Saint-Dominique, procedentes de Jacmel, donde probablemente han organizado algunas proyecciones (Le Nouvelliste, 9 de abril de 1902, p. 2). Durante casi un mes, los exhibidores van a organizar un gran número de sesiones que tiene un enorme éxito, como ya lo han tenido los pioneros que han presentado anteriormente el cinematógrafo:

Cinématographe Lumière
Il vient de nous arriver une compagnie dirigée par MM. Hervet et Didier, qui propose de nous gratifier de quelques représentations cinématographiques. [On] se rappelle l’immense succès de [Filippi].
La nouvelle société est encore [très] outillée et riche d’une grande variété de vues nouvelles en couleur et de longue durée. Bien mieux : il nous a été donné l’avantage d’admirer le cinématographe et le phonographe combinés c’est-à-dire qu’on entendra chanter aussi un [air] d’opéra !...
La compagnie début après-demain dimanche au Cercle de Port-au-Prince [avec] deux représentations : la première de […] à 7 heures, la seconde de 8 a 10 heures.
—Nous engageons nos lecteurs à ne pas manquer d’assister à ce spectacle merveilleux.


Le Nouvelliste, Port-au-Prince, vendredi 11 avril 1902, p. 2.

Las sesiones se organizan en la sala del Cercle Catholique, aunque se trata de un espacio demasiado pequeño para poder acoger un público importante. Cada día o casi, Le Nouvelliste ofrece los programas completos de las sesiones, y podemos ver que están compuestos de forma muy estudiada. Dejando de lado, la alternancia de las vistas, podemos ver que algunas series constituyen el clou del programa.

19020412nouvelliste

Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 12 de abril de 1902, p. 3

Siguiendo las sesiones del cinematógrafo en la prensa nos damos cuenta de que pocos incidentes se producen –a veces el temporal hace que se tenga que posponer la función–, lo cual significa que el trabajo lo hacen unos profesionales. Lo que El Nouvelliste sugiere es que se cambie de teatro, por ser el Cercle Catholique demasiado pequeño, y de hecho a esta sugerencia la respuesta será positiva, aunque de hecho sólo sea al final o casi de las presentaciones:

Cinématographe Lumière
Hier soir, la représentation cinématographique n'a pu avoir lieu par suite du mauvais temps; elle sera donnée demain soir jeudi, avec le mème programme, dont on lira plus loin les détails attrayants.
Il nous revient que les Rév. Pères du Séminaire qui n'avaient pu donner leur théâtre, au début, à cause d'un deuil récent, se seraient décidés à permettre prochainement les représentations cinématographiques au Musée, --- et cela pour être agrèables aux familles ; car alors, MM. Hervet et Didier disposant de plus de places, pourront mettre l'entrée des enfants, au moins, à moitié prix.


Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 30 de abril de 1902, p. 2.

Tal vez lo más señalado de esta estancia sea una curiosa iniciativa tomada por Hervet y Didier que consiste en proyectar, antes de las cintas, su título: 

Cinématographe-Lumière
Un véritable succès hier pour le Cinématographe qui a offert un public nombreux, des tableaux vivants bien applaudis à cause de leur beauté et de leur originalité.
Cinématographe-Lumière
La fête d'hier soir a valu un nouveau succès aux directeurs du fameux Cinématographe, qui est venu à temps [pour] les port-au-princiens.
Une petite innovation trè nécessaire a été apportée au cours de la représentation, et tout le mona a été  [satisfait] de pouvoir lire sur la toile les titres des tableaux avant leur apparition. Ça n'a l'air de rien, mais on ne se doute pas de l'embarras qu'on éprouve parfois à chercher dans la demi-obscurité les [titres des] numéros du programme. [...] Demain, nous aurons comme [..] de la fin La Lampe merveillsue d'Aladin, le merveilleux conte des Mille et une Nuits, qui aura une durée d'environ [...] minutes.


Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 28 de abril de 1902, p. 2

Es un caso prácticamente único de una reseña que de este tipo de información cuando de hecho la cuestión del título de las películas es de las más delicadas, ya que su utliza se hace sentir a partir del momento en que se comercializan las vistas y que hay que "nombrarlas", pero en este caso, la proyección de los títulos permite ofrece un mayor confort para los espectadores. Dejando de lado estos elementos, la sesiones se van a prolongar hasta, por lo menos el 9 de mayo y antes del 14. Ya no sabemos para donde salen los itinerantes y sus esposas. Pocas semanas más tarde, en julio, Didier, ya sólo, sigue presentando el Cinématographe en Costa Rica.

Lo más notable de esta estancia es sin duda alguna la información que tenemos sobre el repertorio que llevan los exhibidores y que representa varias decenas de vistas que hemos reunido a continuación: Entrée d'une noce à l'ÉgliseSortie de la noceDislocation mystérieuse (magie); Le grand lion du Jardin d'Acclimatation; Les tigres du Bengale; Promenade d'éléphants à Saïgon; Une bonne pipe (scène comique); Arrivée du Président Krûger à Marseille; La Défense du drapeauForce doit rester à la loi; Course d'automobiles fleuris; Grand défilé de Dragons, de Hussards, de Spahis, d'Artilleurs; Charge finale par un Régiment de CuirassiersDanse du feu en couleurs; La feue Reine Victoria d'Angleterre: Garde anglaise, garde écossaise; le Cortège, la Reine; Carmen, duo du duel (3e acte) par le phonographe et le cinématographe combinés; Défilé d'un bataillon de soldats espagnolsLe barbier fin de siècle; Régates entre marinsLe Déshabillé impossibleCendrillon: grande féerie, cinématographique en 15 tableaux entièrement en couleurs, La plus extraordinaire vue, qui ait jamais paru, Trucs, défilés, ballets, transformations, illusions, magiques, etc, etc, 1º Le cuisine de Cendrillon; 2º Le rat changé en laquais; 3º Citrouille changée en carosse; 4º Le bal au palais du Roi; 5º Minuit; 6º La chambre de Cendrillon; 7º Les fées des heures; 8º La marraine de Cendrillon; 9º La pantoufle merveilleuse; 10º La place de l'Eglise; 11º Mariage de Cendrillon; 12º Défilé des Seigneurs; 13º Bal des épousailles; 14º Le triompne de Cendrillon: 15º Apohéose (Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 12 de abril de 1902, p. 3); Défilé de Pompiers; Bataillons de turcos en marche; le 96e de ligne en marche; Luttes extra-comiques; Le Cuirassé le "Brennus" et le branle bas de combat; Mr Loubet remettant des décorations; Dans le cabinet d'un antiquaire (magie); Les canotiers de Milan; Un voyage à la lune- Le songe d'un sage astronome; Magie, transformations, illusions fantastiques; Sauts d'obstacles par les hussards français; Sauts d'une rivière; Illusioniste double et la tête vivantePigeons de la place Saint-Marc à Venise; Le gendarme et le voleur de canards; Jeanne d'Arc, pièce guerrière, historique, en couleurs et de 18 minutes de durée.- Représentation de la vie de l'héroîne française qui obéissant aux voix du Ciel, prit l'épée pour combattre les envahisseurs et sauva son pays ; faite prisonnière à la bataille de Compiègne, elle est condamnée à être brûlée vive.-La pièce finit par une éblouissante apothéose. (Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 14 de abril de 1902, p. 3); La fée aux choux; Arrivée d'un train à la gare Saint-Lazare; Bataille de confettis (Bois de Boulogne); L'homme-orchestre; Soldats allemands en marche; LES KREMOS Célèbres acrobates, champions du monde, travaillant actuellement aux Folie-Bergères de Paris:  Sauts périlleux, double sauts en long, Pyramide Humaine; Le Professeur Charlemont, escrime de bâton; Course de taureaux à San-Sébastian, Vue panoramique suivant les péripéties de la course, par la prima espada Reverte: Sortie de la cuadrilla, capeadores, picadores, banderillos, Mort et enlèvement du taureau; Mines du Creuzot: entrée et sortie des mines, La fonderie: sortie du cock en fusion, Ballet au foyer de l'Opéra, Une mauvaise plaisanterie, Revue du Dunkerque passée le 18 Sept. 1901 par l'Empereur Nicolas II et M. Emile Loubet, se terminant par l'entrée au port; Vue prise d'un bateau et par mauvais temps;Baignade de chevaux (Ecole militaire); Chevaux en liberté et sauts de haies; QUO VADIS, - en couleurs -, pièce à grand spectacle, représentée à la Porte St-Martin. - Le plus grand succès littéraire de notre époque. La scene se passe à Rome, en l'an 64, sous le règne de Néron. Combat de gladiateurs; festins, incendie de Rome. (Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 15 de abril de 1902, p. 3); Avenue de l'Opéra (à l'envers), Cyclistes (Compagne Gérard) en marche, Cyclistes seul en reconnaissance, Les Malatzolls Célèbres danseurs Russes aux Folies-Bergères de Paris dans leurs danses nationales, Chevaux en libert et sauts de haies, GRANDE CHASSE AU CERF dans la forêt de Chantilly: arrivée au chateau; arrivée au bois, ... en chasse, --- le cerf à l'eau, La Curée, le Chenil; Escadre italienne aux fêtes de Toulon, Panorama de l'escadre, Arrivée du Duc de Gênes; Transformation plus forte que Frégoli en couleurs (Plus fort que Frégoli), Pierrot assassin, Prise de Pékin par les troupes alliées, Le livre magique ou Farce italienne: Pierrot, Arlequin, Colombine, Polychinelle et Cassandre; La Belle et la Bête en couleurs, scène du Chatelet, à transformations.- Le prince Charmant ayant oublié d'inviter la fée Gorgone à ses fiançailles, au moment de la célébration du mariage apparaît la fée qui change le prince en hète, etc. etc. (Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 17 de abril de 1902, p.3 ); Barque de sauvetage sortant du port par un mauvais temps (Barque sortant du port); Soldats Allemands partant en manoeuvre; Le Chirurgien de l'avenir (scène comique), Dragons traversant la Saône à la nage, Avenue de l'Opéra (vue comique); Un duel après le bal masqué de l'Opéra; Chez le photographe comique; La Revue de Betheny (Le Czar en France). Arrivée de la Czarine et de Mme Loubet en voiture, suivies du Czar et son escorte ainsi que des chefs arabes. Les délégués militaires des puissances étrangères.- Garde Républicaine à pied. Infanterie, artllerie au trot. Charge cavalerie; LITTLE PICH. le comique anglais qui fit courir tout Paris à l'Olympia et au Café des Ambassadeurs. - Gigue Anglaise désopilante. Danse espagnole comique. Grande scène-bouffe avec ses souliers de 80 centimètres de long; L'agent-plongeur (scène comique); La Loïe Fuller (danse serpentine en couleurs); L'ENFANT PRODIGUE, parabole biblique en 5 tablaux. Un homme avait deux fils; le plus jeune pria son père de lui donner la part d'héritage qui lui revenait, Il dissipa son bien en fêtes et se trouva dans la plus atroce misère, Devenu gardeur de porcs, il partagea leur nourriture. Après repentir, il revint à la maison paternelle, on tue le veau gras en l'honneur de l'engant prodigue. (Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 18 de abril de 1902, p. 3); Le "vieux Paris" et le Palais d'Espagne 1900; Arrosage général (scène comique); Magie noire (vue extraordinaire); Danse typique mexicaineGrand Combat Naval: Prise de Takou par les Alliés, Vaisseaux prenant possession, Explosion d'un vapeur, bombardement incendie général; Repas infernal (magie); Duel à l'épée entre militaires; Crémation d'une jeune fille (couleurs); Grande Course de Taureaux, --- Entrée de la Cuadrille ---- Capeadores, picadores, estocada. --- Mort du taureau --- Enlèvement du teaureau mort; La Mi-Carême à Paris; La maison à l'envers; Artilleurs espagnols sortant de la messe; Danse Sévillane (Cuadros flamencos); le Réveil de Pierrot. (Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 19 de abril de 1902, p. 3); Monsieur Loubet sortant de l'Élysée; Pêche miraculeuse; Monsieur Laurent, célèbre dompteur d'animaux féroces: Lions et Zébus dans la même cage, Lions sauteurs, Ours blancs, etc., Le squelette joyeux; les frères Fratellini dans leurs nouvelles paysanneriesLe barbier nouveau siècle, La malle mystérieuse, Un bon verre de Malaga; Avenue de l'Opéra (Paris); Horribles grimaces; Mr. Santos Dumont et son ballon dirigeable; Bains à l'endroit et à l'envers; Batailles de femmes interrompue; Combats de Coqs (Mexique); Luttes extra-comiques (magie); Départ d'une Montgolfière avec une acrobate; Multiplication de pages; Dépôt sucré; LE RÈVE DE NOEL, en couleurs, de 12 minutes de durée, le chef-d'oeuvre de la Cinématographie, Trucs, effets de neige, scènes artistiques, tableaux enfantins, défilés, ballets, apothéose: 1er TABLEAU: La chambre à coucher des enfants, 2º défilé des poupées, 3º ballet des poupées, 4º les messagers célestes, 5º l'arrivée à l'Église, 6º le portique de l'Église, 7º le bourdon, 8º la Mese, 9º sortie de la messe, 10º la part du pauvre, 11º ballets hirondelles, 12º l'arbre de Noël, 13º la statue de neige, 14º le papa Noël, 15º l'apothéose. (Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 24 de abril de 1902, p. 3); Vengeance d'un gâte-sauce; Un aquarium; Clowns: Sauts périlleux, Le clown et son chien, Pirouettes sur la tête; Les Dernières cartouches (en couleurs); La Danse serpentine par un chien; Le singe [voltigeur]; Panorama de Jérusalem pris d'un trainMésaventure d'un passant; Sortie d'un bal d'enfants en Espagne; RENCONTRE ET CHOC DE DEUX TRAINS; Victor Emmanuel III allant au sacre; Patineurs sur glace; Panorama du Trocadéro; La soupe aux cheveux  (Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 26 de abril de 1902, p. 3.); Funérailles de la Reine Victoria: Défilé des troupes, Le cercueil, La famille royale et personnages politiques, etc.; Le réveil d'un Monsieur pressé; Danse à transformations;  Baignade de chevaux (Ecole Militaire); Sauts de haies par des chevaux en liberté; Le Ballon d'Andrée au Pôle-Nord; Charge finale de cavalerie (Ecole de Saumur); Exposition de 1900: Panorama du Quai et des Palais des nations; Duel abracadabrant (entre clowns); Le salon hanté, scène comique en couleurs; Bonsoirs !... (Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 26 de abril de 1902, p. 3.); Van mon lien, prestidigitateur Chinois; Délifé de Dragons, Le nain grotesque (magie); Cuirassé en haute mer, par mauvais temps; Assaut d'un mur par les Alpins;  Bain de Milan, Pêcheurs dans le torrent; ALADIN et La Lampe Merveilleuse scènes tirées des "Mille et une nuits" --- grande féérie cinématographique en 45 tableaux, la plus extraordinaire qui ait été faite, en couleurs, jsuqu'à ce jour. ---- Trucs, Défilés, Ballets, Changements à vue. --- Apothéose. Décors et trucs faits spécialement pour cette scéne. --- Durée de la projection 15 minutes. ---- Cette série de tableaux se termine par une magnifique apothéose (Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 29 de abril de 1902, p. 3); Sieste interrompue; Défilé de la garde nationale (Washington), Tribulations d'une concierge (vue nouvelle); Le chevalier démontableLe Petit Chaperon Rouge, grande féérie, tirée du conte de Perrault, représentée avec succès au Grand-Théâtre du Châtelet, -- à Paris. Combinaisons magiques, fantastiques. Durée: 15 minutes.; Bataille d'enfants à coups d'oreillers; Dispute dans un CaféLA PASSION DE JÉSUS-CHRIST: La Naissance - La fuite en Egypte - Entrée à Jérusalem; La Résurrection de Lazare; La Cène; Agonie de Jésus au Jardin des Oliviers; Trahison de Judas; Fragellation et couronnement d'épines, Chemin de la Croix, Mise en Croix, Le Calvaire, La Résurrection. Elle se compose de 12 tableaux complètement coloriés qui durent environ 20 minutes et qui ont eu partout un immense succès. - Tout Port-au-Prince voudra assister à cette représentation unique, car la PASSION ne sera présentée qu'une seule fois. (Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 6 de mayo de 1902, p. 3.)

En este repertorio tan extenso, no se trata de analizar de forma precisa cada vista, pero lo que podemos decir es que está constituido de forma muy mayoritaria por cintas de las casas Lumière, Pathé y Méliès, por lo menos las que se han podido identificar. Globalmente cada una tiene su "especialidad": las vistas llemadas generales o vistas de actualidad que pertenecen principalmente a la casa Lumière, las vistas cómicas o de transformación de Pathé o Méliés. También a estas dos casas pertenecen las series más largas constituidas de varios cuadros y que pueden durar unos 20 minutos. Los señores Hervet y Didier - buenos conocedores del espectáculo cinematográfico - saben alternar las vistas y buscar en cada catálogo lo que mejor puede interesar al público. No sabemos exactamente que día terminan las proyeccionres -por falta de hemerografía- pero se supone que antes del 14 de mayo.

1903

Egerton M. Massias (mayo 1903)

Las apariciones del espectáculo cinematográfico no corresponde a una lógica muy clara durante esos años, y la verdad es que más que nada depende de la voluntad o la elección de un itinerante que intenta hacer un buen negocio organizando algunas sesiones. Así pues, los habitantes de Port-au-Prince tienen que espera un año exactamente para asistir de nuevos a proyecciones de vistas. En este caso, el que se presenta Egerton Manahan Massias es un jamaicano que ha ido desarrollando actividades económicas en la isla vecina. Su breve estancia en Haití, por lo menos en la capital, no nos permite saber gran cosa sobre estas escasas funciones, que duran al parecer menos de una semana. Si bien los anuncios son muy vistosos, no se conserva prácticamente ninguna reseña de las sesiones.

masseas

Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 14 de mayo de 1903, p. 3

No se sabe nada de los programas ni cómo están organizado. Sin embargo, el cinematógrafo parece que despierta el interés del proprio Presidente de la República ya que se organiza una sesión gratis para los habitantes de Port-au-Prince:

Cinématographe gratis
Le directeur du Cinématographe, Mr Massias, annonce que S. E. le Président Nord Alexis, pour être agréable à la population, offre, demain soir à 8 heures, sur la Place du Panthéon, une représentation gratuite de Cinématographe.
Avis au public !


Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 18 de mayo de 1903, p. 2.

Massias se va tan rápido como ha llegado. Lo hemos localizado, al año siguiente en la República Dominicana.

Compagnie Internationale du Cinématographe Lumière (septiembre-octubre 1903)

Casi un año y medio ha transcurrido hasta que otro cinematógrafo vuelve a Port-au-Prince para presentar un programa amplio, aunque bastante inferior en calidad y en cantidad que el de Hervet y Didier. En este caso, existen dudas sobre el exhibidor que organiza las sesiones. En un principio, en uno de los primeros programas que presenta la pransa aparecen los nombres de los agentes, los señores Dick y Rochau. Sin embargo la prensa nunca evoca estos nombres y habla de hecho de un único dueño del cinematógrafo. Aunque sólo se puedan formular hipótesis, sabemos que el dueño, ya en el mes de noviembre de 1904 pretende vender su aparato:

Bonne Affaire !...
Le propriétaire du merveilleux Cinématographe-Lumière, que nous avons eu l’occasion d’admirer, il y a un mois au Cercle de Port-au-Prince, céderait pour cause de santé son matériel à celui qui voudrait  l’avoir.- Il s’engage en même temps, à donner à l’acheteur tout le maniement de l’appareil aprè quatre leçons.
Pour plus amples renseignements s’adresser au bureau du journal.


Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 17 de noviembre de 1903, p. 3.

Este anuncio se vuelve a publicar durante una semana. El dueño parece ser de hecho un haitiano lo cual también confirmaría la proyección de una vista local. Finalmente, justo antes de que empiecen las sesiones de cinematógrafo, llega a Port-au-Prince un tal J. Mevs y su esposa. El apellido "Mevs" está directamente relacionado con el mundo de la fotografía. Por una parte, Maurice Hargous se asocia, pocos años antes con otro fotógrafo, Edward George Mevs. Por otra parte, justo cuando empiezan las sesiones se anuncia la venta del Fonógrafo Edison por L. Mevs & Co. Un conjunto de indicios que hacen que podamos pensar que estas presentaciones tienen que ver con algunos miembros de la familia Mevs. En cualquier caso, el dueño va a organizar sesiones durante unas semanas:

Cinématographe
C’est demain soir, au Cercle de Port-au-Prince, qu’aura lieu la première représentation Cinématographique ; voir le programme plus loin.
Hier soir, l’entrepreneur a fait un essai de la lumière électrique que lui fournit la Glacière : tout est parfait et les scènes animées brillent avec netteté dans tous leurs mouvements merveilleux.
—Rappelons qu’on trouve des cartes d’entrée en nos bureaux et au « Bar Fin de Siècle. »


Le Nouvelliste, 5 octubre 1903, p. 2.

portauprincecercle

Cercle Port-au-Princien, Port-au-Prince (Haití)

Como en otras ocasiones es la sala del Cercle la que sirve para las proyecciones. En este caso, no disponemos de muchas informaciones relativas a las sesiones que, eso sí, vienen anunciadas completamente, pero faltan los comentarios o las anécdotas. Lo único que sobresale es la cuestión de la fuente de energía que en este caso –anteriormente no tenemos noticias y no sabemos si se ha utilizado en flujo eléctrico– la proporciona la empresa eléctrica la Glacière aunque con resultados no muy convincentes:

Soirée Cinématographique
La première représentation du Cinématographe hier, a été bien accueilie et nombre des scènes animées ont été applaudies, bissées.
La première du programme n’a pas donné tout le résutat souhaité,à cause, paraît-il, du courant électrique que la Glacière avait fourni avec trop de force. L’opérateur heureusement a su remédier à cet inconvénient et le programme a déroulé ses tableaux divers et merveilleux avec un succès croissant. [...] 


Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 7 de octubre de 1903, p. 2.

De lo que disponemos es del repertorio, probablemente casi completo, del exhibidor. A continuación, la lista de las vistas presentadas: Un cavalier sur un cheval rétif; Entrevue de Napoléon et du Pape (grand spectacle en couleurs); La Voie douloureuse et entrée du St-Sépulcre à Jérusalem; Danse du Papa-loi (scène locale); Défilé de la Garde Républicaine française à chevalLa charcuterie mécanique; Le Président Loubet à Toulon, scène en couleurs; Le cocher endormi ; Mort de Marat (grand spectacle en couleurs); LE REPAS FANTASTIQUE, grande scène en couleurs de longue durée, apparition du diable; Napoleón et la Sentinelle; Le Sultan de Turquie et son escorte; Les mandarins en vacance ; LE CHÂTEAU HANTÉ: féerie en un acte, de longue durée, en couleurs : apparition de sorcière, fantôme, squelette, etc. etc. (La Nouvelliste, Port-au-Prince, 5 de octubre de 1903, p. 3); Danse du sabre; Combat de lances dans l’armée française; Les Tribulations d’une concierge (grand spectacle en couleurs); Le cigare introuvable; Le St-Sépulcre à Jérusalem; Assassinat du Duc de Guise (Grand spectacle en couleurs); Danse Espagnole ; Les chinois en voyage; Le Gendarme et les domestiques, féerie en un acte de longue durée, en couleurs : dislocation mystérieuse, etc. (Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 8 de octubre de 1903, p. 2); Procession à Lourdes; Le Aibo solo; Le vice-roi égyptien revenant du temple; La Malaguena y el Toro, danse mexicaine; Japonaise s’habillant (en couleur); Un cheval à l’essai; Les souverains au sacre de l’Empereur de Russie ; Les tribulations d’une concierge, scène en couleurs ; La Marmite diabolique, grand spectacle en couleurs, marmiton dans une marmite bouillante, apparition du diable, etc. (Le Nouvelliste, 12 de octubre de 1903, p. 3.).

Lo primero que podemos decir a propósito de dicho repertorio es que procede casi exclusivamente de la casa Lumière, con la única peculiaridad de presentar unas cuantas vistas rodadas en 1902-1903 por Gaston Velle, y que constituyen las últimas que presenta el catálogo, ya que con esas vistas fantásticas se cierra la producción Lumière. Por otra parte, conviene señalar que el repertorio es relativamente limitado y que se repiten muchas vistas de sesión a sesión. El conjunto de películas tampoco parece proceder de otros itinerantes que ya han pasado por Port-au-Prince. Tal vez, lo más importante y señalado sea por un lado la presencia de una vista local relativa al vodú, Danse du Papa-loi,  que forma parte de las poquísimas vistas primitivas haitianas, y por otro lado, la combinación de vistas con audiciones del fonógrafo. Aunque la práctica no es nueva, ya que anteriormente Hervet y Didier ya lo habían propuesto, en una de las últimas sesiones nos encontramos con un intento de "sonorizar" las cintas:

[...] La Procession à Lourdes avec cantique « Je suis Chrétien » spectacle à grand effet par le Cinématographe-parlant. ; Défilé de la Garde Républicaine française à cheval, avec musique de Cinématographe-parlant [...].


Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 17 de octubre de 1903, p. 2-3.

 De la Compagnie Internationale du Cinématographe Lumière y de su dueño, ya no sabemos más y de hecho, no la hemos localizado en otro lugar ni en otro momento. Lo único, como ya lo hemos señalado es la venta del aparato y de la colección pocas semanas después.

1904

James Myers (mayo-julio 1904)

Van pasando los meses y de vez en cuando uno se encuentra artículos sobre el cinématógrafo u otros aparatos similares. Así por ejemplo el téléphonographe (Le Nouvellste, Port-au-Prince, 29 de marzo de 1904, p. 2) o "Photographie sur... ongles (Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 21 de abril de 1904, p. 2). Hasta que en mayo de 1904, llega James Myers. Este itinerante, lo hemos localizado anteriormente en la República Dominicana donde ha estado varias veces. En Haití, James Myers acaba de presentar su cinématographe en las Gonaïves, al Oeste del país:

Cinématographe-Lumière
On apprendra avec plaisir que Mr Myers, directeur de la Cie de Cinématographe-Lumière, vient d'arriver à Port-au-Prince et va offrir au public quelques représentations de cette invention merveilleuse qui excite partout l'admiration générale.
Mr. Myers est déjà connu de nombre d'entre nous, pour avoir donné une représentation publique, très applaudie, aux Gonaïves, durant les fêtes du Centenaire. Ceux-là qui l'ont vu opérer, affirment que son appareil est très puissant et présente de nombreuses vues des plus intéressantes, telles que épisodes des guerres hispano-américaine et anglo-boer, vues de l'éruption du Mont Pelé et destruction de Saint-Pierre, Martinique, etc.
Dès que Mr Myers se sera assuré d'un local approprié, il commencera ses soirées récréatives auxquelles tout le monde s'empressera d'assister.
Prochainement donc, nouveaux détails.


Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 9  de mayo de 1904, p. 2.

Desgraciadamente, escasean las informacione sobre estas sesiones y sólo una reseña evoca una representación pública y gratuita:

Cinématographe
La foule était non moins nombreuse sur la Place du Panthéon, où une représentation cinématographe a été donnée gratuitement au public par le MIniste de l'Intérieur.
Les vues animées présentées par M. Mayers [sic] ont été accueillies avec enthousiasme par le peuple émerveillé. - On a justement admiré les épisodes de la guerra anglo-boer et ri à se tordre aux projections comiques.


Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 16 de mayo de 1904, p. 2.

A los dos días, un anuncio curioso viene a completar las informaciones que tenemos sobre la estancia de James Myers en Port-au-Prince:

$ 10 de Récompense
Mr. Mayers [sic], directeur du Cinématographe, a égaré hier soir, après sa grande représentation publique sur la Place du Panthéon, un sac en cahoutchou [sic] de 36 pouces sur 40, vide, et qui ne sert qu'à fournir l'électricité à son appareil spécial.
Dix gourdes de récompense seront données à qui rapportera le dit sac à l'Hôtel Central, Place de la Paix.


Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 18 de mayo de 1904, p. 2.

La pérdida del aparato tal vez explique que ya no se organicen sesiones y que el nombre de James Myers desparezca durante unas semanas, hasta que en los primeros días de enero se anuncie la primera sesión en el Petit-Théâtre, también llamado Théâtre-Silvain:

Soirée Cinématographique
Demain soir, à 7 heures précises grande représentation de Cinématographe Lumière, - au Petit-Théâtre.
Nous avons le programme sous les yeux, il est riche et intéressant: il sera donné au public le spectacle animé et sensationnel de la destruction de St-Pierre (Martinique) par la Montagne Pelée, des épisodes de la guerre anglo-boer et bien d'autres vues qui seront présentées pour la première fois en Haïti. Nous publierons demain le programme in extenso.

Les cartes d'entrée sont d'une gourde pour grande personne et 0.50 centimes pour enfants.


Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 3 de junio de 1904, p. 2-3

El aparato organiza también alguna sesión en el Orphelinat (Orfanato) de la Madeleine (Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 23 de junio de 1904, p. 3) y también en los jardines del Hôtel Bellevue. Una curiosidad, ya vista en otras partes, es que los trenes se ponen a disposición de los espectadores:

Hôtel Bellevue
Nous publions plus loin le programme de la soirée cinématographique qu'offre cet établissement dans ses vastes jardins demain soir à 7 heures.- Rien n'a été négligé pour la rendre des plus attrayantes.
A la fin du spectacle, le directeur de la Compagnie de Tramways mettra gracieusement un train à la disposition des spectateurs pour le retour en ville. Cette faveur a son importance.


Le Nouvelliste, 6 de julio de 1904, p. 2.

portauprincehotelbellevue

Port-au-Prince, Hôtel Bellevue (años 1910)

Lo más notable de esas sesiones que va a desarrollarse durante más de un mes es indudablemente el repertorio que, aunque limitado -al fin y al al cabo James Myers presenta el mismo programa varias veces sin la mínima modificación-, marca una ruptura con los repertorios anteriores. A la diferences de éstos, el del exhibidor no está constituido por vistas francesas sino norteamericanas y haitianas: Les Fiancés Américains: Arrivée du fiancé à la maison; Bénédiction de la mère de la demoiselle; La Charge des Chasseurs américains (West-Point); Le vapeur de guerre "New York" qui détruisit la flotte espagnole; La Grande Guerre anglo-böer: La bataille de Bloemfontein; Après la bataille de Guantanamo à Cuba; La Fusillade d'un espion espagnol après la bataille de Guantanamo; La danse excentrique du "Petit-Chat"; Catastrophe de Saint-Pierre du 8 mai 1902: Mont-Pelé en éruption; Les trois vieillards joyeux; Les sauts de chevaux à Paris; Les mangeurs de melons pour un grand prix; Combats de coqs à Porto-Rico; Écuries en feu; La lune de miel à 50 ans; La danse du Can-Can (scène française) (Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 4 de junio de 1904, p. 3.);  Le jeu de Foot-ball en Angleterre; Les trois BrigandsArtillerie américaine (marche au combat de Manille). Bataille de Ladysmith (Tranvaal). Construction de remparts. Prise de Ladysmith (Guerre Anglo Boer). Arrivée d'un train de blessés après le combat de Ladysmith; La Véritable ComédienneLa Passion de Jésus-Christ, en couleur: Jésus  portant sa croix au calvaire, La flagellation par les bourreaux; Arrivée du train de New York à Boston. Promenades en voiture au Central Park, en hiver; Courses de taureaux; Destruction de Saint-Pierre (Martinique); La sortie de l'Opéra, à Paris; La Danse de Tonton François (Le Nouvelliste, Port-au-Priince, 24 de junio de 1904, p. 2); Sauts d'obstacles par les officiers allemandes; Bataille de Ladysmith (guerre anglo-boer); Après la bataille (pansement des blessés); Fusillade après la bataille; La toilette d'Ulalie; Bataille de jeunes vagabonds; La danse de Couchi Couchi,  (Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 6 de julio de 1904, p. 3).

Resulta delicado localizar el origen de las vistas, teniendo en cuenta además su traducción al francés. Así el caso de la toma de Ladysmith es significativo de este tipo de dificultad. Sabemos que sólo los operadores británicos, al servicio de Robert Paul, ruedan efectivamente, después de la toma de Pretoria en junio de 1900. Otras casas lo que hacen es rodar la llegada o la salida de los soldados desde el territorio británico. Finalmente, existen "vistas reconstituidas" que otras casas ruedan para satisfacer el interés de los espectadores. Suponemos, dado que la serie de vistas proyectadas no corresponde al catalogo de Paul, que estamos frente a lo que llamaríamos hoy un "fake". De James Myers, ya no sabemos nada en los años siguientes.

Ernesto [Galan] (agosto 1904)

Otra figura todavía desconocida llega a Haití pocas semanas después del final de las sesiones de James Myers. En este caso se trata de Ernesto Galan que se presenta con una "Compagnie Cinématographique". Por varias razones, imaginamos que este exhibidor podría tener relaciones locales como lo indican varios indicios. Según la prensa, que siempre hay que tomar con cierta prudencia, el itinerante está haciendo una gira exitosa por toda Latinoamérica:

Cinématographe
Il vient d’arriver à Port-au-Prince, une Compagnie de Cinématographe, ayant pour directeur Mr Ernesto Gallan, qui a eu le plus grand succès dans toute l’Amérique du Sud, où ses nombreuses vues animées ont été applaudies avec plaisir.
Avant sa première soirée publique, Mr Gallan a donné à notre Ministre de la Guerre, dimanche soir, une représentation que le Général Cyriaque Célestin apprécie comme suit :
« Monsieur Gallan, directeur du Cinématographe, arrivé ces jours derniers à la Capitale, a bien voulu m’offrir une représentation hier soir, 31 Juillet, dans mes salons.
« Cette représentation qui a eu lieu dans les meilleurs conditions, a réussi parfaitement et a été à ma complète satisfaction et à celle des nombreux amis qui y assistaient. Aussi, dois-je m’empresser d’adresser publiquement à Monsieur Gallan mes compliments les meilleurs pour son travail et de le recommander à l’attention du public.
« Le Ministre de la Guerre, — CÈLESTIN »


Le Nouvelliste, Port-au-Prince, mardi 2 août 1904, p. 3.

Esta sesión privada ccosa muy excepcional– muestra en cualquier el apoyo que recibe Ernesto Galan por parte de las autoridades locales. Se trata en cualquier caso de una buena publicidad.para las sesiones futuras. Tras unos días se organiza la primera sesión:  

Cinématographe
La Soirée Cinématographique, si longtemps attendue et instamment demandée par le public, aura lieu irrévocablement jeudi prochain 15 Août, à 7 hres ½ précises du soir, dans la magnifique Salle des Fêtes de l’Asile Français.
Le directeur de la Cie avait un contrat pour le Venezuela ; il ne pouvait donc se décider à rester ici. Cependant, sur les prières réitérées du public, il a enfin consenti à donner cette unique représentation.
Nous rappelons ci-dessous l’appréciation de l’honorable Ministre de la Guerre ; et ceux qui ont assisté à cette petite soirée intime affirment qu’ils en sont sortis émerveillés :
« Monsieur Gallan, directeur du Cinématographe, arrivé ces jours derniers à la Capitale, a bien voulu m’offrir une représentation hier soir, 31 Juillet, dans mes salons.
« Cette représentation qui a eu lieu dans les meilleurs conditions, a réussi parfaitement et a été à ma complète satisfaction et à celle des nombreux amis qui y assistaient. Aussi, dois-je m’empresser d’adresser publiquement à Monsieur Gallan mes compliments les meilleurs pour son travail et de le recommander à l’attention du public.
« Le Ministre de la Guerre, — CÈLESTIN ».


Le Nouvelliste, Port-au-Prince, vendredi 12 août 1904, p. 3

portauprincehopitalasile

Port-au-Prince, Asile français

Pocas sesiones se organizan sin embargo a pesar de la ayuda oficial, aunque lo que sí merece ser señalado como lo veremos luego es que el programa está constituido, al parecer, de forma casi exclusiva, por vistas locales:

Cinématographe
Le public adresse ses meilleurs remerciements au Directeur du Cinématographe pour avoir bien consenti à donner un représentation dans la Grande Salle de l’Asile Français, Mardi, 16 courant, avant son départ pour le Vénézuéla.— Le Directeur, naturellement un homme très complaisant, tient à faire des sacrifices en renvoyant son départ pour satisfaire le public port-au-princien.
La salle sera éclairée par les magnifiques lampes de Lagojannis.
L’on aura l’occasion d’admirer de magnifiques vues animées, telles que S. E. le Président Nord Alexis, le Ministre Cyriaque Célestin, des épisodes en couleurs de la dernière Révolution Dominicaine etc, etc.— Qu’on se rende donc en foule, lundi prochain, à l’Asile Français, pour jouir d’une intéressante et merveilleuse soirée, pour laquelle ont été prises toutes les mesures d’ordre et de respect.


Le Nouvelliste, Port-au-Prince, mardi 16 août 1904, p. 3.

De hecho, el repertorio anunciado, aunque muy limitado sólo parece estar constituido por vistas haitianas o de la vecina República Dominicana. De las primeras –tal vez esto tenga que ver con la primera sesión privada– conocemos: S. E. le Président Nord Alexis, le ministre Cyriaque Célestin, Normil Sambour, Laraque, (Le Nouvelliste, Port-au-Prince, mercredi 17 août 1904, p. 3) episodios en color de la última Revolución Dominicana Curiosamente estas vistas se volverán a presentar algunos meses más tarde, de la mano de Egerton M. Massias que pocos meses antes ha presentado vistas de la Revolución de la Unión. Podemos suponer que ambos itinerantes han estado relacionados y que uno de los dos ha rodado estas vistas.

En cuanto a Ernesto Galan, volvemos a saber de él, meses más tarde, cuando abre un comercio de reparación de espejos deteriorados:.

M. Ernesto GALAN
124, Grand Rue, près de la Poste
Offre son service au public pour la réparation des Glaces détériorées et se charge de réargenture et dorure.
Son procédé, qui est récemment trouvé, et qui est adopté aujourd’hui dans toute l’Amérique du Sud, offre beaucoup plus de garanties que les autres.
Il peut aussi graver et dessiner sur glace selon les goûts.


Le Nouvelliste, Port-au-Prince, samedi 24 septembre 1904, p. 4.

Personaje episódico en la historia del cine en Haití, Ernesto Galan parece haber presentado el cinematógrafo de forma puramente oportunista.

Egerton M. Massias (diciembre 1904)

Aunque resulte todavía delicado conocer exactamente el papel de Massias en esos años, es uno de los pocos itinerantes en presentar vistas locales tanto en la República Dominicana como en Haití, éstas últimas presentadas ya por Ernesto Galan. De hecho, un poco más de un año antes, ya ha estado en Haití. En cualquier caso, el itinerante sólo da una función de cinematógrafo:

La Fête d’hier
La fête d’hier s’est cloturée aussi brillamment, le soir, par des réjouissances publiques.
Tandis que les retraites aux flambeaux parcouraient la ville en claironnant et tambourinant des coudiailles délirants, et que de partout éclataient des fusées en gerbes lumineuses, sur la Place de la Paix une nombreuse assistance écoutait le Concert offert par l’Administration Communale.
En plus des feux d’artifice et des réjouissances pyrotechniques de toutes sortes qui avaient été annoncées, le public a eu la bonne surprise, d’une représentation cinématographique, dirigée par Mr Masias, dont l’appareil a parfaitement fonctionné. Les diverses vues animées ont été applaudies par le peuple mis en liesse, qui a salué avec plaisir la présentation de S. E. le Président de la République, de Mme Nord Alexis, des Ministres, des généraux J. Carrié, D. Hyppolite, N. Simbour, etc.


Le Nouvelliste, Port-au-Prince, jeudi 22 décembre 1904, p. 3.

Esta sesión de gala es la única conocida y ni siquiera sabemos si Massias regresa en aquel momento a Jamaica.

1905

Compagnie Franco-Haïtienne (diciembre 1905-septiembre 1906)

Durante prácticamente un año, el cinematógrafo desaparece por completo de Haitï. Esta situación ya la ha conocido el país, principalmente porque las proyecciones las hacen unos itinerantes que vienen de fuera, aunque es cierto que algunos exhibidores locales también han ofrecido algunas sesiones. Sólo en diciembre, los haitianos van a poder disfrutar de nuevas funciones cinematográficas. En este caso, desconocemos por completo el nombre de los iniciadores, porque siempre se presentan como la Compagnie Franco-Haïtienne. De nuevo las funciones se van a organizar en el Séminaire, más concretamente en el Museo. Se inauguran las sesiones el domingo 3 de diciembre. De esta primera representación, no sabemos prácticamente nada, a la diferencia de la segunda a la que Le Nouvelliste le dedica un larguísimo artículo –sin duda un reclamo de los dueños del cinematógrafo– donde se detallan muy precisamente las vistas animadas presentadas: 

Cinématographe
Ce soir à 7 heures précises, au Musée du Séminaire, 2e représentation de Cinématographe offerte par la Compagnie Franco-haïtienne. Le programme est des plus alléchants et voici, en deux mots, les sujets qui seront présentés à la curiosité du public port-au-princien :
Ballet des Sylphides.-Ce ballet est dansé par Mlle Consoli, première danseuse étoile et par les dames du corps de Ballet du Théâtre du Châtelet, de Paris. La qualité et la grâce des danseuses l’a fait surnommer à Paris même « le grand ballet ».
Lutte des Pygmées.­— Jolie scène enfantine dans laquelle les petits lutteurs se montrent admirables de force, et surtout d’adresse.
Le charmeur d’oiseaux.—C’est Monsieur Pol, le sympathique ami des petits oiseaux, se livrant à son passe-temps favori sur l’esplanade des Tuileries. L’intérêt de ce tableau est qu’il est rendu réellement vivant par un morceau caractéristique du Gramophone où les cris des oiseaux se font éperdument entendre.
Le Conférencier distrait.—Comique et désopilant. Emballé par ses propres paroles, il pérore en préparant son verre d’eau, sans s’apercevoir qu’il prend l’encrier pour le carafon de rhum.
Le Chien et la Pipe.—La scène se passe dans un compartiment de chemin de fer. Un gros monsieur qui en a pris possession, voit, non sans ennui, entrer une dame avec un chien. Voulant se débarrasser de la nouvelle arrivée, il allume une énorme pipe qu’il fume avec ostentation, malgré les récriminations de la dame qui suffoque. Celle-ci, impatientée à la fin, lui arrache sa pipe et la jette par la portière. Le monsieur indigné saisit le chien et l’envoie rejoindre la pipe… La dame bondit à la sonnette d’alarme ; le train stoppe et devinez leur étonnement de trouver le chien les attendant sur le quai en tenant la pipe dans sa gueule.
Cachez-vous! voilà madame.— Un valet de chambre lutine la bonne qui lave du linge ; celle-ci, pour s’en débarrasser, l’envoie chercher de l’eau. Tandis qu’il est sorti, entre un jeune amoureux qui vient offrir un bouquet à la gentille soubrette… Mais la bonne entend du bruit, c’est Madame !... Où se cacher ?... Elle avise une lessiveuse et y fait entrer notre amoureux… Tout irait bien si au même instant le valet de chambre, n’entrait avec les deux seaux d’eau qu’on lui avait envoyé chercher. Ignorant que la lessiveuse est habitée, il les verse sur la tête su malheureux… Tableau.
Transformations spontanées.— Dix-huit changements de personnages sans quitter la scène.
Litte Pitch.— Allez voir dans sa grande scène comique, avec ses souliers de 80 centimètres de long, Litte Pitch, cet original comique anglais qui a fait courir tout Paris à l’Olympia et aux Ambassadeurs.
Garde à pied.— C’est la garde républicaine française à pied qui défile, musique en tête, pendant que l’orchestre du Gramophone joue une de ses meilleures marches militaires.
La Pipe du Commandant.— L’ordonnance du commandant s’occupe à mettre de l’ordre dans le ménage de son maître, lorsque, tout-à-coup, il tombe en arrêt devant un instrument qui lui semble bizarre, oublié sans doute sur la table par son chef et dont la forme le jette dans une perplexité contemporaine.—Apercevant une embouchure au bout d’un tube de caoutchouc, faisant partie de cet appareil, il se dit : « C’est peut-être une pipe ! » Il cherche à s’en servir, mais ne peut rien en tirer, lorsqu’il remarque que l’instrument est muni d’un robinet… Heureux de sa trouvaille, il l’ouvre avec empressement et est aussitôt inondé d’un liquide dont le goût est loin de satisfaire sa curiosité, à en juger par ses horribles grimaces.
La Tentation de Saint-Antoine.—Tout le monde connaît la légende du grand saint. Après bien des tentatives infructueuses de Satan, Saint-Antoine, faisant appel à son Christ, en présente l’image à l’audacieux tentateur qui disparaît épouvanté.—Scène religieuse en couleur d’un effet vraiment surprenant.
Quant à l’éclairage de la salle, la Compagnie franco-haïtienne a simplement réalisé une merveille !


Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 6 de diciembre de 1905, p. 3.

Los resúmenes de las péliculas, con algunas variantes, son las que figuran en el catálogo Pathé. Lo único que se puede indicar es que algunas cintas van acompañadas por el gramófono lo cual representa un claro intento de "sonorización" de las películas silentes. Aunque esto no es excepcional, aquí las cosas están claramente expuestas. En la prensa, las sesiones son, al parecer, muy exitosas, aunque lo más probable es que la inmensa mayoría de los anunicos sean sencillamente reclamos de la Compagnie Franco-Haïtienne:

Cinématographe
Les assistants à la dernière soirée cinématographique au Musée du Séminaire, ne parlent que de leur émerveillement au spectacle des vues animées qui ont été offertes à leur surprise admirative.
On voit, vivant, le fameux Lavotary [sic] dans ses transformations instantanées qui stupéfont littéralement. On a ri de plein cœur de la bonne farce des deux gamins et de ses suites comiques. Gracieuses et impressionnantes les scènes fiançailles et du mariage. Quant à la Vision d’art, elle vous transporte tout entier aux idéalités éthéréennes et… plastiques ; cette vue acquiert un grand attrait suggestif par la suave audition du Gramophone.
Demain soir, nouvelle séance avec des tableaux de plus en plus forts, —comme chez Nicolet.


Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 15 de diciembre de 1905, p. 2.

La imprecisión a la hora de hablar de las vistas hace que, en este caso, no se puedan identificar, salvo Lavotary y  Vision d’art . Esta última cinta merece algún comentario ya que se trata de una de las viistas "picantes" que presenta el catálogo Pathé, un género que, de hecho, existe desde los inicios del cine. Teniendo en cuando las futuras sesiones resarvadas para los hombres, nos inclinamos a pensar de que se trata de la vista de 1897-1899. Días más tarde, se presenta también una Pasión que es sin duda la de Pathé :

Cinématographe
La séance de lundi soir.—Noël—sera spécialement intéressante : la Compagnie Franco Haïtienne a choisi des tableaux très suggestifs pour la circonstance. Pour ne citer, entr’autres vues admirables, que le drame sacré de la Passion, on verra revivre aux regards impressionnés les scènes poignantes du baiser de Judas suivi de l’arrestation de N. S. Jésus-Christ, la flagellation, Jésus succombant sous la croix, le crucifiement, la mort de Jesús, la résurrection.
Nous conseillons à nos lecteurs de ne point manquer à cette représentation sensationnelle.


Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 23 de diciembre de 1905, p. 3.

Así terminan las sesiones en el Musée du Séminaire a principios de febrero. Sin embargo, un mes más tarde, la Compagnie Franco-Haïtienne reanuda sus sesiones, aunque en este caso en el Cercle. Estas sesiones va a tener un carácter realmente excepcional. Desde los inicios del cine, se organizan sesiones "especiales" durante las cuales se proyectan películas picantes. De hecho, también existen sesiones casi clandestinas que presentan cintas ya pornográficas, pero no quedan muchas huellas de ello. En este caso, se trata de cintas que podríamos llamar eróticas que tienen que ver con el desarrollo a finales del siglo XIX del género teatral –una especie de "género ínfimo"–, los Déshabillés. A partir del 10 de marzo se anuncia unas sesiones "Para hombres únicamente" :

Pour Hommes seulement
Le public port-au-princien apprendra avec plaisir que l’Appareillage Cinématographique de la Compagnie Franco-Haïtienne vient d’être installé au Grand Cercle de Port-au-Prince, où la Compagnie se propose d’offrir de nouveau aux familles ses séances récréatives.
En attendant, elle offre demain soir, à 7 heures, une séance spéciale aux membres et aux amis du Cercle, dont le prix d’entrée est fixé à deux gourdes ; les numéros de ce programme spécial seront particulièrement intéressants et suggestifs.
Le nombre de cartes d’entrée à cette séance étant limité, les membres et les amis du Cercle qui désirent n’y pas manquer, sont priés de se les procurer à l’avance, soit directement aux bureaux de la Compagnie, 117, rue du Centre, soit au local du Cercle où une partie a été déposée, soit enfin en s’adressant aux membres du Cercle, à qui les cartes seront de préférence vendues.


Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 10 de marzo de 1906, p. 2.

Pocas veces se han anunciado, de forma tan clara, estas sesiones "picantes". Los empresarios saben el interés que puede suscitar este tipo de sesión ya que no vacilan en duplicar el precio habitual. En los siguientes días, hemos localizado la protesta de una lectora que no tiene perdida porque el objeto de la protesta no son la cintas sino que no se organicen también sesiones para mujeres solas:

Et pour Dames seules ?
Nous venons de recevoir le billet suivant :
Port-au-Prince, 13 Mars 1906.
« Mr le Directeur, —La Compagnie Franco-Haïtienne a donné, dimanche, au Cercle de Port-au-Prince, une soirée cinématographique « pour hommes seulement », dont nous est parvenu des nouvelles —disons « intéressantes ».
« Le « Soir » a pris fait et cause pour nous, dans son numéro d’hier, en affirmant que « les dames auraient pu, comme les hommes, voir les différents tableaux et scènes qui ont été représentées », en ajoutant que « à la rigueur, les dames seules auraient pu y assister ».
« Nous ne demandons pas à nous permettre l’accès de la salle aux représentations pour «hommes seulement » ; mais ne pourrait-on pas nous faire la faveur d’une soirée « pour dames seules » ?
« Salutations empressées.—Une Abonnée ».
—La parole est à la Compagnie Franco-Haïtienne.


Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 13 de marzo de 1906, p. 2.

Al fin y al cabo, ¡también las señoras solteras o solas tienen derecho a ver vistas picantes! Esto tipo de protestas o sencillamente el hecho que las vistas sólo eran "picantes" sin más hacen que se va a organizar una sesión para las familias que presenta un programa con varios vistas destinadas a los adultos: 

Cinématographe
C’est ce soir la dernière représentation cinématographique au Cercle.—Pour donner une idée de l’attrait de cette soirée, citons, ent’autres tableaux qui seront offerts à l’admiration des spectateurs :
Ballet des sylphides, Idylle interrompue, La puce, Mondaine au bain, Réveil de la Mariée, Tentation de St-Antoine, Erreur de porte, Quadrille excentrique, Grande revue russe, Baignade accidentée, Cireur distrait, Baignade interdite, Bonne histoire, Déshabillé féminin, et des scènes émouvantes d’un incendie.


Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 24 de marzo de 1906, p. 2.

Este programa tiene indudablemente una orientación "picante" y entre las vistas algunas son cuadros ya clásicos en ese momento como La Puce Mondaine au bain que ya han sido déshabillés en el teatro (Georges Montorgueil, Les Déshabillés au théâtre, París, H. Floury ed., 1896, 122 p.)

En cuanto a las proyecciones, ya nada destacable hasta la última sesión del 7 de abril. Sin embargo, la Compagnie Franco-Haïtienne va a seguir sus proyecciones en la ciudad cercana de Pétion-Ville, en el Grand Hôtel, y eso durante varios meses:

Cinématographe
Assistance nombreuse et distinguée, dimanche soir, à l’Hôtel de Pétion-Ville, pour la représentation Cinématographique de la Cie Franco-Haïtienne.
Sous un ciel étoilé et la douce lumière de la lune, ainsi en plein air, au frais, on a passé de délicieuses heures, tantôt émerveillée par les projections animées aux sujets variés et réjouissants, tantôt charmé par l’audition d’un graphophone d’une puissance extraordinaire.
Aux intermèdes, des cabarets de gâteaux savoureux et de crème à la glace exquis, passaient, complétant les jouissances diverses des spectateurs.
Nous nous faisons l’interprète des villégiaturistes de Pétion-Ville pour réclamer de l’Entreprise aux moins deux soirées de ce genre par semaine.


Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 1º de agosto de 1906, p. 2.

Ya a primeros de septiembre, sale el último anuncio con algunas vistas que todavía no se han anunciado, lo cual no significa que no se hayan proyectado anteriormente:

Cinématographe
Ce soir, au Grand-Hôtel de Pétion-Ville, représentation Cinématographique et une audition de Graphophone.
Le programme est des plus intéressants.
Parmi les tableaux animés, on admirera : une bonne histoire, illusionniste mondain, Quadrille au Moulin-Rouge, assaut à l’épée, danses cosmopolites, le chien et la pipe … , etc. etc.
—On n’engendre pas la mélancolie, à Pétion-Ville. 


Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 8 de septiembre de 1906, p. 2.

Para completar el repertorio, señalemos dos vistas más proyectadas a lo largo de la estancia de la Compagnie Franco-Haïtienne en Port-au-Prince y Pétion-Ville: Le Combat naval russo-japonais  (Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 19 de enero de 1906, p. 2.) y « Au feu !... Au feu !... »  (Le Nouvelliste, Port-au-Prince, 3 de febrero de 1906, p. 2).

Los incios del cinematógrafo en Haitï, según la prensa de que disponemos, se sitúan en el año 1899. Suponemos que ya ha habido otros itinerantes que han presentado un aparato proyectando vistas animadas. Podríamos decir que frente a grandes pioneros caribeños como Giuseppe Filippi o Édouard Hervet, existen algunas figuras más presntes en las grandes Antillas como Egerton M. Massias. Por fin algunos hatianos tambiéin se dedican a la organización de cintas como la Compagnie Franco-Haitienne. Si en cierto modo, la historia de los primeros años de la difusión del cinematógrafo en el país se asemeja a la que conocemos en otros lugares. Lo que parece más original es que en Haití no se dispone de una sala ni siquiera dedicada a este tipo de espectáculos de distracción, y eso explica probablemente que las sesiones tenga lugar en el Séminaire, en el Cercle de Port-au-Prince ou en el Grand Hôtel de Piéton-Ville.

Afin d'optimiser votre expérience sur ce site, nous utilisons des cookies. Ils visent essentiellement à réaliser des statistiques de visites. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies.