Madrid au cinema

¿Qué hacemos con los hijos? (1967) 

Topographie

Panorama de Madrid

Plusieurs plans de rues vides de Madrid en raison d'un match de football. 

1967hacemoshijos07
© 1967 Filmayer / Pedro Masó Producciones Cinematográficas

Cine López de Hoyos [López de Hoyos, 71] (Chamartín)

L'ancien Cine Moderno, oeuvre de Luis Mosteiro et inauguré en 1924, disparaît en 1953. À sa place, le Cine López de Hoyos ouvre le 28 février 1954. Il disparaît en 1980. Aujourd'hui, c'est un gymnase, Holiday Gym, qui occupe les lieux.

Le générique se déroule, entre autres, sur différents plans de l'extérieur et de l'intérieur du Cine López de Hoyos.

N.B. À l'affiche Tarzan and the Valley of Gold [Tarzan 66] (Robert Day, 1966, USA)  et Fantômas se déchaîne [Fantomas vuelve] (André Hunebelle, 1965, France).

1967hacemoshijos08
© 1967 Filmayer / Pedro Masó Producciones Cinematográficas

Calle María de Molina (Salamanca)

Elle doit son nom à María de Molina (1265-1321), régente pendant la minorité de ses enfants Fernando et Alfonso XI. Sa construction conduisit à la disparition du quartier Mariano Monasterio.

Enrique, le policier en herbe, vient d'arrêter le taxi d'Antonio où se trouvent une femme enceinte et son époux. Dans le fond la Torre Iberia.

1967hacemoshijos11
© 1967 Filmayer / Pedro Masó Producciones Cinematográficas

Aéroport de Barajas (Barajas)

 Premier aéroport espagnol et 4e européen, Barajas ouvre en 1931. Le trafic augmente de façon sensible au cours des années 50-60, sous l'impulsion du tourisme. Les aménagements des années 80 se suffisent pas à absorber le trafic des passagers. Au début des années 2000, il est totalement saturé et la construction d'un nouveau terminal (T4 et T4S) permet de désengorger les pistes. En 2006, a lieu un attentat terroriste qui fait deux victimes et provoque de nombreux dégâts. En 2014, l'aéroport prend le nom d'Aeropuerto Adolfo Suárez-Madrid-Barajas, en hommage au premier ministre, artisan de la transition, récemment disparu.

Le couple se précipite pour prendre l'avion pour Barcelone.

1967hacemoshijos12
© 1967 Filmayer / Pedro Masó Producciones Cinematográficas

Calle de Alcalá (Centro)

L'une des rues les plus longues de Madrid, dont le premier tronçon portait à l'origine le nom de rue des Olivares [oliviers], lieu fréquenté alors par des brigands. Elle est bordée par les plus beaux édifices de la ville: Ministerio de Hacienda, Casino de Madrid, Banco Vitalicio, Círculo de Bellas Artes, le Banco de España. Elle accueille deux des monuments les plus emblématiques: la Cibeles et la Puerta de Alcalá.

La télévision interviewe Enrique qui a eu l'honnêté de rendre une valise pleine de billets à son propriétaire.

1967hacemoshijos14
© 1967 Filmayer / Pedro Masó Producciones Cinematográficas

Plaza de Oriente (Centro)

Dessinée en 1844 par Narciso Pascual y Colomer, la Plaza de Oriente fait face au Palacio Real.

Enrique est en train de verbaliser lorsque sa fiancée Paloma arrive.

1967hacemoshijos16
© 1967 Filmayer / Pedro Masó Producciones Cinematográficas

Casa Mingo [Paseo de la Florida, 34] (Moncloa Aravaca)

Cette sidrerie, la plus ancienne de Madrid, ouvre ses portes en 1888. Au bord du Manzanares et donne sur l'ermitage de San Antonio de la Florida dont la coupole a été peinte par Francisco de Goya. Le restaurant propose des chorizos au sidre, du cabrales (fromage de chèvre), des poulets rotis, etc.

Les amis d'Antonio lui font la fête après son passage à la télévision.

1967hacemoshijos19
© 1967 Filmayer / Pedro Masó Producciones Cinematográficas

Plaza de Colón (Centro)

Située sur la Castellana, c'est l'une des places les plus connues de Madrid. Elle doit son nom au célèbre navigateur. Proche de la Biblioteca Nacional, elle est bordée par le Centro Cultural de la Villa de Madrid, et un monument (1885), de style néo-classique, rend hommage à Christophe Colomb. Déplacé à plusieurs reprises, il a retrouvé sa place initiale, en 2009, au centre de la place et la fontaine à été supprimée.

Enrique demande à Antonio de déplacer son taxi qui a calé.
1967hacemoshijos22
© 1967 Filmayer / Pedro Masó Producciones Cinematográficas

Calle del Pretil de los Consejos (Centro)

Cette rue se termine, sur la Calle de Segovia, par des escaliers et un petit espace vert juste sous le Viaducto de Segovia.

Enrique se retrouve près de chez Paloma, sa fiancée. À l'arrière-plan le Viaducto de Segovia.

1967hacemoshijos25
© 1967 Filmayer / Pedro Masó Producciones Cinematográficas

Calle de Segovia (Centro)

Dans le lit du ruisseau San Pedro, la rue s'ouvre en 1570 sous le nom de Calle Nueva.

Enrique qui habite avec sa famille dans la Calle de Segovia, regarde par la fenêtre de son logement d'où l'on aperçoit le Viaducto de Segovia.

1967hacemoshijos28
© 1967 Filmayer / Pedro Masó Producciones Cinematográficas

Cine del Callao [Gran Vía, 39] (Centro)

L'un des premiers édifices destinés à une salle de spectacles par la société du pionnier du cinéma, Estanislao Bravo. Il est l'oeuvre de l'architecte Luis Gutiérrez Soto, qui choisit une façade la plus neutre possible afin de pouvoir y accueillir les affiches et la publicité des films que l'on y projetait. L'architecte s'inspira du Real Cinema de Teodoro de Anasagasti. La décoration intérieure fut l'oeuvre d'avant-gardistes (l'Autrichien Slavi Soucek et Bavarois Albert Wiegler). Construit en 1926, il coûta 1.250.000 ptas et peut accueillir 1300 personnes.

Enrique, le soir de Noël, traîne sur la Place del Callao, avec sur la droite le Cine del Callao.

1967hacemoshijos31
© 1967 Filmayer / Pedro Masó Producciones Cinematográficas

Cine Capitol [Gran Vía, 41] (Centro)

Il fait partie de l'édifice Carrión. Conçu comme théâtre/cinéma, il fut inauguré le 14 octobre 1933. Il pouvait accueillir 1900 spectateurs. Il est toujours en activité.

Enrique, le soir de Noël, traîne sur la Gran Vía.

1967hacemoshijos32
© 1967 Filmayer / Pedro Masó Producciones Cinematográficas

Fiche technique

Pays : Espagne

Durée : 95 min

Producteur : Filmayer / Pedro Masó Producciones Cinematográficas

Metteur en scène : Pedro Lazaga

Scénario : Vicente Coello et Pedro Masó d'après l'oeuvre homonyme (1959) de Carlos Llopis

Musique : Antón García Abril

Chef opérateur : Juan Mariné

Directeur artistique : Carlos Viudes

Interprètes : Paco Martínez Soria, Mercedes Vecino, Irán Eory, Alfredo Landa, Pepe Rubio, María José Goyanes, Emilio Gutiérrez Caba, Lina Morgan, Manolo Gómez Bur, Rafael López Somoza, José Sazatornil, Sancho Gracia 

Résumé : Antonio, taxiste madrilène, a une famille dont il est fier, mais il apprend que ses enfants ne sont pas du tout ce qu'il croit.