La Esmeralda

1300a

1

La Esmeralda

Grande scène dramatique inspirée du célèbre roman de Victor Hugo "Notre-Dame de Paris".

AVIS IMPORTANT.-Bien que nous ayons apporté tous nos soins à l'établissement de cette bande cinématographique et que nous ayons fait tous nos efforts pour reconstituer les principales scènes de l'oeuvre magistrale de Victor Hugo,nous n'avons jamais espéré pouvoir rendre le charme exquis et l'effet produit par le style du grand Maître. Aussi, nous ne saurions trop recommander à ceux qui verront notre bande cinémtographique de relire "Notre-Dame de Paris", cette oeuvre délicieuse que l'on trouve dans tous les pays et traduite dans toutes les langues ; ce sera pour nous une vive joie d'avoir pu donner, à ceux qui ne connaissent ps ce chef-d'oeuvre, le désir de lire les pages admirables de l'immortel poète.

1º Quasimodo au pilori

1300a

Quasimodo, le sonneur de Notre-Dame, bossu, borgne, bancal, sorte de Cyclope, est condamné au pilori. Il est à genoux, lié sur la planche circulaire. La roue se met à tourner et les fines lanières du fouet sifflent sur les épaules du misérable. On le laisse ensuite attaché et en butte aux insultes et aux mauvais traitements de la populace. "À boire", implore Quasimodo pantelant. La foule éclate de rire. "À boire", répète le pauvre homme. À ce moment on voit s'écarter la populace. Une jeune fille bizarrement vêtue sort de la foule. Elle est accompagnée d'une petite chèvre blanche à cornes dorées et porte un tambour de basque à la main ; elle s'approche du patient et remplissant une cruche d'eau fraîche elle la porte doucement aux lèvres avides du misérable. Alors dans l'oeil de celui-ci une grosse larme coule ; elle tombe lentement le long de son visage difforme et il se jure de protèger la jeune fille. Un prêtre, Claude Frollo, archidiacre de Notre-Dame, qui a élevé Quasimodo, abandonné par ses parents à cause de sa laideur, suit avec émotion les détails de cette scène.

2º La Esmeralda dansant devant le peuple

1300b

La Esmeralda, accompagnée de sa chèvre Djali, danse devant le peuple, et autour de la Bohémienne comme l'appelle la foule qui l'aime, tous les regards sont fixes, les bouches ouvertes. Tandis qu'elle danse, mince, frêle et vive comme une guêpe, avec sa robe bariolée, ses épaule nues, ses jambes fines, elle apparaît surnaturelle dans le décor qui l'entoure. La Esmeralda se met ensuite à recueillir dans un tambour de basque les dons de la multitude. Les pièces de monnaie pleuvent. Quasimodo, caché dans la foule, la suit des yeux avidemment et, lorsque la Bohémienne passe devant lui, il laisse tomber une fleur dans le tambourin. La jeune fille la met à son corsage et s'éloigne. Mais la foule a reconnu le monstre et le hue.

3º Claude Frollo tente d'enlever la Esmeralda

1300c

Le prêtre Claude Frollo avait ressenti depuis la scène du Pilori un sentiment étrange, et depuis ce jour il s'était attaché aux pas de la Esmeralda. Obéissant à une force inconnue, il a ordonné à Quasimodo de le suivre sur une place que la jeune fille doit traverser. Ils sont là, blottis tous deux dans un espace sombre, évitant les lueurs blanches de la lune qui éclaire la place. La Esmeralda apparaît suivie de sa chèvre. Elle marche doucement, craintive. Claude Frollo donne un ordre et Quasimodo s'élance, mais il voit la jeune fille, reconnaît la Bohémienne, hésite. Le prêtre sort de l'ombre. La jeune fille pousse un cri d'effroi. Un cavalier débouche brusquement du carrefour voisin. C'est Phoebus de Châteaupers, capitaine des archers de l'ordonnance du ro, armé de pied en cap et l'espadon à la main. Il arrache la Bohémienne des bras de Quasimodo, la met en travers sur sa selle, et, au moment où le redoutable bossu se précipite sur lui, les archers qui suivent de près leur capitaine paraissent et protègent Phoebus. Le groupe s'éloigne. Après leur départ, le prêtre reporche à Quasimodo sa conduite ; celui-ci tombe aux genoux de Claude Frollo qui le repousse avec fureur.

4º Chez Fleur de Lys de Gondelaurier

1300d

Phoebus de Châteaupers se trouve chez sa cousine Fleur de Lys à laquelle il est fiancé, mais le beau capitaine est distrait. Il ne cesse de penser à la jolie Bohémienne qu'il a sauvée la nuit dernière. L'une des jeunes filles qui entourent Fleur de Lys va à la fenêtre ; elle appelle bien ses compagnes pour leur montrer le spectacle qu'elle voit. La Bohémienne danse en effet sur le Parvis et, charmée par sa grâce, Fleur de Lys exige qu'elle vienne. Un moment après la portière de la tapisserie se soulève et la Esmeralda paraît sur le seuil de la chambre, rouge, interdite, ses grands yeux baissés et n'osant faire un pas de plus. Sur l'ordre qui lui en est donné, elle danse, puis c'est au tour de la jolie chèvre Djali. La Bohémienne étend sur le tapis un alphabet dont chaque lettre est inscrite séparèment sur une petite tablette de buis. Les assistants voient avec surprise la chèvre tirer certaines lettres avec sa patte d'or et les disposer en les poussant dans un ordre particulier. Que c'est dangereus de confier son secret à une chèvre ! Fleur de Lys s'approche et lit. Les lettres disposées à terre forment ce mort : "Phoebus". La fiancée du capitaine s'évanouit. On la transporte, et la mère de Fleur de Lys chasse la jolie Bohémienne à qui Phoebus arrache un rendez-vous.

5º Le Rendez-vous

1300e

Une vieille femme pliée en deux, vêtue de guenilles, coiffée d'un torchon, introduit Claude Frollo dans le bouge qu'elle habite. Le prêtre a su l'endroit et l'heure du rendez-vous fixé par Phoebus à Esmeralda. Il examine la pièce ; à droite, un réduit ; au fond, une fenêtre. Il jette une bourse à la vieille, lui recommande le silence et se cache dans le réduit. Phoebus est introduit. La Esmeralda paraît bientôt. La chanson éternelle des amoureux commence. Le beau capitaine entoure de son bras la taille de la jeune fille. Un baiser les réunit. Tout à coup le prêtre surgit ; un poignard s'abaisse et le capitaine tombe frappé mortellement. La Esmeralda pousse un cri, aperçoit Claude Frollo qui se sauve par la fenêtre. On accourt. Les soldats du guet pénètrent et l'on emmène brutalement la jeune fille qui s'était jetée sur le corps du capitaine.

6º La Esmeralda dans son cachot

1300f

La Esmeralda a été jetée dans un cachot ; étendue à terre sur la paille, elle pense à Phoebus. La lune éclaire sa prison d'une lueur blafarde. La porte s'ouvre, le prêtre apparaît. Il lui promet la liberté si elle veut fuir avec lui. Elle le repousse. Claude Frollo supplie, menace, mais en vain. Alors il se précipite sur la jeune felle, mais celle-ci se redresse, tire un poignard de son corsage et maintient en respect le prêtre, qui s'éloigne en lui jurant de se venger.

7º Le tribunal ecclésiastique

1300g

La Esmeralda va être jugée. Elle est accusée de l'assassinat de Phoebus et du crime de sorcellerie. Dans la grande Salle des Jugements, la foule est maintenue par les soldats. À droite se tient le Tribunal devant lequel on a laissé un espace vide pour les bourreaux et l'accusée. Le tableau est des plus pittoresques. La bohémienne est amenée et devant ses protestations d'innocence un ordre est donné. Les bourreaux apportent la question. On étend la malheureuse sur l'instrument de torture et la foule avide de cruauté se penche pour ne rien perdre de ce spectacle terrifiant. Les juges annoncent à la pauvre enfant la mort de Phoebus. Alors la Esmeralda renonce à se défendre. Que lui importe la mort maintenant ! La sentence est rendue. C'est la pendaison.

8º Épilogue. Le châtiment de ¨Claude Frollo

1300h

Nous sommes en haut des tours de Notre-Dame. Paris commence à s'éveiller. Une lumière blanche et pure fait saillir vivement à l'oeil les plans des milliers de maisons. La rivière serpente et fronce son eau aux arches de ses ponts. Sous nos pieds, le Parvis. Une échelle est dressée près du gibet permanent. Il y a quelque peuple et beaucoup de soldats. Un homme entraîne une jeune fille vêtue de blanc. C'est la Esmeralda. L'homme s'arrête au pied du gibet. Claude Frollo apparaît près de nous au premier plan. Ses yeux fixent le Parvis. Triste, il juge son oeuvre. Cependant le bourreau monte à l'échelle ; il porte sur ses épaules la jolie Bohémienne. Le fardeau est lèger. Mais Quasidomo a rejoint le prêtre. Ses yeux se portent aussi sur ce spectacle. Le bourreau est parvenu au haut de l'échelle. Il arrange le noeud au cou de la jeune fille... Un instant... et l'on voit la malheureuse Esmeralda se balancer au bout de la corde. Celle-ci fait plusieurs tours sur elle-même. Alors le sonneur recule de quelques pas, se rue sur le prêtre avec fureur et de ses deux grosses mains le précipite dans l'abîme. Puis, à genoux, il pleure sur les deux seuls être qu'il ait jamais aimés.

GAU 1905-09
GAU 1907

2

1 Gaumont 1300  
2 Alice Guy ; Max Bonnet Mlle Becker, Henri Vorins 
 
Le studio terminé, j'en pris possession et quittai sans regret ma terrasse bitumée. Le premier film que j'y produisis La Esmeralda fut le dernier feu d'artifice de mon peintre éventailliste. En arrivant sur le plateau, je demeurai perplexe. Le décor représentait bien un coin du vieux Paris, mais mon peintre était certainement un futuriste. Les maisons de guingois, cernées de lignes hélicoïdales tirebouchonnaient à la lettre sous leurs bonnets pointus. La chèvre que j'avais cherché à apprivoiser pendant plus d'une semaine me suivait fidèlement, refusant la compagnie d'Esmeralda. Monté sur le chevalet de torture, le malheureux Quasimodo essayait de retenir les boules de coton dont il avait bourré son maillot pour plus de réalisme et qui s'agitaient en tous sens, transformant le drame en farce... et la torture fut mienne !
Il ne pouvait être question de recommencer, les frais généraux couraient et, lorsque le coût d'un film dépassait huit à dix mille francs, on m'appelait au Conseil d'administration et on me demandait si j'avais l'intention de ruiner la maison !... Vous connaissez les coûts des réalisations actuelles, mais encore une fois, il s'agissait de francs-or.
Alice Guy, Autobiographie d'une pionnière du cinéma (1873-1968), Paris, Denoël/Gonthier, 1976, p. 72
Max Bonnet.- [...] J'ai tourné le premier Quasimodo chez Gaumont.
[...]
Pour Quasimodo, la Esmeralda, c'était la petite Becker, lui, c'était Vorins.
Commission de Recherche Historique, 10 décembre 1949, p. 7, Cinémathèque Française, CRH61-B3. 
3 [1905]-09/1905 290 m 
4 France  

3

06/11-18/12/1905 FranceParis, Société Française de Photographie n.c. Esmeralda
21/12/1905 ItalieFano Salvatore Spina Esmeralda
01/03/1906 SuisseNeuchâtel Louis Praiss Esmeralda
31/01/1906 FranceBourges, Salle des Fêtes The Stinson Bio La Esmeralda
24/02/1906 FrancePontoise Cinématographe Ketorza La Esmeralda
31/05/1906 FranceParis, Salle des Sociétés Savantes n.c. La Esmeralda
 
Conférence.- Jeudi 31 mai, à 8 h. 1/2 du soir, salle des Sociétés Savantes, 8, rue Danton, conférence par Papus, sur la " réincarnation et les mystères ".
Deux grandes scènes cinématographiques, la Esmeralda et la Vie du Christ illustreront la conférence.
Gil Blas, Paris, 30 mai 1906, p. 3.
14/10/1906 AlgérieOran Cinématographe La Esmeralda

4

1300 01

Anonyme, Esmeralda, 109 x 149 cm, 1905
© Gaumont

 

Contacts