Madrid au cinema

A 45 revoluciones por minuto (1969) 

Topographie

Puerta de Alcalá (Retiro)

Une première Puerta de Alcalá fut construite au XVIIe siècle. Elle fut remplacée, un peu plus haut, par l'actuelle, en 1778, oeuvre de Francesco Sabatini, pour commemorer l'avènement du roi Carlos III. De style néo-classique, elle mesure 19,50 m de hauteur. Elle est l'une des cinq anciennes portes royales donnant accès à Madrid.

Juan arrive à Madrid et cherche le Club Cocodrilo.

1969cuarentacincorevolucionesminuto02
© 1969 Filmayer / Pedro Masó Producciones Cinematográficas

Hamilton Boîte Club [à localiser]

Les Formulas V jouent dans cette boîte leur succès  Tu amor, mi amor.

1969cuarentacincorevolucionesminuto05
© 1969 Filmayer / Pedro Masó Producciones Cinematográficas

Paseo de Recoletos (Centro)

Il doit son nom au couvent des Augustins récollets, fondé en 1575. De 1941 à 1980, il est rebaptisé Paseo de Calvo Soleto (1941-1980).

Juan erre de nuit sur la promenade.

N.B. On aperçoit l'accès à la station souterraine de la RENFE. 

1969cuarentacincorevolucionesminuto10
© 1969 Filmayer / Pedro Masó Producciones Cinematográficas

Plaza San Juan de la Cruz (Chamberí)

La place doit son nom à l'église dédiée à San Juan de la Cruz.

Juan et Marcela évoquent les difficultés qu'ils rencontrent pour percer dans la chanson.

 

1969cuarentacincorevolucionesminuto12
© 1969 Filmayer / Pedro Masó Producciones Cinematográficas

Palacio de Deportes  (Salamanca)

C'est sur le terrain de l'ancienne Plaza de Toros de la Fuente del Berro (ou d'Alcalá) détruite en 1934 que l'on inaugure, en 1960, le Palacio de Deportes. Édifice circulaire de 115 mètres, il peut contenir 16 000 spectateurs. Un incendie, en juillet 2001, le détruit totalement. 

Juan essaie de remonter le moral de Marcela dont le disque ne se vend pas.

1969cuarentacincorevolucionesminuto14
© 1969 Filmayer / Pedro Masó Producciones Cinematográficas

Viaducto de Segovia (Centro)

Contruit en 1930, sur l'emplacement d'un ancien aqueduc (1874), le Viaducto de Segovia se trouve dans le prolongement de la Calle de Bailén et mesure 23 mètres de hauteur. Il était devenu tristement célèbre, car il était choisi par les suicidaires. Aujourd'hui des panneaux vitrés sont venus renforcer la sécurité du pont. Du viaduc, on découvre une belle vue sur Madrid.

Marcela, déçue para l'échec de sa chanson, jette le disque du haut du Viaducto de Segovia.

1969cuarentacincorevolucionesminuto20
© 1969 Filmayer / Pedro Masó Producciones Cinematográficas

[Fuente de Neptuno] [à identifier]

Eduardo et Marcela se réjouissent de la préparation du prochain disque.

1969cuarentacincorevolucionesminuto28
© 1969 Filmayer / Pedro Masó Producciones Cinematográficas

Calle Bailén (Centro)

Une des grandes artères de Madrid, elle est longée par les Jardines de Sabatini, la cathédrale de la Almudena, le Palacio Real et la Plaza de Oriente.

Juan erre dans les rues de Madrid.

1969cuarentacincorevolucionesminuto29
© 1969 Filmayer / Pedro Masó Producciones Cinematográficas

Plaza de las Descalzas (Centro)

La place doit son nom au couvent situé sur la place, fondé par la princesse doña Juana, fille de Charles Quint. à la présence de nombreux maréchaux-ferrants au XVIIe siècle. Le couvent renferme une importante collection de peintures.

Juan se souvient lorsqu'il se promenait avec Marcela.
1969cuarentacincorevolucionesminuto32
© 1969 Filmayer / Pedro Masó Producciones Cinematográficas

Teléférico de la Casa de Campo (Moncloa Aravaca)

Le projet d'un téléphérique reliant le paseo de Rosales et la Casa de Campo date de 1935, mais il n'est inauguré qu'en 1969. Il a une longueur de 2 600 mètres et peut transporter 2000 personnes  par heure. Le voyage dure 12 minutes à une hauteur de 40 mètres environ.

Juan pense aux moments de bonheur avec Marcela.

1969cuarentacincorevolucionesminuto33
© 1969 Filmayer / Pedro Masó Producciones Cinematográficas

Fuente de los Delfines [Plaza de la República Argentina] (Chamartín)

Située sur la Plaza de la República Argentina, la Fuente de los Delfines, oeuvre de Manuel Herrero Palacios, date des années 1960. Elle comprend une grande vasque en granit, une autre plus petite et six dauphins dus à Cristino Mallo.

Juan se promène sans but dans Madrid.

1969cuarentacincorevolucionesminuto36b
© 1969 Filmayer / Pedro Masó Producciones Cinematográficas

Clínica San Blas [à localiser]

Iñigo et Marcela se rendent à la Clínica San Blas pour voir les membres du groupe Los Ángeles qui ont eu un accident. À la porte de la clinique, des groupies attendent le critique et la chanteuse.

1969cuarentacincorevolucionesminuto39
© 1969 Filmayer / Pedro Masó Producciones Cinematográficas

[à identifier]

Juan et Marcela se retrouvent après avoir été longtemps séparés.

 

1969cuarentacincorevolucionesminuto41
© 1969 Filmayer / Pedro Masó Producciones Cinematográficas

Fiche technique

Pays : Espagne

Durée : 111  min

Producteur : Filmayer / Pedro Masó Producciones Cinematográficas

Metteur en scène : Pedro Lazaga

Scénario : Pedro Masó et Antonio Vich

Musique : Waldo de los Ríos

Chef opérateur : Juan Mariné 

Directeur artistique : León Revuelta

Interprètes : Juan PardoIvanaJesús PuenteRafael AlonsoGuadalupe Muñoz Sampedro,Rafaela AparicioMargot CottensManuel de BlasPedro Porcel

Résumé : Juen, un jeune provincial, arrive à Madrid pour triompher dans la chanson et rejoint un groupe à la recherche, lui aussi, du succès.