Famille CURTILLET

(active en 1896-1897)

Jean-Claude SEGUIN

1

Etat de la question

À cette époque années 1890), une famille Curtillet habite Lyon. Le père Étienne Curtillet, époux d'Elisabeth Gacon, est "artisan verrier", profession qui pourrait le mettre en rapport avec les frères Lumière, fabricants de plaques photographiques. En outre, l'un des enfants Joseph Curtillet est professeur en médecine, ce qui est également une profession qui pourrait le rapprocher des frère Lumière.

2

La famille Curtillet est en contact, pour diverses raisons, avec les usines Lumière. En juillet 1896, Curtillet père, envisage de prendre une concession et pense embaucher Pierre Chapuis, qui participe à l'aventure du cinématographe à ses débuts. Quelques mois plus tard, il est toujours en contact avec les Lumière :

Il a remonté une usine, la maison Lumière lui fait une forte commande.


Lucie Chapuis, décembre 1896. (Cité dans RITTAUD-HUTINET, 1985: 230.

Curtillet fils est sur le poste du cinématographe de Marseille (3, rue de Noailles), probablement depuis l'ouverture de la salle, le 29 février 1896. À son départ, il est remplacé par Paul Decorps et Mathieu Moussy. Il quitte Lyon, le 24 mai, en compagnie de Marius Chapuis, pour ce qui doit être un long voyage en Russie qui le conduit à Cronstadt :

Le dimance 21 juin je repars avec Curtillet pour Cronstadt. Nous manquons le bateau et nous prenons le train qui nous débarque au nouveau village.


Marius Chapuis, Carnet de voyage en Russie, 1896-1897, manuscrit, reproduit dans Rittaud-Hutinet (1985), p. 242.

Quelques jours plus tard, Curtillet fils, malade doit repartir à Lyon et laisser sa place à Paul Decorps :

Le 9 juillet-27 juin arrive Decorps pour remplacer Curtillet malade qui est parti le lendemain 10 juillet-28 juin pour Lyon.


Ibid., p. 242.

Dans une lettre de Lucie Chapuis à son frère Marius, cette dernière évoque le retour de Curtillet :

Je te déclare que nous avons reçu tes lettres et chaque carte avec un vif plaisir beaucoup de remerciements. Nous n’avons pas eu la visite du fils Curtillet, je suis allée voir sa mère, elle ne savait absolument rien et se désolait en pensant que son fils pouvait être malade sans le lui dire.


Lucie Chapuis, Lyon,  11 juillet 1896

Aucune autre information n'est parvenue sur ces collaborateurs des frères Lumière.

Bibliographie

"Correspondance Chapuis", manuscrits.

RITTAUD-HUTINET JacquesLe Cinéma des origines, Seyssel, Champ Vallon, 1985, , 254 p.

Afin d'optimiser votre expérience sur ce site, nous utilisons des cookies. Ils visent essentiellement à réaliser des statistiques de visites. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies.