BÉZIERS

Jean-Claude SEGUIN

La ville de Béziers, deuxième en importance du département de l'Hérault, compte une population de 45 475 habitants (1894).

1896

Cinématographe Edison (juillet 1896)

Le premier appareil qui se présente à Béziers est un cinématographe Edison qui vient de Nîmes où il est resté une partie du mois de juin. Le tourneur, M. Leclerc, dont on comme le nom grâce à la presse nîmoise, évite Montpellier où le cinématographe Lumière semble régner sans partage, pour s'installer, à partir du 16 juillet, sur les allées Paul-Riquet :

BÉZIERS
[...]
Les photographies animées.-Le Cinématographe Edison, installé dans notre ville au numéro 23 des allées Paul-Riquet, pour cinq jours seulement, a commencé, hier, ses représentations et les continuera jusqu'à mercredi prochain.
A partir de 3 h. de l'après-midi, il y a séance toutes les heures.
Nous recommandons à nos lecteurs et lectrices cette très intéressante innovation qui leur permettra de voir à Béziers les principaux quartiers de Paris dans tous leurs mouvements et scènes diverses, ainsi que le couronnement du tzar.


L'Éclair, Montpellier, 17 juillet 1896, p. 3.

beziers allees paul riquet

Béziers-Panorama des Allées Paul-Riquet (début XXe siècle)

 Quelques jours plus tard, la presse nous offre une description un peu plus complète des séances du cinématographe, et cite, au passage, quelques vues :

Photographie animée.-Les séances de la " Photographie animée ", installée au nº 23 des allées Paul-Riquet, sont très suivies et méritent de l'être. Le nouvel appareil d'Edison est véritablement merveilleux.
La Photographie animée mérite bien son nom, car tout d'abord l'image apparaît fixe. Puis, tout à coup les personnages s'animent et évoluent avec un naturel qui vous donne l'illusion.
Les séries les plus frappantes sont la place de l'Opéra à Paris, avec son mouvement de voitures et de piétons, l'arrivée du train et tant d'autres qu'il serait trop long d'énumérer ici.
Comme nous le disons plus haut, c'lest tout simplement merveilleux.


L'Éclair, Montpellier, 20 juillet 1896, p. 3.

Le titre des vues ne nous éclaire guère car plusieurs éditeurs (maisons de production) proposent des vues aux titres identiques. Et comme il l'a annoncé, le cinématographe Edison quitte Béziers au bout de quelques jours. M. Leclerc va poursuivre sa route et se rend, probablement, à Tarbes, en août.

1897

Le cinématographe de la Société des Beaux-Arts (Mairie, 29 juin-[juillet] 1897)

La Société des Beaux-Arts va organiser des séances de cinématographie dans la mairie de Béziers. Un premier essai doit avoir lieu le mardi 29 juin :

BÉZIERS
[...]
on travaille actuellement à une installation d’électricité dans la grande salle de la mairie. Cette installation est l’œuvre de la Société des beaux-arts, qui se dispose à donner des projections de cinématographie.Pour conjurer tout danger et afin d’avoir un pouvoir éclairant suffisant, la société emploiera l'électricité. Un simple jeu de communicateur permettra d’allumer et d’éteindre les lampes à incandescence de la salle. La première séance d'essai aura lieu mardi prochain.


Le Petit Marseillais, Marseille, 27 juin 1897, p. 3

Les remarques relatives à l'électricité semblent dictées par le récent drame du Bazar de la Charité.

1898

1899

1900

1901

1902

1903

1904

1905

1906

 

Afin d'optimiser votre expérience sur ce site, nous utilisons des cookies. Ils visent essentiellement à réaliser des statistiques de visites. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies.