Miss Jenny et ses chiens

1

Miss Jenny et ses chiens

VIT 1897-01

2

1 [Pathé] Vitagraphe 167
2 n.c. Miss Jenny 
3 < 23/07/1896  
4 [France]  

3

23/07/1896 FranceRennes M. Trésel, Cinographoscope Mademoiselle Baby jouant avec ses chiens
22/08/1896 France, Saint-Brieuc M. Trésel, Cinographoscope Les Chiens savants
04/09/1896 France, Brest M. Trésel, Cinographoscope Les Chiens savants,
Miss Bébé et ses chiens (au jardin)
14/11/1896 France, Vannes M. Trésel, Cinographoscope Miss Bébé et ses chiens 

4

0054missjenny

Miss Jenny

MISS JENNY

Après avoir appartenu pendant longtemps au cirque Cineselli, de Saint-Pétersbourg, miss Jenny est devenue le pensionnaire de M. Franconi; ses débuts au Cirque d'Été ont été très brillants. C'est une écuyère gracieuse malheureusement entachée d'acrobatisme allemand. Néanmoins, ses chevaux obéissent à des effets de tact, et, chaque fois que je les ai vus travailler, ils faisaient de la belle et bonne équitation.
Miss Jenny est d'origine anglaise ; c'est une fort belle personne qui a obtenu presque autant de succès comme femme que comme écuyère. Elle est très aimée à l'étranger et au Çolyseu dos Recreios de Lisbonne, elle est arrivée à faire adopter par la gentry du pays deux jours chics par semaine, absolument comme le Cirque d'Été et l'Hippodrome.
La dernière fois qu'elle a paru à Paris, elle montait Amiral, cheval entier accusant beaucoup de sang, léger dans son ensemble, qui exécutait un pas espagnol merveilleux. Elle avait aussi un pur sang, Buckingham, qui, dans ses changements de pied, à deux et à un temps, était vraiment de toute beauté.
Avec son cheval sauteur Azeitono, elle a renouvlé les exploits de Mlle Van Walberg, en lui faisant franchir une table chargée de candélabres allumés.
Si Miss Jenny voulait se débarrasser des trucs germaniques, elle serait parfaite. Cela lui serait facile, car elle monte à cheval réellement. Ses amazones de Redfern sont des chefs-d'oeuvre qu'elle porte avec une grâce inimitable.

 Baron de Vaux, Écuyers et Écuyères, Paris, J. Rothschild éd., 1893, p. 206-207.