PHILADELPHIE

Jean-Claude SEGUIN

Philadelphie est une ville de l'état de Pennsylvanie (États-Unis).

1895-1896

1895

L'eidoloscope (Bijou Theatre, <7 novembre->22 décembre 1895)

L'eidoloscope est annoncé au Bijou dans une brève du 7 novembre :

NEXT WEEK'S PLAYS
[...]
The bill for the coming week at the Bijou so far as selected introduces a novelty that has never been shown before in America, which is the eidoloscope. The eidoloscope projects pictures on to a screen, showing that person or thing in action life size, so that any interesting event, such as a horse race, fistic contest, or wrestling match is shown with the life size figures in action. Among other features are the Metropolitan Trio, Marie Mather, primma donna; Hanley and Jarvis, the Reed Family of Seven, in singing and dancing sketches; the Graces, La Mothe and Milton, Frank Riley, in the old plantation darkey; Sheridan and Forest Scanion and Welch, the Ventinis, hat spinners, and others.


The Times, Philadelphia, Thuesday, 7 november 1895, p. 9.

La presse continue à évoquer l'eidoloscope le 22 décembre 1895 (The Philadelphia Inquirer, Philadelphie, 22 décembre 1895, p. 18).

1896

Le cinematographe Lumière (Bijou Theatre, août-décembre 1896)

Après New York, Philadelphie est la deuxième ville nord-américaine à découvrir le cinématographe. L'annonce d'un nouvel appareil Lumière est signalé dans la presse new-yorkaise :

 VAUDEVILLE JOTTINGS
The second of the Lumiere Cinematographes for American use arrived in this city on Sunday, and will be exhibited at B. F. Keith's Philadelphia house, the Bijou, in a fortnight. The Philadelphia now at Keith's Union Square Theatre is likely to be retained several months longer by reason of its great hit there.


The New York Dramatic Mirror, New York, 1er août 1896, p. 17.

Alors que Philadelphie a déjà découvert le vitascope d'Edison, le nouvel appareil va faire ses débuts dans l'une des salles de Benjamin F. Keith, The Bijou. La première a lieu le 27 juillet 1896, soit un peu plus d'un mois après l'inauguration new-yorkaise. Le manager de la salle est Edward Franklin Albee, mais nous ne connaissons pas les opérateurs Lumière qui vont s'occuper du cinématographe.

bijoutheater 1896cinematographe
B. F. Keith's Bijou Theatre [D.R.] The Philadelphia Inquirer, Philadelphie, 26 juillet 1896, p. 24

THE CINEMATOGRAPHE LUMIERE
[…]
At the Bijou the desire to give the newest and best features in the world is always uppermost in the managerial mind, and it was this desire that sent the proprietor B. F. Keith, across the water to secure high-class entertainments for his patrons. It was while prosecuting this search that Mr. Keith discovered Lumiere’s Cinematographe, a marvelous machine by which life motion is pictured with amazing fidelity, and to find it was to engage it for his American circuit of theatres. The Cinematographe will be shown for the first time in this city to-morrow and it is promised that it will create a greater sensation than any similar exhibition ever given in America. In the series of views shown this week the latest great achievement of science, that of accurately reproducing, by means of photography, life motion is shown. The series for the week will consist of ten of the most interesting pictures ever seen, and a genuine sensation is promised. The series is as follows: “A Political Dispute,” “Hyde Park, London;” “The Aquarium,” “The Cascade” (Geneva Exposition), “The Gardener and the Bad Boy,” “Arrival of the Mail Train,” “A Dip in the Sea,”, “Noon Hour at the Factory,” “Parade of the Ninety-sixth Infantry” and “Charge of the Cuirassiers.” Of these, the military pictures, the train’s arrival and the dip in the sea are expected to meet with the greatest success. Still, all of them will be of the greatest interest…


The Times, Philadelphie, 26 juillet 1896, p. 17

Tout au long des semaines, les annonces vont se multiplier sans apporter réellement beaucoup d'informations nouvelles. Ce sont des articles répétitifs et dont on imagine aisément qu'ils sont payés par les responsables du théâtre. Très rapidement, on annonce la venue prochaine d'un cinématographiste Lumière qiu dont filmer quelques vues locales : 

There will be new scenes added to the cinematographe exhibition at the Bijou next week. So far the views taken are all foreign, but the Messrs. Lumiere have commissioned one of their most expert operators to come to America to secure views of local interest.


The Philadelphia Inquirer, Philadelphie, 26 juillet 1896, p. 24.

Mais le cinématographiste désigné n'arrive qu'a la fin du mois d'août. On comprend de façon implicite que l'intérêt des Américains se porte également sur leur propre territoire et les vues qui le représentent. Une information, rare dans les journaux de l'époque, et pas seulement aux États-Unis, a trait à la "sonorisation" des films. Habituellement, les "bruiteurs" des premiers temps se trouvent parmi les opérateurs eux-mêmes, mais en l'occurrence, c'est une véritable équipe qui se charge de cette "bande-son" :

All the effects worked in the production of the cinematographe at the Bijou, such as the sound of the surf breaking on the shore, the sounds accompanying the arrival of the train, the military band, etc., are the work of Resident Manager Nash's stage forces and they add wonderfully to the effect of the pictures.


The Times, Philadelphie, 2 août 1896, p. 19.

Pendant des mois, de façon presque quotidienne, le Bijou Theater va publier des articles qui permettent de suivre presque au jour le jour la programmation qui, il faut le dire, ne semble guère se renouveler, ce qui pourrait indiquer certaines difficultés d'approvisionnement des postes américains. D'ailleurs, dès l'arrivée d'Alexandre Promio, il est question de lui, sans le nommer, avec l'annonce de tournages prochains, y compris à Philadelphie :

The Lumiere expert photographer, who has taken all the pictures that are now being shown in the Bijou’s exhibition of the cinematographe, has arrived in this country and will immediately start to work on local scenes. Among the earliest that he will take will be a lot of interest to Philadelphians.


The Times, Philadelphie, 30 août 1896, p. 18.

Finalement point de vues de Philadelphie dans le catalogue Lumière. Simplement une annonce pour attirer une fois encore le public. D'ailleurs les exploitants du cinématographe vont, quelques semaines plus tard, lancer une nouvelle annonce, peu crédible et jamais confirmée, relative au nombre de vues tournées aux États-Unis :

Lumiere's expert photographer has secured nearly three hundred American scenes for the cinematographe, and the best of these will be shown shortly at the Bijou. Among them will be a number of views in and about Philadephia.


The Philadelphia Inquirer, Philadelphie, 4 octobre 1896, p. 18.

Même s'il est est certain que le corpus Lumière des vues nord-américaines est bien supérieur à ce qui figure dans le catalogue commercial, le chiffre de 300 films semble, pour le moins, surévalué. En réalité, les dites vues tardent à arriver jusqu'à Philadelphie et ça n'est finalement qu'au bout de quatre mois d'exploitation, juste avant la fin des projections, que les Philadelphiens vont enfin découvrir, simplement, quelques rares vues locales, mais aucune de leur ville : 

There will be a series of new American views shown in the Cinematographe at the Bijou next week. They will embrace scenes taken in New York, at Niagara Falls, at Washington and at nearby seaside resorts. The Philadelphia views will not be ready until after Thanksgiving.


The Philadelphia Inquirer, Philadelphie, 15 novembre 1896, p. 20.

La dernière annonce est publiée le 30 novembre (The Philadelphia Inquirer, Philadelphie,  30 novembe 1896, p. 9), et les dernières séances ont lieu quelques jours après marquant ainsi le terme de quatre mois d'une exploitation qui a connu un incontestable succès public :

The cinematographe will be exhibited for the last times next week.


The Philadelphia Inquirer, Philadelphia, 10 décembre 1896, p. 7.

Mais l'aventure du cinématographe à Philadelphie ne s'arrête pas là.

Au Bijou Theatre, le corpus des vues proposé est composé, outre les vues déjà citées, de : A sham battle between two squadrons of cavalryWashing Day in Switzerland (The Philadelphia Inquirer, Philadelphie, 2 août 1896, p. 24); An instantaneous sausage machine (The Philadelphia Inquirer, Philadelphie, 4 août 1896, p. 4.), Babies' Quarrel (The Times, Philadelphie, 9 août 1896, p. 17); A lot of little girls dancing (The Philadelphia Inquirer, Philadelphie, 11 août 1896, p. 7.), Monarchs entering the Church of the Assumption, (The Philadelphia Inquirer, Philadelphie, 16 août 1896, p. 24), Shooting the Chutes (The Times, Philadelphie, 16 août 1896, p. 18), A sardine fishery, The second a scene in a park in Paris, in which children are at play, ans the waters of a foutain are falling, and the third is a new bathing scene, which is full of action, the bathers being experts at diving and swimming. (The Philadelphia Inquirer, Philadelphie, 18 août 1896, p. 3), Russian dancers [...] The Malay natives diving for pennies (The Philadelphia Inquirer, Philadelphie, 23 août 1896, p. 24), Discharging  an ocean liner's cargoScene of the Champs Elysee (The Philadelphia Inquirer, Philadelphie, 23 août, idem, p. 24); Unloading an Ocean LIner (The Philadelphia Inquirer, Philadelphie, 25 août 1896, p. 4),  The ostrich garden in the Paris Zoo, A very clever boxing bout (The Times, Philadelphie, 30 août 1896, p. 18), The launching of a war ship, A scene in a gas house, with The workmen drawing the red hot coke from the retortsA photographer's trouble with a stupid subject (The Philadelphia Inquirer, Philadelphie, 30 août 1896, p. 24); German Lancers on parade (The Philadelphia Inquirer, Philadelphie, 29 septembre 1896, p. 7), A great scene in Hamburg, Germany, showing the traffic over the great bridge of that city, Children and their pets, A railway station (The Times, Philadelphie, 4 octobre 1896, p. 14); A London fire brigade (The Philadelphia Inquirer, Philadelphie, 3 novembre 1896, p. 5); The Czar and Czarina of Russia to Paris. The military maneuvers, The Czar and Czarina themselves riding through the streets in state with military escorts. (The Philadelphia Inquirer, Philadelphie, 8 novembre 1896, p. 20).

Le cinématographe Lumière (Nº 1104 Chestnut Street (décembre 1896-janvier 1897)

Le contrat avec Benjamin F. Keith ayant pris fin, le cinématographe va se retrouver, à la mi-décembre, dans une salle située au nº 1104, Chestnut Street. Cet espace a dernièrement accueilli une salle d'exposition, en mars 1896, l'Art Drawing Room, et son manager est W. J. Dougherty, qui gère également, en 1897, l'Opera House. Ce dernier, afin d'installer le cinématographe, va procéder à quelques aménagements :

Estimates are asked by W. J. Dougherty for alterations at 1104 Chestnut street.


The Philadephia Inquirer, Philadelphie, 12 décembre 1896, p. 15.

Il reste difficile à savoir quel est l'opérateur Lumière qui va s'occuper du poste, on peut penser, toutefois que compte tenu des dates, cela pourrait être Félix Mesguich, arrivé aux États-Unis le 7 décembre 1896 :

Je procède encore  à des installations à Washington au Willards Hall, à Philadelphie, à Baltimore dans une église, et à Chicago.


Mesguich, 1933, 12.

À la différence de ce qui s'est produit au Bijou Theatre, ici, le spectacle est uniquement constitué par le cinématographe. L'inauguration est annoncée pour le 19 décembre 1896, mais de façon assez modeste :

Lumiere’s cinematographe will be exhibited at Nº Chestnut street, under the management of the Lumieres, on and after Saturday next. This has been voted the greatest living picture machine of the age. The cinematographe’s run at a local theatre of four months has not been equaled by any card ever exhibited in a vaudeville theatre. Pictures never heretofore shown in Philadelphia, among them American views, will be reproduced.


The Philadelphia Inquirer, Philadelphie, 17 décembre 1896, p. 11.

 1897cinematographechestnut

The Philadelphia Inquirer, Philadelphie, 26 décembre 1896, p. 9

Comme l'on peut le constater, nous sommes dans la seconde étape de diffusion du cinématographe. Après les premiers contrats, au cours de l'été et l'automne 1896, les nouveaux sont plus modestes, et ce sont de nouveaux managers qui cherchent à profiter encore un peu du succès du cinématographe, même si en général le corpus ne change guère. La publicité met en avant, de toutes façons, les quelques vues locales prises par Alexandre Promio, qui ont été peu exploitées au Bijou Theatre, compte tenu de leur arrivée tardive. Finalement, la premièr n'a lieu que le 21 décembre :

Lumiere’s Cinematographe
The greatest invention in photography thus far discovered is Lumiere’s Cinematographe, which throws upon a screen life size moving pictures with natural life motion. The machine was exhibited at one of the theatres for several months and excited much interest. It will be placed on exhibition at 1104 Chestnut street to-morrow and ten new views will be shown half hourly from 10 A.M. to 10 P.M. by the inventor’s own operators. Among the pictures will be two American subjects, the Chicago police force on parade, and the East River New York, with craft flitting hither and thither. The patriotic military scenes will of course be included in the program.


The Philadelphia Inquirer, Philadelphie, 20 décembre 1896, p. 20.

La discrétion caractérise ces séances et on ne peut que signaler la séance de bienfaisance organisée pour les enfants du St. Joseph Orphan Asylum, une pratique habituelle à l'époque : 

Forty children, the mother superior and several of the sisters from the St. Joseph Orphan Asylum saw the Lumiere Cinematographe yesterday at 1104 Chestnut street by courtesy of the management.


The Philadelphia Inquirer, Philadelphie, 7 janvier 1897, p. 12.

La presse donne de temps à autre le programme jusqu'au 26 janvier, date de la dernière annonce. (The Philadelphia Inquirer, Philadelphia, 26 janvier 1897, p. 11). Il est clair que cette deuxième expérience du cinématographe est plus courte et moins probante que la première au Bijou Theatre. Il faut sans doute attribuer cela au corpus finalement limité des vues Lumière disponibles. Pourtant, le cinématographe Lumière n'a pas fini son séjour philadelphien.

Voici les vues présentées au 1104 Chestnut street : Babies' Quarrel, New Jersey Central Ferry-boat, Royal Portuguese Parade, Czar and Czarina Entering Paris, Unloading Grain Vessel, Playing the Hose on a Boy, Recent Flood in France, Skating in Central Park, New YorkHorses Swimming the River, French Cavalry Movements, Ninety-sixth Regiment of France (The Philadelphia Inquirer, Philadelphie, 22 décembre 1896, p. 8), The Brooklyn Bridge and its pedestrians (The Times, 27 décembre 1896, p. 17), Niagara Falls, Arrival of the Express, Scene at Columbus Statue, New York, Fire Company Called OutFrench Dragoons and Horses Swimming, Five Aces and a Row, Demolishing a Wall, Bathers, German Lancer's Parade (The Times, Philadelphie, 3 janvier 1896, p. 18), The Gardener and the Bad Boy, Babies at Play (The Philadelphia Inquirer, Philadelphie, 14 janvier 1897, p. 5).

1897

Le cinématographe Lumière (People's Theatre, Forepaugh's Family Theatre et Gilmore's Auditorium (janvier-juin 1897)

Les derniers mois d'exploitation du cinématographe pour l'année 1897 vont se caractériser par une certaine instabilité. On ignore d'ailleurs qui est alors l'opérateur Lumière en fonction. On sent, en tout état de cause, que la fin est assez proche et que l'exploitation du cinématographe ne peut plus être de la même ampleur qu'en 1896. En tout état de cause, le cinématographe est présenté dans trois salles successivement.

Le Peopl'es Theatre est une salle récente, ouverte en 1890, et qui compte 2 200 places.Il se trouve à l'angle de la Kesington Avenue et de l'E. Cumberland Street. Le manager est F. G. Nixon-Nirdlinger, celui qui a ajouté le cinématographe au spectacle de son théâtre.

1897cinematographepeoples 1897forepaugh2
The Philadelphia Inquirer, Philadelphie, 31 janvier 1897, p. 21. The Times, Philadelphie, 14 février 1897, p. 17 

L'inauguration est prévue pour le 31 janvier en complément du spectacle A Railroad Ticket :

PEOPLE'S-"A Railroad Ticket"
The popular farce comedy, "A Railroad Ticket," written up to the hour with brisk dialogue, ludicroux situations, interspersed with bright music, catchy songs and wntrancing dances, comes to the People's Theatre this week. An added feature will be the introduction of Lumiere's cinematograph, with its life-moving views. The company is headed by Marie Stuart and Louis Wesley.


The Philadelphia Inquirer, Philadelphia, 31 janvier 1897, p. 20.

Pourtant, c'est la seule annonce dans la presse et plus aucune mention du cinématographe. A-t-il même été présenté ? C'est donc finalement quelques jours plus tard que l'appareil Lumière est effectivement annoncé, cette fois, dans une autre salle philadelphienne, le Forepaugh's Family Theatre dont le manager est Mrs John A. Forepaugh, membre d'une célèbre famille de gens du cirque. Le Cinematographe va être offert, gratuitement, dans le cadre des spectacles organisés par son théâtre :

LIFE-MOTION PICTURES
The Cinematographe, With Its Wonderful Views, Coming to Forepaugh's
In order to provide additional entertainment for the patrons of her theatre, Mrs. Forepaugh’s has completed arrangements for the control in Philadelphia of the popular life-motion electro-photograph exhibition-Lumiere’s cinematographe. The cinematographe has contributed in attracting immense audiences to other theatres in New York, Chicago, Boston, Philadelphia and other large cities, and its marvelous power for delighting theatre-goers cannot be too highly extolled. The secret of the cinematographe’s success is due to the unsurpassed variety, beauty and great interest of the views given.
It is Mrs. Forepaugh’s intention to give the exhibition entirely free of additional cost between the acts of the various plays presented at her house. The usual prices, 10, 20, 30 and 50 cents, will prevail, the stock company will be seen in the greatest dramatic successes obtainable and the cinematographe views will avoid the waits between the acts. The first of these exhibitions will be given Saturday evening of this week and will continue throughout the week of “The Louisianian”. During the matinees, which ae given every afternoon, views that will add to the pleasure and interest of the women and children will be shown in conjunction with the regular performance.


The Times, Philadelphie, 12 février 1897, p. 7

Malgré cette annonce, on comprend bien que le cinématographe n'est plus qu'un élément complémentaire et il ne peut plus à lui seul attirer le public. D'ailleurs on ignore tout des vues qui sont présentées, probablement parce qu'elles sont toujours les mêmes. Et pourtant, régulièrement on annonce de nouvelles vues, on signale même que des vues arrivent prochainement : 

Mrs. Forepaugh last week received a letter from the American representative of Lumiere's cinematographe, stating that a large shipment of views taken in the United States had just arrived from the home office. Arrangements were immediately made to secure these pictures, and they will be seen from week to week between the acts of the various plays at Forepaugh's Family Theatre.


The Philadelphia Inquirer, Philadelphie, 28 février 1897, p. 21.

Lors des spectacles suivants, Dr. Jekyll and Mr. Hyde (The Times, Philadelphie, 14 mars 1897, p. 20) et Under the Gaslight, le cinématographe continue d'intervenir entre les actes, à la satisfaction, semble-t-il des spectateurs, mais sans que nous connaissions la programmation. C'est dans les tout derniers jours de l'exploitation du cinématographe qu'il est question d'une vue qui ne figure d'ailleurs pas au catalogue Lumière :

"Under the Gaslight," Augustin Daly's great American melodrama, will be acted at Forepaugh's Family Theatre by the members of the Forepaugh's Stock Company. In addition Lumiere's cinematographe views will continue, with new views, including pictures of a recent great pugilistic encounter.

The Times, Philadelphie, 25 mars 1897, p. 7.

En revanche, quelques jours avant, le 17 mars 1897, a eu lieu un célèbre combat de boxe Corbett-Fitzsimmons... A-t-il été acheté pour le passer dans le cinématographe ? Difficile à dire. Mais en tout état de cause, cela soulignerait déjà que le cinématographe se "nourrit" d'autres productions que celle des Lumière. C'est le 2 avril 1897 que prennent fin les projections dans le Forepaugh's Family Theatre, mème si par la suite, on annonce des projections de façon très occasionnelle (The Philadelphia Inquirer, Philadelphie, 13 mai 1897, p. 11).

gilmoreauditorium

Gilmore's Auditorium [D.R.] 

La troisième salle à présenter le cinématographe est le Gilmore's Auditorium dont le manager est W. J. Gilmore. En réalité, au cours du mois d'avril, la salle annonce un "kinematographe" sans plus, ce qui laisse évidemment des doutes sur l'origine de cet appareil d'autant plus que les "déformations" sont monnaies courantes à l'époque et un cinnamonographe est présenté (The Philadelphia Inquirer, Philadelphie, 24 janvier 1897, p. 20), puis un cinnomonographe -peut-être le même, propose également des séance cinématographiques :

STAR.-The popular Star Teatre will this week give correct imitations of the Carson City event in the cinnomonographe, in conjunction with other life-like reproductions, and the Cabaret de la Mort, the merry-go-round, the minstrels and brass bands.


The Philadelphia Inquirer, Philadelphie, 11 avril 1897, p. 20.

Il faut attendre, la seconde quinzaine du mois de mai pour que la salle annonce enfin des projections avec l'appareil Lumière, et ce de façon assez discrète malgré tout. L'incendie du Bazar de la Charité explique peut-être cela :

Owing to the immense success scored by the big combination of vaudeville and legitimate stars this week, Manager Gilmore has decided to keep the Auditorium open next week, when he will offer anotehr strong lilst of favorites from both the legitimate and vaudeville stages. Probably the best-known team are John C. Rice and Sallie Cohen, who are great favorties here, and never fail to keep their auditors in an uproar. Mr. ans Mrs Sydney [D-ew] will be seen in their great success, "When Two Hearts Are Won." The marvelous cinematographe, the best machine which vas ever invented, will be shown for the first time at the Auditorium, when there will be an entirely new set of pictures shown never seen here before.


The Philadelphia Inquirer, Philadelphie, 20 mai 1897, p. 7

Même si le nom des inventeurs n'apparaît pas, il est ajouté dans les jours suivants (The Philadelphia Inquirer, Philadelphie, 27 mai 1897, p. 21). Pourtant ces séances ne durent guère et dans les premiers jours de juin (The Philadelphia Inquirer, Philadelphie, 3 juin 1897, p. 7)  le cinématographe disparaît des annonces sans que le moindre film n'ait été annoncé. Ces dernières projections marquent la fin d'un deuxième temps dans l'exploitation de l'appareil.

Le cinématographe Lumière (Acamedy of Music, novembre 1897)

Le cinématographe va faire sa réapparition à Philadelphie au mois de novembre dans une autre salle, l'Academy of Music. Construit en 1855-1857, le plus ancien opéra des États-Unis est également appelé la "Grand Old Lady of Locust Street". Oeuvre des architectes Napoleon LeBrun et Gustavus Runge, il est de style Renaissance. L'arrivée de l'appareil des frères Lumière dans cette salle prestigieuse - les cinématographes sont souvent habitués à des salles de variétés ou des théâtres moins huppés - est en soit un véritablement événement. Il faut dire que les films présentés le méritent. Les Philadelphiens vont pouvoir découvrir, pour la première, l'histoire de Jésus en images animées.

academyofmusic3 1897cinematographeacademymusic
Academy of Music
© The New York Public Library
The Times, Philadelphie, 14 novembre 1897, p. 13 

Mais il n'agit pas de La Vie et la Passion de Jésus-Christ du catalogue Lumière et tournée à Paris par Alexandre Promio dans des décors de Marcel Jambon qui n'est filmée que quelques mois plus tard. Il s'agit d'un film de William W. Freeman pris à Horitz en Autriche-Hongrie au cours de l'été 1897. Or, nous savons que cette oeuvre tout à fait originale a été filmée avec un cinématographe Lumière comme le rappelle la presse philadelphienne : 

Passion Play Pictures
An unusually interesting and what promises to be an equally-instructive entertainment is announced at the Academy of Music for Thanksgiving week, when W. W. Freeman will exhibit for the first time in this country an exact pictorial reproduction of the Passion Play tableaux. Mr. Freeman spent last summer in the mountains of Horitz with the peasants, who perform this miracle play in the Austrian Alps there, and succeeded with the aid of the Lumiere cinematograph in taking moving pictures of all the important tableaux. he also succeeded in getting some cinematograph pictures of the peasants in their daily avocations and particularly those humble men and women who enact the principal parts in the Passion Play. These pictures are said to be marvelously accurate and life-like. They have never been shown as yet in any land, but those who have been fortunate enough to have a private view of them announce them most beautiful and impressive. Professor Ernest Lacy, of this city, has been engaged to give a descriptive lecture of these pictures and the entire entertainment, lectures and pictures cover a space of time of about two hours.


The Philadelphia Inquirer, Philadelphie, 7 novembre 1897, p. 3

Cette représentation spectaculaire composée de 40 tableaux et d'une durée de deux heures environ - sans doute en tenant compte des commentaires et des interruptions, car la durée des vues ne dépasse pas alors les 40 minutes - marque un moment extraordinaire pour le cinématographe Lumière, mais aussi son chant du cygne à Philadelphie. 

1898

1899

1900

1901

1902

1903

1904

1905

1906

B

MESGUICH Félix, Tours de manivelle, Paris, Grasset, 1933, 304 p. 

The Philadelphia Inquirer, Philadelphie.

The Times, Philadelphie.

Afin d'optimiser votre expérience sur ce site, nous utilisons des cookies. Ils visent essentiellement à réaliser des statistiques de visites. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies.