[Catastrophe de la Martinique]

0544

1

[Catastrophe de la Martinique]


The Martinique catastrophe

Reproduction of the terrible catastrophe which destroyed the town of St Pierre on May 8th 1902.

PAT 1903-04


Catástrofe de la Martinica

Reproducción exacta de la terrible catástrofe que ha destruido la ciudad de San Pedro de Mayo de 1902.

PAT 1904-03

2

1 Pathé 544  
2 Ferdinand Zecca  
 

En 1901 [sic], il créa le premier film d'actualité : la Catastrophe de la Martinique.
Bien entendu, à cette époque, il ne pouvait s'agir que de trucage, le reporter cinématographique n'étant pas né.
Zecca fit donc exécuter un petit panorama en relief de l'île tragique. Le mont Pelé crachait une fumée noire, épaisse, qui retombait en cendres brûlantes... sous forme de sciure de bois adroitement répandue du cintre par un accessoiriste conscient de son importance.
Le raz de marée qui, on se rappelle, ravagea la Martinique, fut obtenu d'une façon simple et saisissante.
Le panorama s'appuyait sur une bâche remplie d'eau qui figurait la mer. Cette bâche relevée brusquement hors du champ, l'eau se précipita en tumulte à l'assaut du petit panorama.


Georges Dyerres, "Deux pionniers du cinéma. Petite histoire du Phono et du Cinéma. Quelques jours avec MM. Ch. Pathé et Zecca (suite), Cinémagazine, nº 22, 2 juin 1922, p. 310.

 

Quelques années avant, Charles Pathé avait eu l'idée de donner des actualités, et cette innovation connut une vogue inouïe. Je dois avouer qu'au commencement nous n'étions pas très attentifs au caractère documentaire des actualités ; nous préférions une bonne reocnstitution au studio à une prise de vues sur les lieux. Je me souviens d'avoir ainsi fabriqué une Catastrophe de la Martinique qui n'était pas, si j'ose dire, piquée des vers.
Ma mise en scène était ainsi conçue  : une vaste toile de fond représentait la ville de Saint-Pierre, et, au-dessus d’elle, le Mont Pelé en plein ciel ; au premier plan, un vaste baquet d’eau jouait le rôle de la mer. Quant tout fut prêt, je disposai mes hommes  : l’un d’eux, caché derrière le Mont, devait faire brûler du soufre ; un autre, sur une échelle, hors de l’objectif, surveillait un grand plateau destiné à rabattre la fumée sur le décor, pour mieux simuler la lave ; un troisième, également perché sur une échelle, jetait habilement des poignées de sciure de bois qui figuraient la pluie de cendres ; un quatrième secouait le baquet pour imiter les vagues, et, à la fin, il précipitait son contenu sur le bas de la toile de fond  : c’était le raz de marée !
Nous obtînmes ainsi un film pathétique et qui fut très demandé. Il n’y eut qu’un petit incident. Comme j’achevais de tourner, l’homme qui faisait brûler du soufre passa la tête au-dessus du Mont Pelé pour demander si c’était fini. L’image ne fut pas coupée sur toutes les copies. Jugez de l’effarement des spectateurs qui voyaient une tête d’homme jaillir du cratère avec les pierres et la lave ! Par chance, je fus prévenu assez tôt et je réparai facilement ce petit malheur.


Francis Ambrière, "Les Souvenirs de Ferdinand Zecca", L'Image, nº 13, 1932, p. 29.

3 08/05/1902-12/10/1902 20 m/65 ft
4 France
 

3

12/10/1902 FranceSaint-Quentin Alexandre Camby La Catastrophe de la Martinique 
15/07/1905 Cuba, La Havane  Costa  Catástrofe de la Martinica

4

Afin d'optimiser votre expérience sur ce site, nous utilisons des cookies. Ils visent essentiellement à réaliser des statistiques de visites. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies.