Francesco BENEVOLE

(Plaisance, 1865-Nice, 1939)

benevol

Jean-Claude SEGUIN

1

Bernardo Benevole ([1840]-≥ 1904) épouse Maria La Bavizza (-≤ 1904). Descendance :

  • Francesco, Luigi, Maria Benevole, alias François Bénévol (Plaisance, Italie, 15/07/1865-Nice, 29/05/1939)
    • et Hermance Bouchet ([1878]-. Descendance:
    • épouse (Paris 7e, 05/07/1904) Clémence, Marie, Françoise Henzen (Ay, 18/12/1876-Reims, 17/11/1958)

2

Né, en Italie, au sein d'une famille du cirque, Bénévol, dit Francesco Benevole est d'origine italienne. À douze ans, il rejoint ses parents qui ont choisi, depuis quelques années de vivre une vie de saltimbanques. Au bout de quelques années, il fugue et entame une existence incertaine. Après sept ans de vie vagabonde, Francesco retrouve ses parents et intègre le Teatro Bernardo Benevole familial pendant quelque temps avant d'accomplir ses obligations militaires.

benevol 1890Bénévol (c. 1890).
Source: GARNIER, 1969: 32-33.

La vie de forains conduit la famille à voyage régulièrement en France. En juin 1894, ils sont à Lyon au moment de l'asassinat de du président Sadi Carnot par l'anarchiste Caserio. La vague d'antipathie anti-italienne les conduit à rentrer en Italie et à vendre tout leur matériel. Francesco Benevole change alors son nom en François Bénévol(e) et revient en France où, déjà connu, il va reprendre une vie d'artiste du public français dont la presse dresse le portrait suivant:

F. BÉNÉVOLE
C'est pour nous une obligation vis-à-vis de nos lecteurs que de publier, à l'occasion de son passage à Lille, le portrait de FRANÇOIS BENEVOLE, le savant illusionniste ganté, accompagné de quelques notes biographiques. Nous disons quelques notes, car une biographie n'est pas nécessaire lorsqu'il s'agit d'un artiste d'aussi haut mérite, classé déjà parmi les célébrités de cet art quasi-mystérieux : la prestidigitation.
Dés son jeune âge, Bénévole se voua tout particulièrement à l'étude de cette science. Ses rares dispositions appelèrent l'attention de Bosco, qui le prit en grande estime et en fit son élève.
L'illustre maître provoqua même ses débuts. Ceux-ci furent des plus heureux, pour ne pas dire sans précédents. Bénévole ne se laissa point éblouir par ses premières armes, par les éloges flatteurs de la presse entière. Au contraire, il n'en travailla que davantage encore, s'appliquant à créer chaque jour des expériences nouvelles, et cette voie de persévérance dans le progrès le conduisit bientôt à de nouveaux et éclatants triomphes, parmi lesquels le premier prix au concours international.
Peu de temps après, d'ailleurs, Bénévole était nommé lauréat de l'Académie de Paris. C'est dans la Capitale que nous avons applaudi, pour la première fois, l'incomparable illusionniste, au théâtre des Folies-Bergères, où, pendant trente-cinq représentations, il sût captiver par son talent magique, tout ce que la société parisienne compte d'admirateurs de haut goût.
Nous avons tous entendu parler des créations merveilleuses de Robert Houdin, de Bosco, d'Hermann père. A notre humble avis, Bénévole a fait mieux encore, car il ne travaille que ganté et sans manches.
La direction de l'Alcazar de Lille s'est, pour la grande fête du 18 novembre, assuré le concours de M. Bénévole. Nous aurons, esperons-le, le plaisir d'applaudir encore le célèbre prestidigitateur, plusieurs fois pendant son séjour dans le Nord.


La revue, Roubaix, 22 novembre 1894, p. 1.

On le retrouve, l'années suivante à Saint-Chamond où il est victime d'un vol:

En fuite. — Procès-verbal a été dressé contre les nommés Albert Jomard, 33 ans, et Jean-René le Garec-, 35 ans, tous les deux en fuite et inculpés de vol de tentures, tapis, tambour, costumes etc., d’une valeur totale de 160 francs environ, au préjudice du sieur François Bénévole, 30 ans, marchand forain, place Grenette, 6. Le vol a été commis dans la matinée du 11 juillet sur la place Notre-Dame à Saint-Chamond.


Mémorial de la Loire et de la Haute-Loire, Saint-Étienne, 14 juillet 1895, p. 2.

Il circule avec sa baraque foraine connue sous le nom de "Théâtre Populaire":

SUR LA PLACE BRETAGNE.-On annonce, pour demain jeudi, l'ouverture du théâtre populaire Bénévol. Cet établissement, où le professeur Bénévol fera de la prestidigitation, est en plein vent, avec une enceinte réservée pour les familles.
Bon succès à M. Bénévol.


Le Phare de la Loire, Nantes, jeudi 27 et vendredi 28 mai 1897, p. 2.

C'est à cette époque qu'il fait la rencontre d'Hermance Bouchet, enfant de la balle elle aussi, qui devient sa compagne. Pour son propre compte, il monte des spectacles et organise des tournées:

Tournée Bénévol au Théâtre
Ce soir jeudi, au Théâtre, le célèbre illusionniste mexicain BÉNÉVOL, le seul travaillant ganté, donnera, avec le concours de sa troupe, une représentation dans laquelle il présentera ses dernières créations.
BÉNÉVOL, qu'il ne faut pas confondre avec de prétendus illusionnistes, présentera entr'autres les Silhouettographie animée et le Coupeur de Têtes, expérience d'un réalisme saisissant qui lui a valu le 1er prix au Concours international.
Un sujet vivant est décapité sous les yeux du public qui est ensuite admis sur scène à visiter et à toucher le corps et la tête séparés. Pour éviter des émotions aux personnes impressionnables, Bénévol présentera cette expérience à la fin du spectacle, afin de leur permettre de se retirer.


La Gazette de Château-Gontier, Château-Gontier, jeudi 8 décembre 1898, p. 3.

Diverses collaborations (1899-1902)

Le forain Jérôme Dulaar inaugure son deuxième Théâtre Mondain en septiembre 1898 et François Bénévole va intégrer la troupe des artistes comme on peut le voir dans l'article suivant:

Champ de Foire
Théâtre mondain
Le théâtre mondain de Bénévol, le célèbre coupeur de têtes, obtient chaque jour sur le Champ de Foire, un succès considérable qu'il était d'ailleurs facile de prévoir. A chaque représentation il y a foule dans cet établissement et Bénévol, Camill, dit le prince des Ténèbres, et le professeur du Laar recueillent de nombreux applaudissements.


Le Petit Courrier, Angers, 7 juin 1899, p. 3.

On ignore combien de temps dure la collaboration, mais en novembre nous le retrouvons avec Edmond Oger, propriétaire du Royal Viograph:

Le Royal Vitograph
Cet établissement de premier ordre, sous la direction de M. Edmond Oger, nous revient cette année avec un programme des plus variés et accompagné de l'illusionniste Bénévol.
Personne à Angers n'a oublié les agréables moments passés l'année dernière, dans cet établissement et nous ne doutons pas qu'on s'en souvienne et que l'on aille en foule au Royal-Vitograph.


Le Petit Courrier, Anger, 12 novembre 1899, p. 2.

benevol 01Programme
Jacques Garnier, Forains d'hier et d'aujourd'hui, Orléans, ed. Jacques Garnier, 1968.

Ce parcours instable le conduit à travailler, à partir de 1900, pour le Théâtre des Merveilles de Louis Vernassier. Ce dernier a inauguré cet établissement forain trois ans plus tôt. Dans un premier temps, il figure comme illusionniste comme dans ce spectacle présenté à Château-Gontier:

Théâtre des Merveilles.-Cet élégant établissement a composé un programme tout à la fois scientifique, amusant et féerique. Nous empruntons à un confrère l'analyse suivante de ce spectacle attrayant:
Bénévol, qui ouvre le programme, se surpasse dans des tours de prestidigitation étourdissants, présentés avec le brio que l'on connaît. Il met la salle en joie et son langage pittoresque augmente encore la portée de ses saillies.
L'un des clous de la soirée eset la présentation des rayons X par Vernassier qui se montre, en l'espèce, un vulgarisateur de premier ordre. En quelques mots, il met l'auditoire au courant de l'expérience, en rappelant ce qu c'est qu'une bobine Ruhmkorff, que l'ampoule de Crookes, que les rayons cathodiques ou X de Roetgen. Il démontre la propriété de l'écran fluorescent qui est l'une des merveilles de la découverte. Toutes ces explications sont d'une limpidité parfaite.
Grâce à ces moyens énergiques, grâce aussi à des appareils très perfectionnés, les expériences sont visibles de la salle toute entière.
Une autre attraction de ses soirées de gala est dans les visions d'art, création de Vernassier qui réalise encore là quelque chose de vraiment nouveau et captivant. Par un procédé à lui, il projette sur un écran une image vivante qu'y s'y reproduit avec les tons frais et doux du pastel. Un pastel animé, c'est bien l'impression que l'on ressent.
Faut-il parler du royal vitograph?-Oui, pour dire que le nombre des vues est considérable, que Bénévol en fait l'explication avec une verve impayable. Son entrain ne se ralentit pas. Les sujets de l'Exposition ont eu surtout du succès.
Enfin, la danse des fleurs et du feu, exécutée avec beaucoup de grâce par Mme Vernassier, termine la soirée sur une féerie de lumière.


La Gazette de Château-Gontier, Château-Gontier, jeudi 30 août 1900, p. 3.

Cette participation va évoluer au cours des mois suivants. La complicité entre François Bénévole et Louis Vernassier les conduit à présenter des numéros de clowns sous le nom de "Bén et Ver" musicien.

benevole vernassier
Bén et Ver Musicien
Source: GARNIER, 1969: 32-33.64-65.

C'est sans doute dans les mois qui suivent que Louis Vernassier et  Bénévol mettent au point un duo qui va rencontrer un grand succès: les Vernabene. La presse de Saint-Jean-d'Angély dévoile les secrets de ce numéro:

SUR LA PLACE
Théâtre des Merveilles
Mercredi a eu lieu au Théâtre des Merveilles, la première de « Gala ».
La salle était plus que comble et composée de l'élite de la société.
La confortable installation avait inspiré confiance, et de fait, personne n’a été trompé, au contraire, la soirée a été délicieuse et fort goûtée.
Nous résumons : Bénévol a produit des prodiges de dextérité et a conquis les sympathies, ainsi que son ami M. Vernassier, le directeur, qui a présenté les Rayons X (les vrais) avec beaucoup de compétence et dont les expériences ont fort intéressé même les indifférents à la science.
Les Peintures Vivantes sont une nouveauté ravissante et artistique appelée à grand succès surtout lorsque M. Vernassier produit l'effet charmant du « Pastel » et invite le public à voir la personne projetée électriquement et supportant sur la figure 15 chevaux-vapeur de lumière.
N’oublions pas les projections animées fort amusantes et la gracieuse Miss Ketty dans ses fleurs et papillons féeriques.
Quant aux « Vernabène ». ah ! mystère ! Devons-nous ??? vendre la mèche ? Oui, puisqu’ils l’ont vendue eux-mêmes. C’étaient M. Bénévol et M. Vernassier qui ont, dans un numéro musical original, amusé à outrance et ont recueilli des applaudissements qui les ont fait revenir trois ou quatre fois en scène. M. Vernassier, dans son costume de dame, était parfaitement réussi et certes, s’il n’avait enlevé sa perruque, passait aux yeux de tous pour être du beau sexe.
Leur numéro, ont-ils annoncé, est en herbes ; eh bien, nous lui affirmons un grand succès ; il est original, amusant et improved, sans compter que la dame en question (M. Vernassier), sans en avoir l’air, a joué sur une douzaine d’instruments différents.
Somme toute, délicieuse soirée à passer et que tous voudront certainement voir.


L'Écho saintongeais, Saint-Jean-d'Angély, 23 juin 1901, p. 3.

vernassier 05
Les Vernabene (c. 1902).

Le couple d'artistes va connaître ainsi une certaine célébrité qui semble avoir duré quelque temps:

Théâtre des Merveilles
Tous les soirs, iil y a foule au théâtre des Merveilles, où on passe quelques heures des plus agréables.
La direction annonce pour demain soir, mercredi, une grande soirée de gala, avec le cinématographe, les rayons X et le concours du célèbre Bénévol.


La République des Charentes, Rochefort-sur-Mer, mercredi 24 juillet 1901, p. 3.

Le numéro a toutefois survécu au départ de Bénévol puisqu'il fait encore partie du spectacle en 1905.

Le Théâtre Mexicain (1903)

À partir de 1903, Bénévol va ouvrir un nouvel établissement qui porte le nom de "Théâtre Mexicain". On le retrouve, ainsi, à Nogent-sur-Seine, en mars:

Le Théâtre Mexicain à Nogent
Le Théâtre Mexicain, qui vient d’obtenir un succès colossal dans la ville de Provins, est arrivé à Nogent-sur-Seine pour faire ses débuts demain dimanche 22 mars. Comme attractions principales, citons :
M. Bénévol, le Roi des Illusionnistes, qui nous arrive avec ses dernières créations sensationnelles. Cet étonnant artiste est sans rival.
Le célèbre Camill' prince des Ténèbres, dans ses imitations d’hommes célèbres ou politiques, d’animaux domestiques ou féroces; dans ses scènes burlesques et drôlatiques.
Ce spectacle attrayant aura un grand succès en notre ville. Toutes les familles iront et retourneront au Théâtre Mexicain qui, chaque soir, donne un programme très varié.
Une seule séance par soirée, de 8 heures et demie à 11 heures. Matinée à 3 heures, les dimanches et jeudis, avec demi-place pour les enfants.
Prix des places : Réservées, 1.50. — Premières, 1 fr. — Secondes, 0.50. — Troisièmes, 0.30.


L'Écho nogentais, Nogent-sur-Seine, dimanche 22 mars 1903, p. 2.

Peu après, il va créer un numéro que va le rendre très célèbre: "le coupeur de têtes":

THEATRE MEXICAIN
La Direction du Théâtre Mexicain a l'honneur s’informer le public rémois que demain dimanche elle présente pour la première fois à Reims une attraction sensationnelle.
On sait parfaitement bien que l'illusionniste Benevol a toujours du nouveau. Aussi cet artiste tant estimé des Rémois se charge d’émerveiller le public par une de ses créations : « Le Coupeur de Têtes ».
Attention, Remois ! Deibler II est dans vos murs, il coupe la tête à une personne vivante. C’est incroyable, mais c’est réel. Le plus fort dans cette attraction sensationnelle, c’est que Bénévol travaille en pleine lumière, il ne s’agit donc pas d’un truc basé sur un effet d’optique.
Le condamne apparaît sur la scène, accompagné d’un brillant orchestre exécutant une marche funèbre. Le bourreau le saisit et le jette sur un billot. Alors brandissant sa terrible hache, il la laisse tomber sur le cou du coupable.
A ce moment, un seul cri d’étonnement s’échappe de toutes ies poitrines. Benevol tient la tête du condamné et l’on voit le sang jaillir de tous les côtés. Ce qui illusionne le plus le spectateur, c'est que Benévol invite chacun à se rendre compte, de gravir les marches de la scène et de s’assurer si réellement c’est bien la tête du décapité.
Ce genre de spectacle, quoique sensationnel, réserve sa partie humoristique, car Bénévol, ami du rire, se promet d’égayer encore une fois de plus le Tout Reims. C’est avec plaisir qu’il a l’espoir d’obtenir un succès colossal.
Un brillant orchestre se joint au succès toujours croissant du Théâtre Mexicain.
Qu’on se le dise.
A seule fin d’éveiller la curiosité des personnes, la Direction a cru de son devoir de diminuer ses prix d'entrée : 50, 30 et 20 c.


L'Indépendant rémois, Reims, samedi 25 avril 1903, p. 2.

benevol coupeur tete"Le coupeur de têtes" Benevol

C'est à cette époque qu'il va se séparer de sa compagne pour épouser Clémence Henzen.

Le Théâtre Bénévol (1904-1914)

Dès l'année 1904, l'illusionniste va inaugurer un nouvel établissement qui porte le nom du Théâtre Bénévol que l'on va retrouver à Bordeaux (1904, 1905, 1906, 1907, 1908, 1909, 1910), Laval (1905), Tours (1905), Troyes (1906). Reims (1906, 1908), Chalon-sur-Saône (1906), Rennes (1907), Nantes (1907), Poitiers (1907), Angers (1907), Avignon (1910)... En 1912, son établissement est mis en faillite:

Faillitte
Par jugement du 30 octobre 1912, le Tribunal a homologué le concordat obtenu le 8 août 1912 par le sieur François BÉNÉVOL, directeur de théâtre à Bordeaux.
Conditions: 5 % payables par le failli, moitié dans un an et moitié dans deux ans.
Le greffier du Tribunal
G. LAROZE.


La Gironde, Bordeaux, 6 février 1913, p. 4.

Il continue à travailler pendant la guerre et au-delà. En janvier 1921, sa belle-mère décède. Il disparaît en 1939.

Bibliographie

GARNIER Jacques, Bénévol, le maîte du mystère, Orléans, Ed. Jacques Garnier, 1969, 260 p.

3

[9]-[10]/04/1905 France La Roche-sur-Yon Champ-de-Foire Théâtre Bénévole
09/03-04/1906 France  Troyes Boulevard Victor-Hugo  Théâtre Féerique Bénévol

Contacts