THE ANGLO-FRENCH FILOSCOPE SYNDICATE

historique

Jean-Claude SEGUIN
Thierry LECOINTE

Les origines (mai 1896-août 1897)

Le britannique Robert William Paul, avec la complicité d'Henry William Short et de Birt Acres, se trouve à l'avant-garde de la cinématographie en Grande-Bretagne. Dès 1894, il s'intéresse au kinetoscope et participe au tournage d'Incident Outside Clovelly Cottage, dès février 1895. Quelques vues vont ainsi être tournées pour l'appareil inventé par Thomas A. Edison. Les premières projections Lumière à Londres vont accélérer le mouvement et Paul va disposer, en peu de temps, d'un appareil de prise de vue et d'un projecteur. On peut situer les débuts de la production proprement cinématographique vers le mois de mars 1896, au moment de la brouille avec Birt Acres. Si l'on ignore avec précision le moment où l'idée de réaliser des flip-books émerge, on peut raisonnement penser que c'est au cours de l'année 1896. Un indice pourrait être le brevet que dépose Henry William Short  pour les États-Unis (nº 596,910 du 25 juin 1896), qui fait probablement suite, en tout logique, à un autre antérieur, non identfié pour l'heure, pris pour la Grande-Bretagne. La date de signature du texte du brevet est le 12 mai 1896.

short henry 1896 filoscope 01
Brevet nº 596,910 du 25 juin 1896

Il s'agit encore d'un prototype qui ne porte pas de nom et dont on ignore s'il a été réalisé et diffusé. En revanche, on voit apparaître des "Tom Thumb Filoscopes", une version, semble-t-il, primitive qui porte le nom de "filoscope" qu'Henry William Short va utiliser pour désigner son invention. Il s'agit de filoscopes double-face que l'on peut feuilleter d'un côté ou de l'autre. Le lien avec la production Paul semble manifeste si l'on se fie aux titres: Derby (version 1896. 3 juin 1896), Conjurer, Gordons (14 août 1896) et Soldier.

derby conjurer tom thumb derby_conjurer_gordons_soldier_tom_thumb.jpg
The Tom Thumb filoscope, Derby-Conjuror
Source: The Ephemeral Collector

The Tom Thumb filoscope, 1. Gordons-Soldier 2. Derby-Conjuror
Source: Bishop & Miller. Mise en vente en 2017
conjurer 01 tom thumb conjurer 02 tom thumb conjurer 03 tom thumb
   The Tom Thumb filoscope, Derby-Conjuror
Animation
Source: The Ephemeral Collector

Les deux "tom thumbs" connus à ce jour pourraient constituer ainsi une première étape d'un processus, même s'il convient de rester prudent sur la chronologie suggérée. 

The Anglo-French Filoscope Syndicate (septembre 1897-décembre 1898)

Pour sa part, Henry William Short dépose un nouveau brevet en France (nº 268.047, du 21 juin 1897) pour un "Nouvel appareil kinétoscopique sans mécanisme, dit 'Filoscope'". Il est représenté par Caron, à Paris, boulevard Rochechouart, nº 17. Le principe en est déjà connu, et il consiste à monter une série de photographies consécutives qui donne l'illusion du mouvement grâce à une manipulation rapide. On imagine qu'il existe un brevet britannique antérieur que nous n'avons pas localisé. Dès le mois de septembre 1897, Short va former une nouvelle société, la Anglo-French Filoscope Syndicate pour l'exploitation des articles :

ANGLO-FRENCH FILOSCOPE SYNDICATE (LIMITED). — This Company has been registered by Mr. G. Machieu, of 15, Victoria-street, Westminster, S.W., with a capital of 5000l., in 1l. shares. The objects of the Company are to acquire, work, develop, turn to account, and deal with the patent rights owned by H. W. Short in England, France, Italy, Austria, Germany, and the United States, and to enter into an agreement with him for the purpose. Registered without Articles of Association. Registered offices, 15, Victoria- street, Westminster, S.W.


The British Journal of Photography, nº 1850, Vol. XLIV, Londres, 17 septembre 1897, p. 604.

En complément, Henry W.  Short va déposer plusieurs brevets. Un premier en décembre 1897 :

RECENT PATENT APPLICATIONS.
[...]
No 29616 14th December, 1897. Henry William Short. A new or improved holder or casing for book form kinetoscopes.


The Optical Magic Lantern Journal, vol. 9, nº 105, février 1898, p. 34.

Le dernier date du mois de novembre 1898 et porte sur "improvements in kinetoscopic apparatus (the filoscope)" :

RECENT PATENT APPLICATIONS.
[...]
No 23158. 3rd November, 1898. Henry William Short. Improvements in kinetoscopic apparatus (the filoscope).


The Optical Magic Lantern Journal, vol. 9, nº 115, décembre 1898, p. 188. 

short henry 1898 brevet dessin
Henry William Short, improvements in kinetoscopic apparatus (the filoscope).

C'est à cette époque que la mention des "feuilleteurs" mécaniques, objets métalliques, apparaît.

L'historien Henry W. Hopwood, dans son ouvrage Living Pictures, offre une description de l'appareil accompagné de dessins explicatifs :

The most perfect, and at the same time most compact apparatus in book form is Short’s Filoscope. The book is bound in a metal clip pivoted in a metal casing, and may be revolved by pressure on an attached lever as seen in Fig. 37. The leaves are released in regular succession, and fly over rapidly on their escape from the edge of the case, the latter being so formed that the cards when not in use possess a concave curve on their face. By this. means their resiliency is preserved and their rapid motion when released is increased. The form assumed by the leaves when the apparatus is closed is shown in Fic, 38. The views are small half-tone prints on the end of comparatively long leaves, the increased length of the leaf serving to rapidly remove each picture to a considerable distance from the following one, thus affording a very clear view.


Henry V. Hopwood, Living Pictures, Londres, The Optician & Photographic Trades Review, 1899, p. 36. 

short henry filoscope 01 short henry filoscope 02

 

short henry filoscope 03

Henry V. Hopwood, Living Pictures, Londres, The Optician & Photographic Trades Review, 1899, p. 36.

On trouve également dans la presse française des descriptions similaires: La Nature lui consacre un article en juillet 1898 et le Monde illustré dans son número de janvier 1899. Les filoscopes utlisent des films dont ils ne sélectionnent qu'un nombre limité de photogrammes. Henry W. Short commercialise ainsi des extraits de vues du catalogue Paul. Dans un premier temps, les folioscopes sont exploités directement par Henry William Short ou peut-être par quelques revendeurs non identifiés. Sur le recto du filoscope, on peut lire : "THE FILOSCOPES. PATENTED IN  GREAT BRITAIN FRANCE GERMANY ITALY AUSTRIA & UNITED STATES. HENRY W. SHORT INVENTOR & PATENTER. LONDON. MADE IN ENGLAND." Au verso, il n'y a aucune inscription ou bien un texte [manuscrit] qui pourrait être produit par un revendeur. C'est le modèle qui semble avoir prévalu en 1897 et 1898.

filoscope 1897 recto filoscope c filoscope d
Street scene (Paul: Westminster)
Source: Science Museum Group
© The Board of Trustees of the Science Museum, London
Verso avec mention [manuscrite]

En France, le concessionnaire du "filoscope" est Henri Kratz-Boussac, connu pour avoir fondé la société "Les Inventions Nouvelles". Le petite appareil y connaît un réel succès:

Chez M. Kratz Boussac (3, rue Saint-Laurent, Paris), toute une série de nouveautés curieuses:
C'est d'abord le filoscope. Nous avons tous admiré la dextérité avec laquelle les camelots du boulevard savent faire défiler devant nos yeux des images cinématographiques réussies avec une série de cartes qui rapidement se succèdent. Nous achetons le lot; mais rentrés chez nous, nous ne retrouvons plus le cinématographe. Le filoscope supplée à notre défaut de maestria: en appuyant légèrement sur la petite tige A, dans le sens de la flèche, on voit défiler régulièrement les scènes les plus curieuses et avec la vitesse que l'on veut: jamais d'empiètement d'une image sur l'autre, jamais d'omission si la pression est uniforme et rien de plus aisé.


Le Monde illustré, nº 2180, 43e année, Paris, 7 janvier 1899, p. 14.

The British Mutoscope & Biograph Co. Ltd. (1899-1905)

La Mutoscope à la fin de l'année 1898 va proposer à Henry William Short une licence afin de travailler sour le brevet "Mutoscope" (juillet 1895). La société rachète alors une grande quantité de filoscopes dont elle reverse les droits en 1900 et 1901 :

On one occasion, the company tried an interesting experiment to raise cash by licensing H W Short, inventor of the Filoscope, a hand-operated "flick-book" device. Short had registred a small £5000 company the Anglo-French Filoscope Syndicate, on 7 February 1897. On 4 February 1898, the capital had been increased to £15 000, and Short obtained an English patent on 3 November that year. It was perhaps as an alternative to expensive tiligation that British Biograph offered Short a licence on 24 November, enabling him to work undet the prior Mutoscope patent of July 1895, and at the same time the company purchased a large quantity of Filoscopes. In the event, the licence fees it received -£72 14s 4d for 1900 and £31 12s 6d for 1901- made no difference to ist overall position.


BROWN, 1999: 153-154.

À partir du 23 janvier 1899, une nouvelle société est constituée, La British Mutoscope & Biograph Co. Ltd. Elle a vocation à construire, à vendre et à commercialiser les "mutoscopes", les "biographs" et les "mutographs". Au rang de ces activités, on peut ajouter la fabrication des filoscopes comme cela figure sur leur  verso : "MANUFACTURED BY LICENSE FROM THE BRITISH MUTOSCOPE & BIOGRAPH Cº LTD". 

filoscope 01 
The Filoscope (explication)
train 01 train 02
The Filoscope (recto) The Filoscope (verso)

Si l'ensemble des vues filoscopiques proviennent du catalogue Paul, il existe un exemplaire différent qui pourrait marquer une nouvelle étape. Il s'agit du filoscope représentant le pape Léon XIII dont l'auteur est William Kennedy Laurie Dickson. Ce film a été tourné en avri-mai 1898. Sans doute doit-on à son caractère exceptionnel le fait que sur le filoscope ont trouve les armoiries papales et le chiffre XIII.

 pape c pape 01
The Filoscope (Pape León XIII) (3)
source: Cinémathèque Française
The Filoscope (Pape Léon XIII) (3)
source: Collection Maurice Collins

La dernière information relative aux filoscopes d'Henry William Short date de 1905, époque à laquelle la British Mutoscope & Biograph Co. Ltd dispose encore d'un stock de filoscopes :

The agreement with Short is noted in the Transfer Agreement. Guildhall Library 18000/63B/579: 3. See also British Mutoscope and Biograph Company's accounts for 1900 and 1901. There were still 139 boxes of Filoscopes in stock at the time of the 1905 auction.


BROWN, 1999: 183.

Sources

BROWN Richard et Barry ANTHONY, A Victorian Film Enterprise. The History of the British Mutoscope and Biograph Company, 1897-1915, Trowbirdge, Flicks Book, 1999, 346 p.

Contacts