Tonito y Pif-Paf, clowns del Tívoli 

1

Tonito y Pif-Paf, clowns del Tívoli.

2

1 n.c.  
2 Segundo Chomón   
3 < 15/11/1903  Antonio Pinto "Tonito", Eduardo Pinto "Pif-Paf"
 
Ensuite, j’avais 18 ans, nous avons été à Barcelone, avec ALLEGRIA. Et un metteur en scène de chez Pathé était justement de passage : il s’appelait Chaumont. C’était le créateur des scènes à trucs (ecole de Méliès). Il est venu me voir, et il a parlé avec mon frère pour lui demander si nous pourrions faire un petit scénario. Je lui ai dit franchement que je n’avais jamais fait de cinéma. Il me dit qu’il désirait seulement une entrée de clowns à ce moment là on ne faisait que de petits métrages de 60 à 75 mètres, ou tout au plus 100 mètres. Cette entrée, j’arrivais tout simplement sur la piste, en train de lire un journal, avec un chapeau haut-de-forme ; mon frère arrivait, mettait le feu au journal, qui mettait le feu au drapeau, ça faisait une boule toute rouge, et l’orchestre commençait : boum boum, boum… les pompiers arrivaient : pin-pon-pin-pon… Ils prenaient une échelle, on l’accrochait au mur et avec une toute petite pompe à vapeur qui avait un siphon, on m’arrosait, et moi avec l’échelle je faisais le tour et je sortais.
Pour tourner cela, Chaumont m’avait dit de ne pas me maquiller. Et moi, comme tous les Augustes, les fils Footit, c’était du gros maquillage. J’étais un gros comique, un comique à froid ; je me suis maquillé un tout petit peu seulement, et je me trouvais drôle, mais Chaumont trouvait ça très bien. Moi, j’ai trouvé ça très mal…


«Fonds Commission de Recherche Historique», 8 oct. 1949. Cinémathèque Française, CRH59-B3.
4 Espagne, Barcelone  

3

15/11/1903 Espagne, Barcelone Palacio de la ilusión Tonito y Pif-Paf clowns del Tívoli 

4

Contacts