LISIEUX

Jean-Claude SEGUIN

Lisieux, commune du département du Calvador, compte 16.164 habitants (1894).

1896

Le Chronophotographe Grenier (Place Thiers, 20-[23] décembre 1896)

Le forain Ernest Grenier présente un cinématographe dans sa loge depuis quelque temps. Il s'agit d'un appareil Gaumont. La presse lexovienne se fait l'écho de cette nouveauté :

LA FOIRE
Elle n'est plus reconnaissable la place Thiers. Autour des boutiques en bois qui, depuis plusieurs jours, en occupent le milieu ont surgi, dan la seule journée d'hier, des baraque4s de toutes espèces.
À peine commencées depuis vingt-quatre heures, les installations seront aujourd'hui terminées et, demain, pourront se produire spectacles et exhibitions. La foire semble au premier coup d'oeil, fertile en curiosités.
Je ne veux aujourd'hui parler que des établissements les plus remarquables de ceux dont la réputaiton est connue et qui constitueront les plus grandes attractions de la foire de 1896.
Le Chronophotographe est une nouveauté scientifique fort amusante ; il représente des images photographiques de grandeur naturelle mais animées, vivantes.
Ce spectacle fait fureur à Paris et dans toutes les grandes villes. Ici tout le monde voudra voir le Chronophotographe, présenté par M. Grenier, directeur-propriétaire. La loge este confortable et éclairée à la lumière électrique, l'on y voit un spectacle choisi et de bon goût ; les scènes représentées sont, m'assure-t-on, charmantes et les familles peuvent sans crainte y amener leurs jeunes filles et leurs enfants.
Séances aux heures et demi-heures, tous les soirs de 7 h. 1/2 à 11 h 1/2. Dimanches, jeudi et fêtes, grande matinée.L.


Le Normand, Lisieux, samedi 19 décembre 1896, p. 2.

Dans un autre journal local, le même jour, une partie du répertoire des vues animées est décliné :

Notre foire
C'est aujourd'hui que commence notre foire dite de Noël. Tous les forains sont à leur poste et au moment où paraîtront ces lignes, une grande animation régnera sur la place Thiers.
[...]
-Puis, le chronophotographe de M. Grenier, nous fait savoir qu'il représente des photographies de grandeur naturelle, animées par l'électricité. Voici d'ailleurs le programme de sa première représentation : Le débarcadère des bateaux-mouches au point du jour ; un quadrille parisien ; une leçon d'équitation (cette scène se passe au bois de Boulogne) ; les Soudanais au Champ de Mars ; une scène sur la terrasse d'un café ; le fardier ; le chemin de fer de ceinture ; station de Ménilmontant ; enfin, Loïe Fuller, danse serpentine.


Le Progrès lexovien, Lisieux, samedi 19 décembre 1896, p. 1

Au cours de sa tournée, Ernest Grenier va présenter un répertoire de vue presque constant. 

Répertoire (autres titres) : Un chariot traîné par neuf chevaux (Le Normand, Lisieux, mardi 22 décembre 1896, p. 2).

cherbourg place thiers

Collections ND Phot., Lisieux.-Le Place Thiers un Jour de Marché (Début du XXe siècle)

1897

Le Cinématographe Joly-Normandin (Hôtel de Normandie, 4 janvier 1897)

Le tourneur qui vient à Lisieux en janvier 1897 n'a pas laissé son nom. En revanche, l'appareil cinématographe est dû au constructeur Henri Joly. La presse attire l'attention sur les films relatifs au séjour du tsar à Paris. Il n'est prévu qu'une seule journée, le lundi 4 janvier :

Cinématographe
Le Cinématographe Joly, viendra le lundi 4 janvier à Lisieux donner deux séances de photographies animées, réservées aux familles. Plusieurs épisodes du voyage du Czar à Paris y seront représentées. Le défilé du cortège impérial qui dure 5 minutes et est obtenu à l'aid de 6000 photographies, dépasse tout ce qui s'est fait jusqu'à ce jour. Les autres scènes toutes prises sur le vif et d'une exécution parfaite, composeront un spectacle de bon goût auquel les familles de Lisieux ne manqueront pas d'assister.
Séances de 5 à 6 heures du soir et de 8 à 9 heures à l'hôtel de Normandie. Le prix des places est fixé à 0,50 et 0,75 centimes.


Le Normand, Lisieux, samedi 2 janvier 1897, p. 3.

Un bref compte rendu - qui ne permet pas de connaître d'autres vues présentées - est publié le lendemain des projections :

Cinématographe
Très intéressante et très amusante soirée hier à l'hôtel de Normandie, où une vingtaine de tableaux animés par le Cinématographe Joly, ont passé, trois quarts d'heure durant, sous les yeux des nombreux spectateurs dont la salle était remplie.
Nous engageons tous nos amis à assister aux dernières séances qui sont données ce soir de 5 à 6 heures et de 8 à 9 heures. C'est un merveilleux spectacle où l'on prend autant d'intérêt que de plaisir.


Le Normand, Lisieux, mardi 5 janvier 1897, p. 2.

Le tourneur disparaît aussi vite qu'il est apparu.

1898

1899

1900

1901

1902

1903

1904

1905

1906

 

Afin d'optimiser votre expérience sur ce site, nous utilisons des cookies. Ils visent essentiellement à réaliser des statistiques de visites. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies.