Alexandre LEROUX

(Paris, 1836-[Alger, 1912])  

1

Alexandre Leroux (Paris, 1836-[Alger, 1912]) épouse (Orléans, Louisiane, 28/12/1861) Honorine Girardat (Nouvelle Orléans). Descendance :

  • Ernest Leroux (Béziers, 13/09/1870-Alger, 15/04/1910) épouse (Mustapha, 07/09/1895) Louise, Marie, Mélitine Gauthronet (Bletterans, 19/06/1873-Alger, 21/12/1953), remariée (Alger, 14/06/1917) à Auguste, Maxime Péron. Descendance :
    • Georges, Alexandre Leroux (El Biar, 23/05/1896-)
  • enfant mort-né (Alger, 07/12/1875-)
  • Henri, Alfred Leroux (Alger, 17/11/1878-)
    • épouse (Saint-Eugène, 06/05/1913) Germaine, Juliette, Marie Grangé
    • épouse (Alger, 03/06/1926) Charlotte, Virginie Rivollet

2

Né à Paris, Alexandre Leroux, sans doute après avoir voyagé en Amérique où il épouse Honorine Girardat, s'installe à Béziers comme peintre-photographe, profession qu'il exerce déjà en 1870, à la naissance de son fils Ernest. Il est déjà photographe à Alger, au 9, rue de la Lyre ([1875]-[1878]). Puis, il ouvre ([1880]-[1883]) un atelier place Bresson, maison Limozin:

Leroux, peintre - photographe, place Bresson, maison Limozin. — Spécialité d'agrandissements.— Cette maison n'ayant pas recours aux peintres et retoucheurs de Paris, peut livrer des portraits agrandis dans les meilleures conditions de bon marché, cartes de visite et d'albums ; vues, types algériens, etc.


Charles Gouillon, Annuaire Général de l'Algérie, Alger, Imprimerie V. Pézé & Cie, 1880, p. 174.

Il collabore également avec le photographe Claude-Joseph Portier (Paris 10e, 24/05/1841-Alger, 1910) auquel il rachète son atelier (nº 14 rue Bab-Azoun). Puis, il s'installe, non loin de là, au 26, rue Bab-Azoun. On lui doit plusieurs reportages photographiques : les funérailles du cardinal Lavigerie (novembre 1892), la " pacification de la Kabylie " (1895)...

leroux 01 leroux 03 leroux 02 leroux 04

C'est en 1897 qu'Alexandre Leroux tente l'expérience du cinématographe et demande une autorisation à la mairie d'Alger afin d'installer dans son magasin, un cinématographe : 

Arrêté. —Fêtes et spectacles. — Installation d'un Cinématographe.
Le Maire de la ville d'Alger, chevalier de la Légion d'Honneur,
Vu la loi du 5 avril 1881, notamment l'art. 97 ;
Vu le décret du 6 Janvier 1864 ;
Vu l'arrêté municipal du 29 novembre 1883, sur les salles de spectacles ;
Vu la demande formée par M.Leroux, photographe, A l'effet d'être autorisé A installer dans son magasin, rue Bab-Azoun, nº 26, un cinématographe ;
Vu le procès-verbal de la visite effectuée dans cet établissement, le 14 juin courant, par M. le chef du service des travaux communaux et l'agent voyer ;
Considérant qu'il résulte de ce procès-verbal que l'installation projetée peut être autorisée en prescrivant des mesures destinées à assurer la sécurité publique ;
ARRÊTE :
ARTICLE PREMIER. — M. Leroux est autorisé à installer dans son magasin, rue Bab-Azoun, n° 26, un cinématographe en so conformant aux prescriptions suivantes :
1° Il devra laisser sur toute la longueur de la salle entre la paroi de gauche et les rangées de chaises, une largeur libre d'au moins un mètre formant un couloir continu.
2º En face de la porte latérale de droite devant servir de sortie de secours en cas de besoin, les rangées de chaises seront interrompues sur toute la largeur de la salle de manière à laisser un couloir transversal entre cette porte et le couloir longitudinal et à permettre l'accès facile de cette issue.
3° Les chaises seront fixées au sol, ou au moins reliées entre elles, pour empêcher qu'en les déplaçant, elles ne gênent les passages à laisser libres.
4° Les appareils d'éclairage et de projection et leurs annexes devront être complètement isolés de manière que le public ne puisse pas s'en approcher.
5° Le nombre de personnes pouvant être admises dans la salle au moment des représentations publiques est fixé au maximum à cinquante.
ART. 2. — L'Ingénieur chef du service des travaux communaux et le Commissaire central sont chargés de l'exécution du présent arrêté.
Alger, le 28 Juin 1897.
Le Maire,
A. GUILLEMIN.


Bulletin municipal officiel de la ville d'Alger, Alger, 5 juillet 1897, p. 204.

Nous ignorons si finalement le cinématographe est installé et combien de temps vont durer les séances. En tout état de cause, il continue ses activités photographiques et réalise de nouveaux reportages : les manifestations antisémites (février-mars 1898), le voyage du gouverneur général Jonnart (1904)... Au début du siècle, il devient éditeur de cartes postales qui reproduisent, entre autres, des événements mondains (mariage de l'ex-roi d'Annam Ham Nghi, novembre 1904), des faits divers... Il décède en [1912]. Après son décès, ses fils, également photographes, continue à fournir des tirages et des cartes postales. 

Afin d'optimiser votre expérience sur ce site, nous utilisons des cookies. Ils visent essentiellement à réaliser des statistiques de visites. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies.