Friedrich, Wilhelm MUELLER dit Eugen SANDOW

(Könisgsberg, 1867-Londres, 1925)

sandow  

1

Friedrich Wilhelm Mueller, dit Eugen Sandow (Königsberg, 02/04/1867-Londres, 14/10/1925) épouse (Manchester, 08/08/1894) Blanche Brookes (Manchester, 03/01/1873-Hendon, 07/08/1959). Enfants :

  • Helen, Eugenie Sandow (Manchester, 06/10/1896-Reading & Wokingham, 09/1978) épouse (Edmonton, 09/1921) Augustus Herbert Strong (Glamorgan, 01/1892-Pontypool, 06/1956).
  • Fanny, Lorraine Sandow (Chorlton, 18/06/1903-Wembury, 21/12/1984) épouse (Londres, 28/01/1925) James, Douglas Brown (1900-)

2

Jean-Claude SEGUIN

Fils d'Otto Mueller, un bijoutier-horloger d'origine russe, ayant servi dans l'armée prussienne, le jeune Friedrich Wilhelm Mueller, séduit par le monde du cirque, fait, avec son père, un voyage en Italie. Il est fasciné par la statuaire classique et l'Hercules Farnèse comme il le raconte lui-même :

My father took me with him to Italy, and in the art galleries of Rome and Florence I vas struck with admiration for the finely developed forms of the sculptured figures of the athletes of old. I remember asking my father if people were as well developed in these modern times.
[...]
The memory of these muscular figures was ever present, and when we returned to my home in Köningsberg I wanted to become strong like them.


Sandow, 1897, 89-90.

Il poursuit ses études à Königsberg jusqu'à l'âge de dix-huit ans tout en complétant sa préparation physique et il est alors devenu un véritable athlète :

By the time I had gained my eighteenth year and finished my schooling at Königsberg I had exercised myself into a condition of perfect heath and strength, and when I again turned my face south to gather further knowledge and experience by travelling I was a far different being from the lad of ten who head wandered abroad with his father a few years  earlier.


The Strand Magazine, february 1910, 145. 

sandow 03 sandow 04 lambeaux
Friedrich Wilhelm Mueller à 10 ans
(c. 1874)
Eugen Sandow at eighteen
"My Reminiscences" by Eugen Sandow
The Strand Magazine, nº 230, February 1910, p. 144.
Jef Lambeaux
Le Dénicheur d'aigles
© Musées Royaux des Beaux-Arts de Bruxelles
van der stappen crauk sandow 02
Charles Van der Stappen
Le Tombeau des lutteurs (Bruxelles)
Gustave Crauk
Le Combat du Centaure avec le Lapithe (1888-1890)
 
Aubrey Hunt
The Gladiator (c. 1889)
"My Reminiscences" by Eugen Sandow
The Strand Magazine, nº 230, February 1910, p. 148.

Il semble qu'à la suite d'un dispute entre Friedrich et son père, il décide de quitter la maison familiale et part avec le cirque Hengler, puis va vivre de nombreuses expériences dans des cirques et des théâtres en Allemagne et en Hollande. Alors qu'il est en Belgique, vers 1888, le cirque où il travaille fait faillite. Il va alors réorienter sa carrière en posant pour des artistes comme les sculpteurs belges, Jef Lambeaux, pour Le Dénicheur d'aigles (c. 1888), et Charles Van der Stappen pour Le Tombeau des lutteurs (c. 1888-1892). Par ailleurs, il va fréquenter la salle de gymnastique que Louis Attila a ouverte à Bruxelles en février 1887. Voici le souvenir que ce dernier a gardé de ce nouvel élève :

[...] It is now about two years since I made the acquaintance of M. Sandow. At that time I kept an athletic club at Brussels. Several gentlemen in that town brought him to me and asked if I thought I could, under my system of training, develop him into a good athlete. I looked at him, and was struck with his powerful appearance. I answered that I thought would develop into a first-class athlete if he followed my instructions. M. Sandow said he was quite willing to do so, and went into training at once. I had 280 members in the gymnasium, but M. Sandow soon developed so much that in weight-lifting, handling heavy weights, and in all sorts of athletics he became the best of the whole lot. Being myselfa professional, Sandow expressed the desire to become a partner with me in giving exhibitions. I agreed and for about nine months we travelled together, as partners, and gave entertainments in several towns in Holland and Belgium.


South Wales Echo, South Glamorgan, 1er novembre 1889, p. 3.

Cette rencontre est décisive, et Attila organise, avec son protégé, une tournée en Belgique, aux Pays-Bas (mars-juillet 1888) et au Danemark, puis les deux hommes se séparent. Eugen Sandow, qui se retrouve dans une situation difficile, part à Paris où il a du mal à survivre, avant de servir de modèle au sculpteur Gustave Crauk (Valenciennes, 16/07/1827-Meudon, 17/11/1905), peut-être pour Le Combat du Centaure avec le Lapithe (1888-1900). Il a évoqué ainsi sa rencontre avec l'artiste :

The next instant he had removed the chain and pulled me into the studio, where I stood with his gaze fixed upon me in profound admiration of my muscular development, which helde him speechless. Then, his eyes agleam with excitement, he launched himself upon me, and, as is the way of foreigners, embraced m in his wild enthusiasm, kissing me on both cheeks, while I thanked Heaven that my persistency had met with its reward. My anxiety at the moment was, however, to be fed, not admired, and finding that he was a good linguist -although, when I had on my first application endeavoured to persuade him to see me stripped, he had feigned ignorance of my language -I told him that I was hungry-ravenous-that food had nos passed my lips for three days. My heart gave a bound of joy when he replied
"Terrible, my poor fellow-terrible!" he exclaimed. "You must have food at once, and then," he added, "you must come sit to me.


Eugen Sandow, "My Reminiscences", The Strand Magazine, nº 230, February, 1910, 146.

Il commence également à se faire remarquer, au gymnase de la Sorbonne, comme " le fameux Polonais Sandow qui déviss[e] d'un seul bras deux cent cinquante livres " (Gil Blas, Paris, 8 février 1889, p. 1). Il part ensuite en Italie, pour une tournée, et il fait la connaissance, à Venise, du peintre anglais Aubrey Hunt qui est impressionné par ses " perfect physique and beauty of form. " (Eugen Sandow, 1910, 147) et pour lequel il pose pour le tableau The Gladiator  (c. 1889). À la fin de l'année 1889, Sandow et Attila se retrouvent à l'occasion d'un combat organisé par le premier entre son protégé et l'athlète Samson. L'année suivante, pour de nombreuses exhibitions, ils partagent les planches de l'Alhambra (janvier 1890), puis parcourent le pays : Brighton (Alhambra, février 1890),  Bristol (février 1890), Leicester (Floral Hall, février 1890)... Puis c'est seul que Sandow propose des exhibitions dans de très nombeuses salles : London Pavilion (Londres, janvier 1891), Victorina (Glasgow, février 1891), Winter Gardens (Birmingham, mars 1891), Trocadero (Londres, octobre 1892)... En 1891, il intègre la loge maçonnique Tivoli.

sandow 01

Sandow vs Samson
The Illustrated Police News, Londres, 9 novembre 1889, p. 1. 

C'est en juin 1893 qu'il part sur l'Elbe pour un voyage triomphal aux États-Unis. Arrivé le 6 juin, il débute dès le 10 juin au Casino de New York, sur Broadway. La presse couvre d'éloges " The strongest man on Earth ". Puis il entame une tournée, avec le manager F. Ziegfeld Jr., qui le conduit à Chicago (Trocadéro, août-octobre 1893), New York (Koster & Bial's, décembre 1893-mars 1894)...

sandow 10 sandow 09 sandow 08
Koster & Bial's
01/01/1894 
World’s Columbian Exposition
Chicago, 1893 
The Sandow Trocadero Vaudevilles
(1894) 

Le succès d'Eugen Sandow est tel qu'il ne peut qu'attirer l'attention de Thomas Edison qui vient de mettre au point son kinetograph et qui est à la recherche de ce qui va devenir le premier film déposé (copyright) du génie de Menlo Park. Pour des raisons complémentaires, les deux hommes ont tout intérêt à faire de la publicité pour cet événement hors-norme et la presse s'en donne à coeur joie :

EDISON PERFECTS HIS KINETESCOPE
It Shows Photographs That Have All the Action ot the Original Objects
FORTY-SIX PICTURES A SECOND
Experiments with the New Camera Made for the First Time with Sandow Posed.
SHOW OF BRAWN AND BRAIN.
The strongest man on earth, to quote the play bills, and the greatest inventor of the age met yesterday at Menlo Park, New Jersey. The meeting was an interesting one, and the giant of brain and the giant of muscle found much to admire in each other. Sandow marvelled at Edison's Inventions, and the Wizard gazed longingly and enviously at the prodigious muscles of the strong man. 
The latest development of Edison's genius in the line of photography, on which he has been working for the past five years, the kinetoscope, was practically completed a few days ago, and in casting about for a unique subject for the first photograph by the new process Edison chose Sandow as the most fitting and striking character.
Accompanied by John Koster, of Koster & Bial's, Manager C. B. Cline and B. T. Haines, of the Northwestern Telephone Company, Sandow took the Delaware and Lackawanna train at eleven o'clock yesterday morning for Menlo Park. Edison met the quartet at the depot.
TWO GIANTS ARM IN ARM.
The main principle of the kinetoscope, as is already known, consists in the taking of a great number of impressions by a camera in a limited space of time, thus obtaining a continuous photograph of the entire motion of the object or person. The photographs follow each other in such rapid succession that no lapse of time can be detected between the impression recorded, and the series of pictures becomes in effect but one picture.
Then proceeding to the studio Edison and Sandow walked arm in arm. The studio is a building apart from the factory. It is so constructed as to move with the sun, so that the luminary which shines through an aperture about twenty feet in width will always shine directly on the object or person being photographed, the object being to get a perfect focus. The building as it turns rolls like a ship, being erected on a sort of pivot.
The walls, floor and ceiling of the studio are black. The machine for taking pictures consists of a large, square box, about four feet by three. The slide, however, is different from the ordinary, as it is revolving. Back of the spring Is a sensitive gelatine plate in the form of a band that runs on two rollers-. The rollers are revolved rapidly by electricity.
FORTY-SIX PICTURES A SECOND
Forty-six pictures are taken in one second, and the exposure lasts twenty seconds—the length of time required to unroll the band.
The camera Is kept behind a curtain in complete darkness, and when the person is ready to be photographed the curtain is drawn aside, the camera pushed forward on rollers and the exposure takes place.
The opening in the camera is but three inches in width and the pictures are an inch square, though the inventor says he will be able to take pictures of a larger size soon.
Sandow showed his eight well known movements for the distension of the muscles. These bad to be done within twenty seconds, the time of the exposure, so it necessitated some practice beforehand.
The plates secured were declared perfect.
"Let’s get our pictures taken together." said Edison.
"I should consider it an honor and a privilege," replied Sandow, and in a few moments the picture was taken.


New York Herald, New York, March 7, 1894, 9.

Le film est tourné et il porte habituellement le titre de l'athlète, Sandow. On connaît deux autres films, Sandow et Sandow qui sont des essais tournés dans les mêmes conditions, mais qui n'ont pas été déposés. Sandow continue alors sa grande tournée américaine qui le conduit dans plusieurs villes : Saint-Louis (mars 1894), Chicago (mars 1894), San Francisco (Sotckwell's theater, avril-mai 1894)... Dans cette dernière, un combat est même organisé entre le " gladiateur " Sandow et Commodore le Lion (The San Francisco Call, San Francisco, 23 mai 1894, p. 3). Puis, il est à Los Angeles (New Los Angeles Theater, juin 1894), Sacramento (Metropolitan Theater, juin 1894)... C'est peu après, en juillet 1894, qu'un sérieux différend oppose Sandow à Attila qui est arrivé aux États-Unis en août 1893, au sujet d'une lettre anonyme où ce dernier aurait accusé Sandow, en des termes obscènes, d'être un ingrat (New York Herald, New York, 11 juillet 1894, p. 11). Sandow rentre finalement, en Grande-Bretagne, pour épouser, en août, Blanche Brookes, fille d'un photographe de Manchester. Il revient peu après aux États-Unis avec une troupe, la Sandow Trocadero Vaudevilles dont le manager est toujours F. Ziegfeld Jr. Le succès est phénoménal et son nom devient un argument de vente pour de nombreux produits (potions plus ou moins magiques, vêtements...). Parmi bien d'autres villes, on le retrouve à Chicago (janvier 1895), Washington (Academy, février 1895), Pittsburg (New Grand Opera House, mars 1895), Saint-Louis (Olympic, avril 1895), New York (avril 1895), Baltimore (Harris' Academy of Music, avril 1895), Boston (Boston Theatre, avril-mai 1895)... Finalement, en juillet, il annonce que c'est son dernier tour en Amérique :

Sandow's Last Tour-Eugene Sandow and his Trocadero vaudeville will make their farewell tout of this country during  the coming season. Mr. Sandow has engagements to fill in the Old World during the season of 1896-7. It is said that he has in preparation a new act for presentation during his coming tour here.


New York Times, New York, July 28, 1895,  11.

C'est donc au cours du second semestre de l'année 1895 qu'il faut situer le tournage de la vue Ringkämpfer, réalisé par l'un des pionniers du cinématographe Max Skladanowki. Ce fit, est présenté pour la première fois à Berlin, le 1er novembre 1895 et il représente un combat entre Sandow et Greiner. Il s'agit là du premier film jamais tourné sur la lutte.

En mars 1896, alors qu'il est à New York, Sandow envoie un courrier à Thomas Edison auquel il propose un nouveau sujet, sans aucun doute, pour pouvoir en tirer une vue. Il est d'ailleurs disposé à se rendre à West Orange si nécessaire. On ignore la réponse apportée par le génie de Menlo Park, mais il est clair qu'Eugen Sandow a compris tout l'intérêt du kinetoscope et, désormais, du vitascope.

sandow 11

Eugene Sandow à Thomas Edison, New York, 24 mars 1896
© Thomas A. Edition Papers, Rutgers

En septembre 1896, Sandow va mettre en place, une compagnie dont le manager est Charles B. Jefferson :

Charles B. Jefferson, son of Joseph Jefferson, will this season manage a vaudeville company, to be called Sandow's Olympia. Eugene Sandow, the strong man, will be at the head of the organization, and will be supported by the Rossow midgets, Alcide Capitaine, Wood and Shephard, Jessie Merrillees, Mandola, a juggler; the trick pony, Trover, and the biograph, a photographic machine which shows pictures with the figures in action. Sandow's Olympia will make a tour of the country, opening in Pittsburg, Sept. 14.


The Buffalo Commercial, Buffalo, 12 Sept. 1896, 5.

C'est l'occasion de rentrer en contact avec l'American Mutoscope & Biograph Company, récemment fondée par W.K.L. Dickson, pour laquelle il va intervenir dans quatre vues. Les vues sont présentées à partir du mois décembre 1896. Quant à Sandow, il revient, en novembre 1896, pour quelque temps, en Grande-Bretagne après quatre ans passés, presque en totalité, aux États-Unis. Il fonde, en 1898, une revue, Physical Culture (devenu Sandow's Magazine of Physical Culture et il écrit plusieurs livres consacrés à son art. 

Alors qu'il n'est plus venu à Paris depuis 1889, il se rend dans la capitale, tout auréolé de sa carrière anglaise et américaine, à l'occasion de l'Exposition Universelle. Il organise des exhibitions au Casino de Paris, où il débute le 5 mai 1900 et triomphe jusqu'à la fin du mois de juillet. C'est au cours de cette période qu'Eugene Sandow va se rendre à la station physiologique pour être cinématographié par Étienne-Jules Marey. Un autre athlète, Edmond Desbonnet (Lille, 26/06/1868-Saint-Maur-des-Fossés, 28/06/1953) sans doute au même moment, l'est également.

sandow 06 sandow 05
" Sandow posant pour Marey démontre sa façon d'exécuter un exercice de contraction statique des membres inférieurs pendant une série d'extensions et de flexions alternatives des bras. Sandow par sa méthode donnait plus d'apparence athlétique, mais Desbonnet par la sienne donnait plus de valeur organique, plus de cérébralité et de longévité. " " Sandow cinématographié à la Station physiologique du Par des Princes avec l'appareil de chronophotographie du professeur Marey. les muscles des membres avaient pris le dessus sur les muscles organiques et leur hypertrophie avait enlevé leur souplesse. D'où la mort prématurée de cet athlète par rupture d'équilibre entre les organes et les muscles. L'hypertrophie des muscles exige un travail supplémentaire des organes et les épuise rapidement. "
Pierre Marie, Force et Santé pour tous, Le Triomphe de la Culture Physique, Paris, Librairie Athlétique & Hygiénique de la Culture Physique, 1929, p. 154 et 156.

Les planches publiées dans l'ouvrage de Pierre Marie, présente un Sandow à la physionomie différente que l'auteur utilise pour remettre en cause sa méthode en la comparant à celle d'Edmond Desbonnet. Il est intéressant, cependant, de mettre en dialogue l'expérience américaine d'Edison et celle de Marey dont on connaît par ailleurs les liens qu'ils ont entretenus depuis le chronophotographe jusqu'au kinetograph et au-delà. C'est à la même période que Sandow tourne trois films pour la Warwick Trading Company : Sandow's Roman Horse Lift (1900), Sandow's Herculean Feat (1900) et Sandow's Record Lift (1900). Ultérieurement, il apparaît à nouveau dans Eugene Sandow Inspecting the Damage (1901), vue prise à bord du S.S. Kronprinz Wilhelm. 

Au cours des années suivantes, il va renouveler ses tournées dans le monde entier. En 1902-1903, la Biograph enregistre (copyright) deux vues Sandow. La première, le 11 novembre 1902 (copyright: H23770) et la seconde, le 11 juin 1903, mais il est très probable qu'il s'agisse de  deux des vues tournées en 1896 .

De retour d'Australie, Eugen Sandow débarque à San Francisco, le 9 février 1903, avec son épouse et sa fille. Il va organiser de nombreuses exhibitions, mais on ignore s'il reprend contact avec les éditeurs de films, mais peut-être l'a-t-il fait avec Edison.

Au-delà de 1903, Eugen Sandow semble ne plus avoir eu de contact avec le cinématographe. Il va continuer sa carrière pendant encore quelques années, dans le monde entier. Il dirige jusqu'à sa mort, l'Health Culture Institute qu'il a fondé. Il s'éteint en 1925.

sandow 12 sandow 13
Sandow Institute
Illustrated London News, 29 avril 1911, p. 27
Warwick Brookes, Mr. and Mrs Sandow with their two daughters,"My Reminiscences" by Eugen Sandow
The Strand Magazine, nº 230, February 1910, p. 151.

Bibliographie

MERCER ADAM G., Sandow on Physical Training, New York, J. Selwin Tait & Sons, 1894, 244 p.

SANDOW Eugen, Strength and How to Obtain It, Londres, Gale & Polden, Ltd., 1897, 168 p.

http://amusez-lambeaux.blogspot.fr/2008/08/lambeaux-dnicheur-deugen-sandow.html

3

Filmographie

1894

1895

1896

 

1900

  • Sandow posant pour Marey (Marey)
  • Sandow's Roman Horse Lift (Urban)
  • Sandow's Herculean Feat Urban)
  • Sandow's Record Lift (Urban)

1901

  • Eugene Sandow Inspecting the Damage (1901)

Afin d'optimiser votre expérience sur ce site, nous utilisons des cookies. Ils visent essentiellement à réaliser des statistiques de visites. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies.