Les Méfaits d'une tête de veau 

1

Les Méfaits d'une tête de veau

Comique et à transformations.
Une tête de veau s'échappe du plat où elle était déposée et va se remettre à un clou. Le boucher la replace dans son plat et la nettoir avec rage. La tête enchantée va alors se fixer sur les épaules du boucher, dont la tête prend place au milieu du plat. La tête de veau, devenue boucher à son tour, se venge en la grattant, en l'étouffant à moitié avec le persil et en la coiffant du récipient où elle baignait précédemment et qu'elle lui appuie avec force sur le crâne.

GAU 1900-01

GAU 1905

GAU 1906


Las Travesuras de una cabeza de ternera 

Escena cómica de transformaciones
Una cabeza de ternera se escapa del plato en que estaba colocada y se cuelga ella sola en un clavo. El carnicero la vuelve a colocar en el plato, lavándola antes con rabia. La cabeza encantada va entonces y se coloca sobre los hombros del carnicero, pasando la suya a colocarse en el plato. La cabeza de ternera que se convierte en la del carnicero a su vez. Se venga de la de éste maltratándola, cubriéndola casi de peregil (sic), y metiéndola en el recipiente en que antes había sido ella lavada apretándolo con fuerza el cráneo.

GAU 1903 ESP

2

1 Gaumont 244   
2 n.c.  
3 1899-< 10/10/1899 30 m 
4 France, [Paris  

3

10/10/1899 EspagneBarcelone Antigua Casa Rosell  Trasformación de una cabeza vaca
 

Antigua Casa Rosell
Plaza de Palacio, 13
Sr. D. ·Eduardo Gimeno (Zaragoza)
Barcelona 10 de octubre de 1899
[...]
Película            Trasformación de una cabeza de vaca
[...]


Filmoteca Española, MAR/03/100

4

Commentaire

Les Méfaits d'une tête de veau figure au catalogue Pathé de janvier 1900, ce qui laisse supposer un tournage en 1899. Alice Guy attribue abusivement ce titre à Ferdinand Zecca :

Zecca, le seul collaborateur qui resta environ deux semaines avec moi avant de joindre Pathé, tourna les Méfaits d'une tête de veau (film qui me fut faussement attribué par la suite). Intéressant parce qu'il illustrait la méthode des arrêts pendant lesquels on déplaçait l'objet comme dans  La Momie. Il me conta qu'avant de venir nous voir, il vendait des savons de porte en porte et les mouillait pour en augmenter le poids. 


Alice Guy, Autobiographie d'une pionnière du cinéma (1873-1968), Paris, Denoël/Gonthier, 1976, p. 66.

En effet, Ferdinand Zecca, qui travaille déjà dans la branche " phonographe " de la maison Pathé, ne rentre dans le monde du cinématographe qu'en 1900, sollicité par Charles Pathé lui-même :

C'était en 1900, à l'occasion de l'Exposition universelle. J'étais à ce point affairé que j'appris que le jury, chargé de vérifier les installations dont le cinématographe faisait partie, allait faire la visite officielle alors que je n'avais pas encore trouvé le temps d'aller reconnaître l'emplacement qui nous était dévolu. Je n'avais, d'autre part, dans le petit personnel qui composait alors le cinéma, aucun individu susceptible de diriger les travaux d'installation en y apportant à la fois le goût et la rapidité d'exécution nécessaires.
Je m'adressai à M. Prévost, qui dirigeait le personnel, alors plus nombreux, du phonographe, dont mon frère Émile assumait la direction générale. Je lui demandai de me choisir quelqu'un qui, selon lui, pouvait répondre à mes desiderata. Il me désigna M. Zecca qui, depuis deux ou trois années - aux appointements de 200 francs par mois - était tour à tour, selon les besoins du service, musicien, enregistreur de cylindres phonographiques, chef de service de la vérification, etc.


Charles Pathé, Souvenirs et Conseils d'un parvenu, Paris, Imp. Pierre Latour, 1926, p. 102-103.

Ce n'est qu'au début de l'année 1903, à la suite d'une brouille avec Charles Pathé, que Ferdinand Zecca frappe à la porte de Gaumont.

Afin d'optimiser votre expérience sur ce site, nous utilisons des cookies. Ils visent essentiellement à réaliser des statistiques de visites. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies.