Ernest ZOLLINGER

(Langenthal, 1883-)

1

Ernest Zollinger, fils de Charles Rodolphe Zollinger et de Marie Wissler (ou Wyssler) naît le 14 juillet 1883, à Langenthal  (Suisse). 

Après une formation à l'école de métallurgie et l'école technique de Wintherthur (Suisse),  Ernest Zollinger rentre au service de la maison Pathé, en novembre/décembre 1904, comme il l'explique lui-même :

Je suis entré dans la maison Pathé comme mécanicien au mois de novembre 1904 et j'y ai travaillé depuis cette époque jusqu'au mois d'octobre 1905 en cette qualité. À cette date le contremaître a reconnu que j'avais des aptitudes pour faire des travaux plus importants et je suis devenu dessinateur. J'ai travaillé comme tel depuis le mois d'octobre 1905 jusqu'au 9 avril dernier [1906], et, accessoirement, je surveillais, à l'atelier, la construction des machines dont j'avais fait les dessins.
Je travaillais surtout avec M. Ferrand chef mécanicien et avec Mr Duval également chef mécanicien.


Archives de Paris, D2U6 149 

Comme dessinateur, il reçoit 275 francs d'appointement par mois. Il va se compromettre dans l'affaire du vol de plans d'appareils de chez Pathé. Complice de Charles Lépine avec lequel il doit partir pour Turin afin de travailler pour Carlo Rossi dans des conditions bien plus avantageuses (350 francs par mois), il est arrêté le 11 avril 1906. Il est condamné le 2 juillete 1906, à six mois de prison. Par l'intermédiaire de son cousin Eugène Schiesser, qui travaille également chez Pathé, il fait parvenir une caution de 5000 fr. pour sa mise en liberté provisoire.

Il part ensuite en Italie où il se fait engager, comme technicien, dans la nouvelle société cinématographique, l'Ambrosio Film, créée à Turin, en 1906, par Arturo Ambrosio et Alfredo Gandolfi. Avec Ambrioso, il met au point une perforatrice perfectionnée. Il dépose en outre d'autres brevets : "Process for reducing the size of pictures on kinematograph-films and of projecting such pictures to their normal proportions" (Brevet US 1032172 du 22 mars 1910) ; un "appareil photographique" (Brevet nº 434.205 du 2 septembre 1911) "permettant de faire un grand nombre de photographies avec une seule charge de l'appareil. Dans les appareils à pellicules connus, les rouleaux ne contiennent que six ou douze vues ; avec le présent appareil, par contre, on peut en disposer cent et même plus",  un "Procédé pour la cinématographie en couleurs" qui "consiste à prendre deux images successivement à travers deux groupes d'écrans et à reprojeter les images à travers les mêmes écrans." (Brevet nº 444.251 du 24 mai 1912, avec Simon Mischonsniky) ; un "appareil photographique automatique pour aéroplane, dirigeables ballons et autres machines de navigation aérienne" (brevet 476.467 du 17 août 1914, avec Giulio Douhet).

En 1923, il s'associe avec Segundo Chomón pour exploiter un procédé de cinéma en couleurs sur lequel il travaille depuis des années. En 1930, Ernest Zollinger inaugure en décembre 1930, la Fotovelox, un studio photographique avec appareil automatique, qui ferme en 1932. On ignore ce qu'il devient par la suite.

Bibliographie

Aldo Bernardini, Cinema muto italiano, industria e organizzazione dello spettacolo 1905/1909, Editori Laterza, Roma, 1981, 272 p.

Archives de Paris, D2U6 149. 


2

Afin d'optimiser votre expérience sur ce site, nous utilisons des cookies. Ils visent essentiellement à réaliser des statistiques de visites. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies.