Julien VALLUY

(Lyon, 1872-BIzerte, 1900)

  

1

Joseph Valluy (Givors, 10/03/1842-≥1892)

    • épouse (Lyon 2e, 27/01/1872) Jeanne, Marie Françoise Vibert (Vézeronce, 21/11/1847-Lyon 2e,  07/07/1874). Enfant :
      • Julien, Joseph Valluy (Lyon 2e, 21/12/1872-Bizerte, 23/12/1900).
    • épouse (Lyon 3e, 01/04/1875) Jeanne Tinus (Lyon 3e, 29/10/1851-)
      • Pierre-Charles Valluy (Lyon 3e, 05/04/1876)

2

Garçon boucher, il s'engage comme volontaire pour 4 ans et arrive au 1er régiment de zouaves, le 12 octobre 1891. En campagne en Algérie, en 1895, il est blessé le 21 juin 1895. Passe dans la réserve le 8 octobre 1895. À partir du 24 juin 1896, il part pour occuper des postes Lumière. Il s'occupe, en particulier, du poste d'Angoulême selon la correspondance de Marius Chapuis :

Valluy est à Angoulême paraît-il. Je ne sais s'il a su que j'étais parti 2 jours après lui en Russie, en tout cas lui qui aurait tant voulu y venir au début, il doit le regretter.


Marius Chapuis, Odessa, 27 septembre 1896 (Rittaud-Huttinet, 1999, 54)

Comme dans le cas de Félix Mesguich, il fait ses armes comme opérateur en France avant de partir pour les États-Unis. Il embarque au Havre sur la Bourgogne, à la fin du mois d'octobre et arrive à New York, le 2 novembre 1896. S'agit de l'opérateur dont parle The New York Dramatic Mirror ? :  

An artist is coming over soon to photograph American views for the machine and the managers are confident that they can distance all competitors in the beauty of their pictures.


The Brooklyn Daily Eagle, New York, 25 octobre 1896, p. 24.

Toujours est-il qu'il réside à New York (Brooklyn- 167, Wellloughby street) à partir du 19 novembre 1896. Il "opère à 60 km autour de New York" (Lucie Chapuis, lettre, dans Rittaud-Huttinet, 1985, 238). Nous savons que dans les derniers jours de décembre 1896, il se rend à Syracuse, accompagné d'un autre opérateur, Delorme, et de l'exploitant, Thomas G. Scott. Un entrefilet annonce les prochaines projections :

The cinematographe will be exhibited afternoon and night at the Alhambra this week.


The Syracuse Daily Journal, Syracuse, 28 décembre 1896, p. 8.

C'est quelques jours plus tard que l'Alhambra fait passer sa première publicité pour le cinématographe. 

1896syracuse

The Syracuse Courier, Syracuse, 1er janvier 1897, p. 7

Avec le départ de Thomas G. Scott, les deux opérateurs se retrouvent dans une situation inédite, et ils font en sorte de trouver une autre salle pour de nouvelles séances cinématographiques :

The Cinematographe
Thomas G. Scott, who came to Syracuse three weeks ago to exhibit the Lumiere cinematographe, has left the city. The instruments are still here in charge of De Lorme and Valluy, the operators, who are under engagement to the Lumiere company. They expect to reopen the exhibition in a few days, possibly [olling] open dates at the Basteble theater and later establishing themselves in a central location. De Lorme and Valluy are the employes of the Lumiere company, a corporation operating in every civilized country, and worth millions. Their instruments embody the hihest developments of the combination of electricity and photography.


Syracuse daily Standard, Syracuse, 21 janvier 1897, p. 3.

Après la fin des projections à Syracuse, Julien Valluy va probablement continuer à travailler sur des postes Lumière, dans l'état de New York où ailleurs. Il rentre finalement en France et réside à Lyon, à partir du 27 avril 1897. Quelques mois plus tard, il part pour la Tunisie (17 janvier 1898). Il décède à Bizerte le 23 décembre 1900. 

2

Afin d'optimiser votre expérience sur ce site, nous utilisons des cookies. Ils visent essentiellement à réaliser des statistiques de visites. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies.