Chasse prohibée

 

1

Chasse prohibée

La chasse à la pipée est fondée sur la haine naturelle que la plupart des oiseaux portent à la chouette et au hibou, haine qui pousse ces oiseaux à se précipiter sur leurs nocturnes ennemis lorsque ceux-ci se sont attardé le matin et ont laissé lever le soleil avant de regagner leur gîte ou lorsqu’ils en sont sortis trop tôt le soir. Les paysans qui se livrent à cette chasse prohibée partent donc de bon matin ou tard le soir. Ils plantent dans un arbre choisi à l’endroit favorable, de petites baguettes enduites de glu, se dissimulent dans les buissons et jettent dans l’air le cri lugubre et prolongé de la chouette. Ils doivent encore savoir contrefaire parfaitement les cris des autres oiseaux ennemis de ceux-ci, surtout celui des plus acharnés, tels que le geai, le merle, le pinson, etc. qui paraissent les premiers sur le champ de bataille et tombent victimes engluées de leur dévouement. Aussitôt tombés, les paysans leur fracturent le crâne d’un coup de dent et les jettent palpitants encore dans un panier. Mais gare au garde champêtre, s’il surprend les délinquants, comme nous le voyons dans cette bande, il dresse procès-verbal et le gibier coûte cher aux chasseurs.

PAT 1906-11/12

2

1 Pathé 1566  
2 n.c.
3 ≤11/1906 165m
4    

3

       

4

Afin d'optimiser votre expérience sur ce site, nous utilisons des cookies. Ils visent essentiellement à réaliser des statistiques de visites. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies.