Le Fils du diable

1403 

1

Le Fils du Diable

Le jeune Satan s’ennuie aux Enfers et ses parents, inquiets, ont décidé de l’envoyer à Paris avec son médecin qui lui servira de mentor. L’automobile infernale paraît peu à peu au travers des flammes, semblable à une bête monstrueuse, cuirassée et bossuée, aux yeux de feu. Ils arrivent en plein carnaval, se mêlent à l’excitation des promeneurs, se laissent griser par l’air de Paris, les vins et les femmes et dévaliser par un de ces êtres charmants aux yeux clairs et faux. Au réveil, sommation de payer la note d’hôtel, intervention des agents puis du docteur qui, à l’aide de sa seringue, téléphone aux Enfers et se fait expédier de l’argent par un messager diabolique. Cependant, le jeune Satan dégoûté des plaisirs factices, rêve d’un bonheur simple, doux et long entre les bras d’une femme bonne, tendre et fidèle. Le docteur, usant de son pouvoir satanique, fait alors apparaître devant son compagnon une série de jolies femmes dont les silhouettes changeantes se dessinent charmantes et mobiles dans une hallucination colorée.Satan fixe son choix sur une jeune paysanne et les voilà partis en automobile à sa recherche. Les villageois, surpris par le grossissement et la déformation caricaturale de ces êtres diaboliques, fuient épouvantés devant ce fléau inconnu, lorsqu’au tournant d’une route, l’accident sévère mais providentiel, dépose le jeune démon à la porte même de la jeune fille, objet de ses recherches. Transports, manifestations diverses, demande en mariage, fiançailles. Mais à l’église le jeune marié, en présence des objets du culte, saisi d’un effroi mystérieux, fuit épouvanté et la jeune femme, de désespoir, se suicide. Satan, l’esprit hanté de visions fuit aux enfers la nuit, sous le jour livide de la lune. Le tableau final nous donne le spectacle de l’arrivée d’un convoi de damnés parmi lesquels le fils du diable reconnaît, transporté de joie, la femme qu’il a aimée sur la terre, obtient sa grâce et l’épouse. Ronde et apothéose finale.

PAT 1906-09

2

1 Pathé 1403 Diego 85 (Hijo del Diablo; virage) 
2 Charles Jules Lépine André Deed
 

Lépine a fait un scénario qui s'appelait " Les 400 coups du Diable ".


Cinémathèque Française, Les Débuts du Cinéma, Souvenirs de M. Hatot, 15 mars 1948, p. 29.

 

Lépine fit alors une féérie qui eut un très grand succès : Fils du diable, "fantasmagorie infernale à grand spectacle".


Georges Sadoul, Les Pionniers du cinéma 1897-1909, Paris, Éditions Denoël, 1947, p. 338.

3 ≤09/1906 350 m
4 France  
Charles Jules Lépine quitte la maison Pathé le 31 mars 1906. Ce film n'apparaît qu'au catalogue de septembre 1906. Il fait peut-être partie des bandes en préparation et que Charles Pathé sort, précipitément, à l'été 1906, pour couper l'herbe sous les pieds à la concurrence, en particulier, de Carlo Rossi.

3

29/09/1906 EspagneBarcelone Diorama El hijo del Diablo 
29/09/1906 Espagne, Barcelone Cinematógrafo Beliograff El hijo del Diablo
23/11/1906 Cuba, La Havane Eusebio Azcue El casamiento del hijo del diablo
30/12/1906 FranceParis, Théâtre du Cinématographe Pathé Cinématographe Pathé Le Fils du Diable
29/06/1907 FranceParis, Théâtre de Grenelle Pathé Frères

Le Fils du Diable

4

Afin d'optimiser votre expérience sur ce site, nous utilisons des cookies. Ils visent essentiellement à réaliser des statistiques de visites. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies.