LAUSANNE

Jean-Claude SEGUIN

1895

Le Kinétoscope de M. Zimmermann  (Salle de la Tribune de Lausanne, [8] mars-[2] avril 1895)

Le kinétoscope s'installe à Lausanne juste au moment où plusieurs appareils sont également présentés à Genève. L'agent Edison pour la Suisse est Casimir Sivan,  mais ici l'appareil est présenté par  MM. Zimmermann. L'inauguration a lieu peu de temps avant le 8 mars 1895 :

Le Kinétoscope. On se plaignait amèrement il y a quelques années de ne jamais voir les inventions d'Edison franchir l'Atlantique. Ce n'est certes plus le cas aujourd'hui, et chaque jour en jette une nouvelle sur le vieux continent.
Parmi les dernières signalons à nos lecteurs le Kinétoscope. Une simple boîte en bois haute de 1 m 50, large de 0 m 60, surmontée d'un oculaire. Mettez l'œil à l'objectif et vous assistez au déroulement de scènes féeriques.
Les acteurs sont tous en mouvement ; leurs gestes, d'une réalité saisissante, ajoutent encore à l'illusion de la vie : Loie Fuller s'élance dans un flamboiement de lumière électrique ; elle exécute la couronne, la coupe, les papillons, avec une grâce, une légèreté, une élégance au moins égales au naturel. Changement de vue : vous êtes chez un coiffeur brandissant ses ciseaux, pomponnant, frisant ; encore un peu vous entreriez vous faire raser !
Puis ce sont des forgerons écrasant le fer rouge sous leur lourd marteau, d'où jaillissent des millions d'étincelles, et instinctivement vous vous reculez ! etc., etc.
En un mot c'est le triomphe du genre Edison que nos lecteurs pourront admirer dans la salle de la Tribune de Lausanne, où M. Zimmermann a déposé ses appareils américains.


La Tribune de Lausanne, Lausanne, 8 mars 1895, p. 2.

1895 kinetoscope 01

Feuille d'avis de Lausanne, Lausanne, 8 mars 1895, p. 6.

Même si la plupart des journaux lausannois parle du kinétoscope, c'est toujours dans La Tribune de Lausanne que nous lisons quelques vers de mirliton en l'honneur de l'invention d'Edison qui se révèle être un moyen publicitaire :

Edison a dans son génie
Gratifié l'humanité
De mainte application bénie
De la fluide électricité !

Les savants de la vieille Europe
Sont tous demeurés stupéfaits
A la vue du Kinétoscope
Un instrument des plus parfaits !

Loïe Fuller, belle déesse
Danse à vos yeux tout ébahis
Et de Buffalo Bill l'adresse
Vous laisse rêveur et surpris !
---
Le Kinétoscope est exposé dans la salle de La Tribune de Lausanne, 10 bis, rue Haldimand
25 cent. par appareil.


La Tribune de Lausanne, Lausanne, 16 mars 1895, p. 3.

Pour le reste, peu d'informations au cours du mois de présence du kinétoscope à Lausanne, même si parfois on annonc un nouveau programme. Il semble qu'un seul appareil est installé, contrairement à ce qui se passe à Genève. Autour du 1er avril, on ajoute au spectacle visuel, des auditions phonographiques (Feuille d'Avis de Lausanne, Lausanne, 1er avril 1895, p. 6), puis l'appareil quitte Lausanne pour Nyon.

Réperfoire (autres vues) : Le Maréchal-ferrantBuffalo-Bill (Feuille d'Avis de Lausanne, Lausanne, 18 mars 1895, p. 5), La Danse des enfants (Feuille d'Avis de Lausanne, Lausanne, 19 mars 1895, p. 6).

Le Kinétoscope (Café du Grand-Pont, 31 mai 1895)

Une simple annonce, reproduite dans différents journaux lausannois, annonce la présence d'un kinétoscope au café du Grand-Pont de Lausanne :

EXPOSITION du Kinétoscope Edison
Café du Grand-Pont, tous les jours
dès 10 heures du matin
TABLEAUX VIVANTS
représentant les scènes de la vie réelle, reproduites par l'électricité, 25 cent. par personne et par appareil.


L'Estafette, Lausanne, 31 mai 1895, p. 1.

 On ignore combien de temps l'appareil reste à Lausanne.

 

Contacts