Edmond BOUTILLON

(Ivry-sur-Seine, 1872-Paris, 1952)

Jean-Claude SEGUIN

1

Claude Boutillon ([1841]-) épouse Adèle Chaudiera. Descendance : 

  • Hermine Boutillon ([1870]-Paris, 10/12/1935)
  • Paul, Edmond Boutillon (Ivry-sur-Seine, 02/05/1872-) épouse (Saint-Cloud, 24/11/1908) Eugénie, Victoire Deroit.

2

Fils d'un mécanicien, Edmond Boutillon exerce la profession de courtier en vins lorsqu'il est appelé sous les drapeaux. Il est incorporé (17/11/1893) au 32e régiment d'Artillerie. Il obtient le grade de sergent et est envoyé dans la disponibilité (22/09/1896). Il s'installe alors à Ivry où tient un restaurant :

Ivry.-Le Ministre de l'Intérieur vient de décerner à M. Edmond Boutillon, âgé de vingt-six ans, restaurateur, 18, rue de la Mairie, une médaille d'argent de 2e classe pour avoir, au mois de mai dernier, arraché à la mort un jeune enfant sur le point de périr sous les pieds d'un cheval emporté.


Le Petit Parisien, Paris, 4 novembre 1998, p. 3.

Ultérieurement, il joue quelques rôles dans des films Pathé comme Guillaume Tell et Le Chat botté :

Encouragé par M. Charles Pathé, dans le studio duquel il avait tourné plusieurs scènes, en amateur, M. Edmond Boutillon, qui exerçait à Vincennes la profession de négociant en vins, entreprend des tournées volantes et réussit à vaincre les hésitations des municipalités des environs de Paris; il s'assure l'exclusivité des salles des fêtes de banlieue, les installe lui-même et prêche l'exemple.
La Société Cinéma-Exploitation lui confie le poste de directeur général pour les trois départements: Seine (Paris excepté), Seine-et-Oise, Seine-et-Marne. En 1908, il prend à son compte la belle salle du casino de Clichy, et, en 1909, il devient directeur des établissements de banlieue de la Société des Cinémas-Modernes, fondée par M. Benoît-Lévy, qui, on le voit, en a un certain nombre à son actif; ayant acquis le casino de Clichy, cette Société construisit les superbes salles de Demours et de Mozart, ainsi qu'un grand cinéma à Aubervilliers, le Kursaal.


Guillaume-Michel Coissac, Histoire du cinématographe de ses origines à nos jours, Paris, Cinéopse/Gauthier-Villars, 1925,  351-352.

C'est ainsi qu'Edmond Boutillon organise des projections dans la banlieue parisienne: Saint-Denis (Théâtre Municipal, mai 1905), Montreuil (Salle des Fêtes, octobre 1905)... L'opérateur Paul Thomas l'évoque dans ses souvenirs :

Vers 1907, j'entrai à la Société Omnia et je fis partie des premières tournées de projection par automobiles. Temps héroïques ! Nous allions par les provinces; tout comme les comédiens ambulants d'autrefois ; et au hasard des villages, nous nous arrêtions pour donner une séance. Une salle d'auberge, une mairie, une grange, un bal couvert, tout nous était bon. Et nos salles étaient toujours combles : le cinéma était si peu connu !
Si peu connu même, que les bons paysans n'appelaient pas le directeur de notre tournée, l'excellent M. Chenu, autrement que : M. Pathé. Ils n'imaginaient pas, en effet, que l'industrie cinématographique pût tenir une place considérable. Ils croyaient de bonne foi que notre automobile était la seule à parcourir la France, et ils ne pensaient pas que M. Pathé eût mieux à faire que de nous accompagner.
Quelle vie charmante ! Nous logions chez l'habitant, et c'était à qui nous hébergerait. On venait visiter notre installation, et, pour la peine, les curieux nous laissaient, qui une bouteille, qui un panier de victuailles. Je me rappelle encore cette tournée dans la région de Reims où nous fûmes véritablement accablés de champagne ! Des hommes comme Monaco et Boutillon vous raconteront de bien amusantes histoires sur les cinémas baladeurs.


Francis Ambrière, "Les souvenirs de Paul Thomas", L'Image, nº 15, Paris, 1932, p. 12.

Président de la Mutuelle de Cinéma, Vice-Président de l'Oeuvre de la Maison de retraite d'ORLY, Vice-Président du Syndicat français des Directeurs de Théâtres cinématographiques, il est fait Chevalier de la Légion d'Honneur (1936) avec la mention " A contribué au cours de ces 27 années à la prospérité d'une Insdustrie française qu'il a brillamment défendue. ".

4

7-9/05/1905 France Saint-Denis Théâtre Municipal   Cinématographe Pathé 
 28-30/10/1905 France  Montreuil  Salle des Fêtes Ciné-Royal 

Contacts